Egalité professionnelle : début des négociations

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La CPNN Égalité professionnelle a tenu sa première réunion le 30 septembre 2010. Pour information, il s'agit d'une négociation d'un accord de branche.

 

Préalablement à la réunion, nous avions reçu des documents préparatoires qui s'ils donnent des premiers éléments, sont encore incomplets, imprécis ou présentés d'une manière insuffisamment lisible. Malgré tout il s'agit là d'un travail important et qui pose les premières bases pour la négociation.

 

Comme d'autres syndicats, la CFE-CGC métiers de l'emploi est intervenue pour dire que le thème de l'égalité professionnelle ne devait pas se résoudre au seul champ "Hommes/Femmes". Le Handicap et la diversité sont des thèmes tout aussi importants à nos yeux. Mais, face aux délais réglementaires actuels ainsi qu'au calendrier social plein comme un oeuf, autant se concentrer en premier sur l'égalité professionnelle hommes/femmes.

 

Tout d'abord, nous pensons que ce thème doit être abordé avec précaution pour ne surtout pas créer de la discrimination en voulant faire de l'égalité. C'est le premier piège à éviter.

 

Ensuite, à la CFE-CGC, nous avons la chance d'avoir le réseau équilibre. Pour les négociations à Pôle Emploi, nous nous baserons principalement sur les réflexions et les positions de ce laboratoire d'idées pour donner à ces négociations une approche où le bons sens sera notre guide principal. Voici quelques éléments :

 

Notre ambition : Concilier la réussite professionnelle et la vie personnelle. 
L’égalité professionnelle sera une réalité à trois conditions :
• une réelle volonté des employeurs ;
• la mise en place d’un dialogue et d’une communication permanente afin de faire évoluer les mentalités ;
• la mise en place d'une politique d’entreprise favorisant la conciliation des temps de vie.
 
Les enjeux de la CFE-CGC
• favoriser le recrutement d’un candidat uniquement en fonction de ses compétences;
• soutenir à compétences égales, des postes égaux et salaires égaux ;
• assurer la formation professionnelle tout au long de la vie et s’adapter aux évolutions technologiques de l’entreprise ;
• faire de la maternité et de la paternité un élément neutre dans le parcours professionnel ;
• impulser le changement des mentalités pour améliorer la conciliation des temps de vie ;
• aider à un accès équitable des femmes aux équipes dirigeantes et aux métiers techniques.
 
 
Les objectifs
Le Réseau équilibre s’est fixé des objectifs précis et ambitieux : 
• être force de propositions innovantes face aux interlocuteurs institutionnels ;
• capter les bonnes pratiques en matière d’égalité et de mixité professionnelles pour les démultiplier ensuite sur le terrain ;
• identifier les mauvaises pratiques, les dénoncer auprès de la Direction, alerter les salariés et proposer des actions correctives ;
• créer et faire connaître des outils concrets pour les militants.
 
Le Réseau équilibre dans les entreprises
Le Réseau équilibre dans les entreprises mène les actions suivantes :
• crée un réseau d’échanges sur l’égalité et la mixité professionnelles ainsi que la conciliation des temps de vie ;
• demande, conformément à la loi Génisson de 2001, à ce toutes les entreprises fournissent chaque année un rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes (RSC) pour les entreprises de plus de 300 salariés ou un rapport unique (RU) pour les moins de 50 salariés ;
• siège dans les commissions égalité professionnelles pour les entreprises de plus de 250 salariés ;
• négocie et suit les accords d’entreprises sur l’égalité et la mixité professionnelles sachant que l’égalité professionnelle fait parti des négociations annuelles obligatoires (NAO) ;
• conseille et Aide ses adhérents et militants pour toute démarche ou négociation liées à l’égalité et la mixité professionnelles ainsi que la conciliation des temps de vie;
• communique sur toutes les avancées en matière d’égalité professionnelle.
 
Pour mémoire
La CFE-CGC a obtenu en décembre 2001 la création du congé de paternité. Il s’agit maintenant de :
• s’assurer que les pères qui le souhaitent ne soient pas pénalisés par la prise de ce congé ;
• garantir à ces pères le maintien intégral de leur salaire pendant cette période d’absence.
La prise des congés parentaux d’éducation qui sont ouverts aux pères et aux mères de famille doit être facilitée.
 
La prochaine réunion de négociation se déroulera le 26 octobre 2010. D'ici là, n'hésitez pas à nous faire part de vos idées. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :