Présentation

  • : CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • : Facile d'accès, ouvert à tous, ce blog est fait par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi, pour vous informer au quotidien, de ce qui se passe dans Pôle Emploi.
  • Contact

Adhérer

Rejoignez-nous en 1 clic !

 

Bulletin d'adhésion
Mandat de prélèvement SEPA
Les statuts du syndicat

Rechercher Sur Le Blog

Suivez-nous sur...

Page Twitter de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  
Page facebook de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi

 

Votre région

Cliquez sur la carte 

France DOM 200 bleu 4Vous souhaitez prendre contact avec un de nos élus ou représentants dans votre région, envoyez-nous un mail à :
syndicat.cfe-cgc@pole-emploi.fr

Calendrier

Calendrier social 2017 (màj 14/11/2017)

novembre 2017 
CPNCvendredi 3 novembre 2017
CPNN Classificationlundi 6 novembre 2017
CPNS Handicapmardi 7 novembre 2017
CPNFmercredi 8 novembre 2017
CPNFjeudi 9 novembre 2017
CPN 5jeudi 9 novembre 2017
CPNCvendredi 10 novembre 2017
CPNS Accord GPECmardi 14 novembre 2017
CPNFmercredi 15 novembre 2017
CPNFjeudi 16 novembre 2017
CPNC PV/Suivi des avisjeudi 16 novembre 2017
CPNCvendredi 17 novembre 2017
DSCmercredi 22 novembre 2017
CCE Ordinairejeudi 23 novembre 2017
CPNCvendredi 24 novembre 2017
CPNN Séniorsmardi 28 novembre 2017
Groupe de travail retraitemardi 28 novembre 2017
Groupe de travail prévoyancemercredi 29 novembre 2017
décembre 2017 
CPNCvendredi 1 décembre 2017
CPN 5 vendredi 1 décembre 2017
Commission Suivi MM/Mutexmardi 5 décembre 2017
CPNN Séniorsmercredi 6 décembre 2017
CPNS Egalité Projeudi 7 décembre 2017
CRATvendredi 8 décembre 2017
CPNCvendredi 8 décembre 2017
CPPSS mardi 12 décembre 2017
CPNFmercredi 13 décembre 2017
CPNFjeudi 14 décembre 2017
DSCvendredi 15 décembre 2017
CPNCvendredi 15 décembre 2017
Calendrier Socialmardi 19 décembre 2017
CCE ordinairemercredi 20 décembre 2017

Adresse postale

CFE-CGC Métiers de l'Emploi
38 rue des frères Flavien
75020 Paris

Élections 2016-17

25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 08:00

 

1 / Information sur la méthodologie définie par la Direction Générale et utilisée par les régions pour élaborer leur plan d’action de mise en œuvre de la trajectoire d’évolution de l’activité GDD.

 

Madame BLONDEL préside l’instance en l’absence du DGA RH, JY CRIBIER. Il est précisé que l’ordre du jour a été co-signé avec le Secrétaire et construit selon la saisine du CE Occitanie. Ce CCE se limitera à une information sur la méthodologie mise en place dans ce dossier, il n’y aura pas de consultation sur le sujet. Madame BLONDEL rappelle que selon la loi, la consultation se tient au niveau des établissements régionaux, chaque trajectoire est spécifique à chaque établissement

.

Concernant la partie RH du dossier, certains chiffres sont a priori incertains. Cette problématique est liée à celle de l’absence d’un support commun de classification, d’où la difficulté de recensement des personnels.

 

Présentation du dossier par Mickael Ohier, Anne-Sophie Milgram et Emmanuel Marchand.

 

Le cadre de trajectoire GDD, c’est NPDE et l’accueil rénové, on a constaté une tendance de la baisse de charge GDD.

 

Le travail s’est effectué à partir de l’observation d’une tendance et sur des éléments prospectifs avec la DSN.

 

L’objectif, c’est d’améliorer et d’investir sur le processus d’indemnisation. Le métier  gestion de droits va évoluer vers plus de relation de service.

 

Approfondir une activité et au regard des évolutions une partie des activités va demander moins de personnes et donc ces conseiller GDD ou double compétent on va les réorienter vers l’accompagnement de DE.

 

Quelles sont les évolutions qui expliquent la baisse de charge.

 

  • 1ère : moins d’ESI qu’il y avait d’EID et les ESI ne sollicitent pas les conseillers qui sont en charge de la GDD (baisse de charge immédiate).

 

  • 2ème : accueil rénové sur RV après-midi, on a eu la diminution de l’ARC indemnisation. En contrepartie ces conseillers GDD sont restés mobilisés sur les PRV (premier rendez-vous) mais le temps sur les PRV est beaucoup plus court.

 

  • 3ème : sur l’activité de traitement de la DAL, on a eu un double effet, un effet d’augmentation de la DAL déposée, mais en revanche les demandes d’allocation qui doivent être traitées manuellement, elles ont baissé et plutôt fortement.

 

  • 4ème : Elargissement de l’externalisation des AE pour anticiper la montée en puissance de la DSN et la maitriser. Au fur et à mesure de la monter de la DSN on pourra baisser ‘externalisation car on aura toutes les informations dans la DSN. Cette externalisation n’est pas nouvelle car a commencé en 2015.

 

On a pu constater en 2016, qu’il y avait des irritants et le premier des irritants c’est la GED. Donc pour solutionner cela, nous allons rendre la GED transparente pour solutionner les allers-retours d’aujourd’hui afin de faciliter la vie des conseillers au quotidien.

 

A partir du moment où il y a des allers-retours entre la GED et Aude, on a une problématique d’écran, c’est pour cela qu’aujourd’hui on a décidé de déployer 2 écrans.  Cela va se généraliser.

 

  • Faire évoluer la  proactivité, car plus de proactivité, c’est automatiquement moins de flux entrants.

 

Proactivité sur par exemple la DPC (demande de pièce complémentaire)

 

  • Outil de pilotage, on a constaté que le niveau est insuffisant, en mars livraison d’un outil qui va permettre d’avoir une vision globale de la charge agent / activité.

 

  • Objectif est d’aller vers plus de personnalisation

 

  • Rassurer le demandeur d’emploi, quel que soit le canal d’entrée, le Demandeur d’emploi verra ou en est le traitement de son dossier,  lui donner une visibilité quel que soit son canal d’entrée.

 

  • Fin 2017 quel que soit la pièce, le canal d’entrée de la pièce, le moteur (Moteur d’Analyse du Dossier Unique) devra pouvoir tourner et liquider. Pour autant, il y aura toujours des retours mais des retours sur les dossiers complexes.

 

 

Démarche et méthode de projection de l’activité Indemnisation.

 

Elle a poursuivi 3 étapes et en 2017 il y a en plus le suivi de l’activité de la charge pour vérifier si la mesure de l’effectivité de la charge se réalise comme la direction l’avait imaginé.

 

Première étape. L’ensemble des activités indemnisation a été valorisé avec une référence sur l’année 2015.

 

Le temps consacré aux activités correspond à la planification dans RDVA, à la maille trimestrielle, pour tenir compte de la saisonnalité de l’activité et des effets des périodes de congés.

 

En pratique, l’évolution des charges entre 2015 et 2017 a été valorisée en jours de travail en plus ou en moins par rapport au quatrième trimestre 2015 en distinguant :

 

Le back office.

 

  • Les liquidations manuelles diminueront avec les développements SI qui vont améliorer l’automatisation du traitement des DAL :

 

  • La dématérialisation de la DAL, qui a commencé en 2016, va se poursuivre et s’élargir aux DAL hors contexte d’inscription.

 

  • La liquidation automatique sera déclenchée suite à un retour de pièce (réexécution du MADU).

 

  • Plusieurs cas aujourd’hui exclus de la liquidation automatique seront intégrés grâce à des développements SI.
  • Les saisies d’attestations employeur en agence sont amenées à disparaître avec la montée en charge de l’externalisation.

Sur le flux.

 

  • L’ARC-indemnisation est maintenu constant à partir du deuxième trimestre 2016. Il reste à la main des ELD.

 

  • La file indemnisation a été valorisée pour chaque agence en prévision d’une éventuelle généralisation du test sur la rénovation de l’accueil téléphonique

 

  • Le traitement des inscriptions non automatiques a été intégré 

 

  • La montée en charge des échanges par courriel a été valorisée au réel de chaque agence au premier semestre 2016

Les nouveaux actes métier.

 

  • Les activités liées au renforcement de la proactivité sur les questions d’indemnisation se traduisent par de nouveaux contacts sortants, notamment par téléphone

 

  • Les contacts de proactivité engendreront une baisse des flux entrants

 

Une seconde étape a prévu la Validation des estimations en agence en mai 2016.

Des visites ont été réalisées dans une dizaine d’agences de deux régions et ont permis :

 

  • de valider la méthode et de sécuriser les hypothèses d’évolution de la charge,

 

  • d’identifier les leviers opérationnels permettant de sécuriser la trajectoire,

 

  • d’anticiper les modalités de déploiement et les besoins en accompagnement du réseau.

 

Troisième étape : Analyse agence par agence au 4ème trimestre 2016

 

Afin d’adapter les hypothèses de baisse de charge nationale aux réalités locales, l’ensemble des grandes évolutions ayant un impact sur l’activité indemnisation a été analysé avec les managers. La démarche a associé, en appui des ELD, les expertises Opérations et RH et permis de tenir compte de :

 

  • la typologie des DAL : le taux d’automatisation varie notamment selon la part des rejets/reprises. La projection a été déclinée à la maille locale,

 

  • le flux des agences, via l’ajustement de l’ARC-i et la part de mail.net traités par les conseillers GDD. Les agences ont ainsi pu adapter la projection en fonction de leur réalité notamment dans les QPV,

 

  • le niveau actuel de recours à des plateformes centralisées pour l’enregistrement des AE. Les agences ont précisé la part des attestations traitées en plateforme avant la mise en place de l’externalisation, ce qui réduit l’impact de cette évolution,

 

  • le niveau d’externalisation des AE pour prendre en compte la part des frontaliers, dont l’enregistrement des justificatifs d’activité n’est pas couvert par la trajectoire d’externalisation.

 

Suite à l’application de cette méthodologie, un travail d’analyse complémentaire dans les régions a permis de confronter cette estimation aux réalités opérationnelles en prenant en compte les spécificités locales comme :

 

  • Les contraintes de continuité de service nécessitant d’établir un seuil minimal de conseillers en charge de la gestion des droits (seuil non pris en compte dans la méthode présentée)

 

  • Les agences en tension sur l’activité GDD mobilisant des heures supplémentaires avant la trajectoire ou le regard sur les mutualisations mises en œuvre

 

  • La typologie des agents en fonction de leur expérience et de leur formation

 

Au final, la première estimation a été réévaluée de 9 % en prenant en compte les spécificités régionales.

Le volume de jours nécessaires en 2015 pour assurer l’activité de production indemnisation correspond à 915 384 jours consacrés à l’activité indemnisation en 2015.

La projection du besoin en jours en cohérence avec les estimations de baisse de charges correspond à 499 280 jours en année pleine à compter de 2018(première estimation).

Estimation ajustée pour 2018 à 579 607 jours en année pleine.

 

Suite aux interventions des membres du CCE, la Direction Générale reprécise les éléments suivants :

 

  • Sur l’externalisation des AE, 4 tranches d’agences de 140. Les AE intérim ne sont pas externalisées à ce jour mais numérisées. Ces AE ETT n’ont pas été intégrées sur ce premier « tir », pour des raisons informatiques non résolu.
  • La DG estime à 13 AE scannées par jour à février 2017. Les nouvelles imprimantes vont beaucoup plus vite dans l’utilisation.
  • Sur le temps de traitement des AE, les prestataires sont à J+1 au 20 février 2017.
  • Sur les évolutions du métier, l’activité GDD sera de plus en plus dans la relation de service avec une forte expertise mobilisée. In fine, ce sont les dossiers les plus complexes qui seront traités en agence. Pour la DG, le métier de la GDD ne va pas disparaître mais évoluer.
  • Sur les spécificités régionales, la prise en compte des éléments objectifs pour le calcul de la baisse de charge et de l’estimation GDD nécessaire n’a pas été le résultat d’une négociation mais bien de mise en avant de faits objectivés.
  • RDVA a été pris en compte dans la méthodologie car cet outil sur le réseau est largement utilisé, de plus il permet de descendre à la maille agence.
  • Pour obtenir une tendance au plus proche de la réalité, des allers-retours entre les ELD et leur DT ont été réalisés.
  • Les éléments du SIRH ont été pris en compte en complément de RDVA.
  • Sur l’activité du 39 49, on constate une baisse des appels à hauteur de 5% sur une année. 
  • Estimation de mail.net : une requête a été réalisée par la DG ainsi qu’une étude sur les 10 agences des 2 régions observées. Le volume des mails.net est suivi par la DG et est un des éléments impactant le niveau de la charge de travail GDD.
  • AE : le taux de qualité dans la saisie est à plus de 90% chez les prestataires. Des contrôles internes sont réalisés par TESSI et ARVATO, ainsi que par la DG.
  • Le raisonnement est à iso-effectif.
  • L’ESI n’est pas une activité pris en charge pas collègues GDD, ce qui pour la DG représente un gain de charge et une libération de temps opérationnel pour la proactivité et la personnalisation.
  • La DG réfute l’idée que la qualité de service s’est dégradée avec NPDE.
  • JY CRIBIER précise que si la baisse de charge n’est pas au RDV, la DG reverrait la réaffectation envisagée des personnels GDD. Le DGA RH rajoute que si cette prise de décision intervenait dans quelques mois après des échéances politiques, les marges de manœuvre de Pôle emploi seraient peut-être plus compliquées.
  • Sur les CHSCT, même s’il n’y a pas d’obligation d’information, si dans les établissements, des demandes existaient, la DG ne s’y opposerait pas.
  • A chaque bilan d’étape de baisse de charge, une information sera donnée dans le CE et CCE.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE