Accord senior attaqué : la CFE-CGC défendra sa signature

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La Direction Générale de Pôle Emploi ainsi que les signataires de l'accord sénior ont été assignés en justice par la CGT au TGI de Paris. Objectif : dénoncer cet accord !

 

La CFE-CGC métiers de l'emploi s'insurge contre de tels agissements qui risquent de priver les salariés d'avantages négociés durement et appliqués depuis bientôt 2 ans.

 

Nous avons donc décidé de faire avocat commun avec l'UNSA et le SNAP pour défendre notre signature de cet accord.

Publié dans Actualités

Partager cet article

Repost0

Nouveau DG : c'est officiel

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Le nom courrait déjà depuis plusieurs semaines, l'annonce officielle a été faite hier 16 novembre 2011 durant le Conseil d'Administration de Pôle Emploi.

 

Jean Bassères sera notre prochain Directeur Général.

 

Publié dans Actualités

Partager cet article

Repost0

Droit d'option : point au 31 octobre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Le dernier chiffre fourni par la Direction Générale a maintenant dépassé les 70% pour arriver à 72,02% (contre 67,62% à fin septembre 2011).

 

18442 agents ont opté (hors cadres dirigeants).

 

Pour les chiffres détaillés, voir le document ci-dessous.

 

Droit d'option fin octobre 2011Droit d'option fin octobre 2011

Publié dans Droit d'option

Partager cet article

Repost0

Grève du 14 novembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Veuillez trouver ci-dessous les chiffres de la grève du 14 novembre 2011 (chiffres provisoires - source Direction Générale)

 

Taux national provisoire (hors Guadeloupe, Guyane et Martinique)
Grève du 14 novembre 2011

Appel spécifique Pôle emploi : SNU avec d'autres OS dans certains établissements
Thème : Effectifs, conditions de travail et service public
Etablissements Effectifs Agents % Sites

Etablissements grévistes agents fermés
Alsace 1 195 4 0,33% 0
Aquitaine 2 205 332 15,06% 3
Auvergne 924 44 4,76% 0
Basse Normandie 1 080 273 25,28% 4
Bourgogne 1 107 116 10,48% 2
Bretagne 2 037 67 3,29% 0
Centre 1 758 39 2,22% 0
Champagne-Ardenne 1 022 38 3,72% 0
Corse 292 0 0,00% 0
DSI 1 500 0 0,00% 0
Franche-Comté 831 76 9,15% 0
Haute Normandie 1 401 18 1,28% 0
Ile-de-France 8 056 358 4,44% 1
Languedoc-Roussillon 2 026 110 5,43% 0
Limousin 486 62 12,76% 0
Lorraine 1 649 265 16,07% 1
Midi-Pyrénées 1 942 70 3,60% 1
Nord-Pas-de-Calais 3 227 342 10,60% 0
PACA 3 796 461 12,14% 6
Pays-de-Loire 2 407 19 0,79% 0
Picardie 1 354 24 1,77% 0
Poitou-Charentes 1 235 73 5,91% 0
Pôle emploi services 534 6 1,12% 0
Rhône-Alpes 4 356 187 4,29% 1
Siège 965 4 0,41% 0
Guadeloupe



Guyane



Martinique



Réunion 943 25 2,65% 0
Total 48 328 3 013 6,23% 19

 

Publié dans Grèves

Partager cet article

Repost0

CCE extraordinaire du 8 novembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Pour rappel, ce CCE extraordinaire avait pour seul et unique point à son ordre du jour : "Présentations des principales pistes de réflexion sur la future convention tripartite".

 

Intervention du Directeur Général :

  • Pas de document à fournir car les négociations sont en cours et sont loin d'être terminées. Mais, il a jugé utile de nous donner les pistes de réflexion.
  • Début des discussions il y a quelques mois déjà.
  • Première réunion : cet été à partir de juillet.
  • I reste à ce jour 2 à 3 réunion du comité de coordination (État, Unédic et Pôle Emploi).
  • Pense pouvoir présenter la future convention au Conseil d'Administration de Pôle Emploi au plus tard le 14 décembre 2011 (voire plus tôt si possible)
  • Le texte s'appuie sur les qualités et les défauts de la convention actuelle
  • Ancienne :
    • cadre de travail assez précis et ambitieux
    • mais, dès le départ, elle s'est retrouvé bousculé par une crise malgré les ajustements en toute fin de négociation. Résultat, tout n'était pas facile à mettre en oeuvre !
    • Il y avait beaucoup de détails dans ce que devait être l'organisation du travail. Du coup, le Conseil d'Administration était un peu remis en cause.
  • Le choix a été fait d'être plus stratégique et moins opérationnelle pour que le CA puisse avoir de la marge dans la mise en oeuvre.
  • La convention devrait tourner à 15 pages environ, contre 30 pour l'actuelle (sans compter les annexes)
  • Ancienne : très axée sur les moyens et la mesure de la performance, plutôt que sur des mesures d'impacts
  • Future : ce sera un texte court plutôt axé sur le résultat que sur les moyens. De plus il s'agit d'un texte comprenant une clause de révision.
  • 3 parties :
    • L'offre de services : idée générale est de dire qaue pour les demandeurs d'emploi et les entreprises il faut mettre en place et garantir un accès universel aux services de Pôle Emploi (35h d'ouverture minimum des sites et accès en ligne 24h/24h).
      • Accélération du retour vers l'emploi par un accompagnement personnalisé
      • EID : avec engagement que les DE soient reçus dans un délais de 10 jours et engagement à ce que les droits soient notifiés sous 15 jours
      • EID : doit permettre de faire un diagnostic précis et c'est dans ce cadre que se définira un accompagnement classique débutant au 4ème mois ou un autre type d'accompagnement débutant dès le premier mois (tout n'est pas encore décidé)
      • Parle de portefeuille de 60 DE par conseiller concernant les accompagnements "renforcés" mais les modalités de constitutions de ces portefeuilles ne sont pas définis... (remarque : donc attendons, ce n'est pas clair.).
      • Indemnisation : pas de changements particuliers
      • Service aux entreprises : 
        • parle d'un service universel et d'un service plus. L'idée est que Pôle Emploi puisse proposer des services renforcées pour certaines entreprises (secteur tension, employeur en difficulté de recrutement..., ou employeurs avec offres pour DE en difficulté)
        • Parle d'une notionde transparence du marché et du fait que les employeur puissent être plus facilement contactés par les DE comparé à aujourd'hui.
        • Parle d'un accès plus large aux banques de CV des DE
    • Pôle Emploi dans les territoires et actions vers les usagers : pas de remise en cause mais possibilité est ouverte de faire des interventions spécifiques en cas de problème ponctuel (exemple : agence provisoire).
    • Pilotage et suivi de la convention
      • on pilotera par les résultats et non plus par les moyens mobilisés
      • par exemple : le taux de sortie
      • parle de croisements entre le fichier de l'ACOSS (DUE) et les fichiers de Pôle Emploi pour mieux estimer les résultats (décret en cours de signature). Cela permettra de déterminer la qualité de l'intervention de Pôle Emploi. La question qui reste : sommes-nous capable d'apprécier la contribution en prenant en compte la situation économique extérieure ?
      • Il y aura en plus un indicateur de satisfaction des clients.
  • Moyens :
    • État : maintien de 1.360 milliard d'euros, mais, il ajoute en commentaire qu'il se pourrait que ce soit un montant net, englobant les divers compensations de certains dispositifs...
    • Unédic : 10% (le terme "minimum" n'est plus écrit pour le moment)
  • Effectifs : il y aurait un engagement de maintien des effectifs pour les 3 ans de la convention et sur la base des effectifs 2012.
  • En revanche, pour renforcer l'accompagnement, il faut continuer le travail de restructuration et il faudrait 2000 ETP à redéployer des structures vers le réseau (600 sur des fonctions support, 400 managériales, et 1000 "progrès de productivité")
  • Il pense qu'il y a encore des progrès liés à la restructuration. Il attire l'attention sur le fait que les gains ne peuvent se faire qu'au fur et à mesure et que derrière les postes, il y a des hommes et des femmes. Les postes ne peuvent pas être transformés instantanément. Il ajoute enfin qu'en plus, les prévisions de départs à la retraite sont faibles (400 à 500 par an), ce qui ne permet pas de faire cela facilement car pas assez de mobilité interne

 

Intervention de la CFE-CGC :

  • Il nous est difficile d'intervenir sans documents préparatoires
  • A part l'impact de la crise, nous aurions aimé un bilan plus précis de la convention tripartite actuelle
  • Qu'en est-il de l'intégration  des préconisations des différents rapports sortis ces derniers mois ?
  • En gros, nous voyons réapparaître la notion de niveau de service pour les Demandeurs et les entreprises
  • Autonomie : difficile de comprendre les réticences des négociateurs de la convention car les conseillers sont des experts et des techniciens de l'emploi
  • Nous avons toujours la même inquiétude concernant les moyens : si le pilotage devient un pilotage par résultat il faut à minima que les moyens de mise en oeuvre minimum existent
  • Pour nous le chiffre de la participation de l'État est un chiffre en baisse car après les 150m€ envolés, d'autres compensations semblent disparaître !
  • Pilotage par résultats : quels seront les impacts de ce changement sur l'organisation du travail, sur le management, sur les agents... ?
  • Plus de marge de manoeuvre au local : comment s'assurer de l'équité de traitement sur tout le territoire ?
  • Quel est l'impact de cette future convention tripartite sur les dialogues de performance en cours ?
  • Quelles sont les consignes données au réseau pour que la convention puisse être transcrite sur le terrain dès la première année ?

 

Réponse du Directeur Général aux différentes interventions (par manque de temps, il manque beaucoup de réponses) :

  • il reste des points difficiles à négocier et où il y a désaccord comme la segmentation des parcours
  • Pas question de réduire l'autonomie... car déjà peu élevée aujourd'hui. L'accroître voudrait aussi dire laisser plus de temps : or du temps, nous n'en avons pas ! Sinon, laisser le conseiller déterminer le type de suivi à l'intérieur de son portefeuille ? A titre personnel, j'ai des réserves.
  • Sur l'entreprise, il considère que la réflexion n'est pas terminée. Parle malgré tout d'un excès dans les présélections par rapport aux MER+ (Rq : le résultat du pilotage par moyens ?)
  • A propos de Mayotte, parle de la création d'un DT et d'une troisième agence
  • Ce qui n'apparait pas aujourd'hui dans le texte ? l'insertion des publics en difficulté où il y a peu de choses à ce sujet.
  • Il n'y a pas de conditionnalité des financements aux résultats de Pôle Emploi
  • marge de manoeuvre locale : parle plutôt des agences et des territoires
  • conditions de révision ? Parle d'une tendance économique...
  • Indemnisation : en parle peu car pas de changements de principes contrairement à la demande et à l'entreprise
  • Peut nous envoyer le texte prochainement

 

Commentaire : nous sommes très loin d'avoir obtenu des réponses à toutes nos questions. Nous comprenons maintenant mieux dans quelle direction on semble vouloir nous amener. Maintenant, ce changement de pilotage devra se traduire concrètement et bouleverser les habitudes qui seront tenaces. Ce n'est pas gagné d'avance ! Attendons maintenant le texte.

 

Le prochain CCE est pour le moment programmé le 8 décembre 2011

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

CCE ordinaire du 8 novembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Pour rappel de l'ordre du jour, voir cet article.

 

Consultation sur GOA

Les échanges préalables au vote n'ont pas apporté de nouveauté. Malgré tout, nous avons entendu du DG que GOA ne génère pas de RPS, en fait c'est le contraire car cela aide à mieux fluidifier l'accueil !

 

Après une délibération à l'unanimité sur une consultation de la CNIL, le Directeur Général a procédé au vote.

 

Vote :

Contre : les élus SNU et UNSA

Abstentions : les élus CFE-CGC, CFDT et FO

NPPV : les élus SNAP

Pour :

 

La CFTC et la CGT veulent attendre l'avis de la CNIL pour se prononcer

 

Explication de vote CFE-CGC :

" Encore une fois, avec GOA, nous partons d'un constat et d'un besoin que la CFE-CGC peut comprendre. Par contre, à nouveau, c'est dans sa mise en oeuvre et dans le fonctionnement de l'outil que les choses ne vont pas à nos yeux.

L'outil seul peut être vu comme simple, mais il arrive dans un environnement comme un outil de plus.

De plus, les réponses évasives sur l'absence de lien  "pour le moment" avec le contrôle de gestion nous laisse craindre à terme une utilisation classique de ce genre d'outil pour de la gestion non pas des flux mais des effectifs ceci afin de mieux les réduire. "

 

Consultation sur REPERE

Intervention de la CFE-CGC :

  • REPERE est un dossier difficile de par sa nature car selon les dire de la Direction, il ne s'agit que d'une compilation de pratiques
  • Mais, la mise en oeuvre des sites mixtes étant à peine digérée, certains sites étant toujours multilocalisés, on voit arriver REPERE avec bien autre chose qu'une simple compilation de l'existant. Une des conséquences : les adjoints au Directeur.
  • Malgré les propos rassurant de la Direction comme quoi les évolutions se feraient au fil de l'eau, l'inquiétude persiste et est clairement alimentée par des pratiques où on pousse des adjoints vers la sortie.
  • Les adjoints ont une véritable utilité dans les sites où ils sont et ne manquent vraiment pas de travail. Leur suppression dans certains sites est incompréhensible

 

Réponses du Directeur Général :

  • Ne veut pas de confusion entre REPERE et le schéma territorial d'implantation.
  • Il nous indique que REPERE donne lieu à des lectures plus ou moins normatives (?!?!).
  • Nous aborderons REFERENCE (le REPERE des structures) lors du CCE du 8 décembre 2011.
  • Évoque la possibilité d'utiliser le même outil d'accompagnement pour REPERE que pour le SAE en cas de repositionnement
  • Point de vigilance : il dit que la question de la taille (concernant les adjoints) notamment pour les effectif de 35 à 40 pourrait se poser. "il faut mettre cela sous surveillance". "S'il faut faire des évolutions, on les fera ! ". " On a mis la frontière à 40, peut être faudra-t-il descendre ?"
  • Le Référentiel Immobilier est une des briques de REPERE mais REPERE n'impose pas en tant que tel de prescriptions sur le référentiel

 

Après une demande (refusée par la Direction) des organisations syndicales à ce que le vote soit groupé avec celui de REFERENCE, le Directeur Général a mis REPERE à la consultation

 

Vote :

Contre : les élus CFE-CGC, CFTC et UNSA

Abstention :

NPPV

Pour :

 

Les élus CFDT, CGT, SNAP, FO et SNU se sont déclarés en incapacité à émettre un vote.

 

Explications du vote CFE-CGC :

" Nous notons que la Direction prend en compte nos inquiétudes notamment concernant la fonction des adjoints au Directeur. Malheureusement, nous n'en sommes pour le moment qu'à de bonnes intentions et le dossier soumis au vote ne comprend aucune modification dans ce sens. Ceci nous amène de fait à exprimer un vote négatif "

 

 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

Réunion technique mutuelle/prévoyance

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Comme nous vous l'annoncions lundi soir dans cet article, une réunion technique s'est tenue mercredi 9 novembre 2011 au sujet de la mutuelle et de la prévoyance.

 

Pour rappel, il s'agit de la fin d'un processus qui a commencé par une négociation pour un cahier des charges (voir accord et avenant) pour un futur dispositif santé et prévoyance commun à l'ensemble des agents de Pôle Emploi.

 

Toujours pour rappel, la CCN avait dans son article 49 suffisamment verrouillé les négociations (voir son §2)  pour en arriver à un véritable "meilleur des 2".

 

La procédure retenue pour l'appel d'offre s'appelle : "Dialogue compétitif" et comportait 2 lots, un pour les frais de soins de santé et un pour la prévoyance et la dépendance. Le processus a commencé le 13 mai 2011 (publication de l'avis d'appel à la concurrence) pour se terminer le 16 août 2011 (date limite de réception des offres finales). Au fur et à mesure, certains candidats ont été éliminés par non respect des critères de la procédure. Au final, le 4 novembre, le Directeur Général a signé les contrats sachant que la mise en oeuvre effective est pour le 1er janvier 2012.

 

Lors de cette réunion, nous avons eu toutes les explications sur le système de notation ainsi que sur les notes amenant au résultat que nous communiquions lundi 9 novembre 2011. Le résultat est alors assez clair et montre que le critère du prix a été déterminant alors que les éléments techniques étaient beaucoup plus proches

 

Maintenant, la question que beaucoup se pose est de savoir " combien cela va me coûter ? ". Nous ne répondrons pas directement à cette question tant que nous n'aurons pas eu tous les éléments. En effet, si les pourcentages nous ont été donnés, il convient de reprendre l'accord pour voir que le mode de calcul pour la santé est plus compliqué que la seule application d'un pourcentage.

 

Prévoyance/Dépendance :

Pour les agents privés, tous les taux seraient à la baisse avec une garantie supérieure, ceci pour toutes les tranches et pour toutes les catégories d'emploi.

 

Pour les agents publics, les taux seraient aussi à la baisse sauf pour le maintien du revenu, légèrement à la hausse.

 

Un problème reste à résoudre en conséquence de la clôture des contrats antérieurs.En effet, il reste un excédent de 21m€ d'un coté et un déficit de 14m€ de l'autre (public). Ce déficit est le résultat du fait qu'à la mise en place du contrat de prévoyance obligatoire à l'ANPE, le prestataire a fait l'avance de fond. Cette avance était remboursée par une contribution de 0.3%. Mais du fait que, en optant les agents publics quittaient un dispositif pour un autre faisait que mécaniquement, il y a moins de contributeurs à ce remboursement. De l'autre coté, le prestataire s'est retrouvé avec un nombre d'adhérents largement supérieur à celui du marché initial. La Direction souhaite que les 21m€ soient injectés dans le dispositif et que les 14m€ soient l'objet d'un remboursement de 0.12% ce qui permettrait en contre partie de garantir les taux sur la durée du contrat (sauf modification réglementaire). Cette question a beaucoup fait débat et devra faire éventuellement l'objet d'un accord. Malgré tout, si aux taux offerts par le prestataire nous ajoutions ces 0.12%, les taux finaux seront toujours inférieurs aux taux précédents.

 

Santé :

Là encore il convient de rappeler que le mode de calcul n'est pas simple. En effet, il ne convient pas de prendre 25% du forfait pour calculer la cotisation de chaque agent.

Le chapitre 3  de l'accord précise que c'est au global que la contribution de l'employeur est de 75% et de 25% à l'ensemble des agents en activité. De plus, un agent ne peut cotiser plus de 60% du forfait.

L'accord, qui est la reprise du processus antérieurement connu, prévoit donc le calcul de taux à appliquer pour en arriver à ce résultat de 75%/25% au global.

 

Malgré tout, et dans l'attente des prix et des taux définitifs, nous pouvons vous dire que l'augmentation de la cotisation sera modeste, sachant surtout qu'il ne faut pas oublier que les prestations seront largement meilleures (regardez par exemple les postes "optique et dentaire").

 

Important : après la remise des dossiers, il faut se souvenir qu'une loi a doublé la taxe sur les mutuelles santé passant de 3.5% à 7%.

 

Résultat : nous pensons que tout compris (nouveau tarif et nouvelle taxe), la hausse devrait pouvoir être inférieure à 5€ pour la majorité des agents. Encore une fois, il ne faut pas oublier que les garanties seront largement supérieures.

 

Attendons maintenant d'avoir les éléments précis sachant qu'une vaste communication sera faite en direction des agents. Pour la grande majorité (agents privés), le transfert sera simple dans la mesure où le prestataire reste le même. Reste les agents publics pour qui il conviendra d'être attentif pour que le transfert génère le minimum d'inconvénients.

Publié dans Mutuelle - Prévoyance

Partager cet article

Repost0

Mutuelle et prévoyance

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

A la fin d'un long processus, voici le résultat suite au dialogue compétitif concernant la mutuelle et la prévoyance qui sera celle de l'ensemble des salariés de Pôle Emploi à partir de janvier 2012.

 

Frais de soin de santé : Malakoff Médéric (en groupement avec l'UNPMF)

 

Prévoyance : UNPMF (en groupement avec Malakoff Médéric)

 

Une réunion technique se tiendra mercredi 9 novembre 2011 à la Direction Générale. Nous aurons alors les éléments d'information détaillés sur le choix des prestataires retenus.

Publié dans Mutuelle - Prévoyance

Partager cet article

Repost0

CPN 6 du 27 octobre 2011 et du 3 novembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

CPN 6 du  27 octobre 2011

" Les Représentants du personnel CFDT / CFE-CGC en CPN 6  convoqués jeudi 27 octobre pour l’étude des candidatures sur les postes de l’encadrement supérieur mis au mouvement ont  refusé de siéger devant la faiblesse des réponses de la Direction  Générale sur les conditions particulières du mouvement organisé en Ile de France. Cette opération venait de plus  après l’opération Basse Normandie à laquelle ils avaient déjà réagi.

La CFDT et la CFE-CGC vous communiquent leur déclaration :
« La mise au mouvement de postes non vacants appelle une information préalable des élus et ce indépendamment de la consultation du CE concerné par la réorganisation.
Les délibérations du CE  devraient aussi être communiquées afin que la CPN statue en connaissance du dossier.

Cette information devrait légitiment comporter :

  • la motivation de la réorganisation
  • l’information des priorités de reclassement des agents pour lesquels les postes sont supprimés
  • le traitement des situations des agents qui ne se verraient pas attribuer de poste sollicité
  • l’articulation entre la DR et La DG cette dernière étant compétente dans les décisions de nomination de l’encadrement supérieur.

Dans ce dossier  précis nous questionnons aussi concrètement:

  • la non diffusion du poste de DAF contraire aussi bien aux règles de la CCN que de la gestion du statut de 2003.
  • la diffusion des postes de DT alors que ni leur nombre, leur territoire d’intervention, ni leur fiche de fonction, n’ont bougé.
  • les conditions de reclassement des cadres non retenus –sans pour autant considérer éteintes leurs possibilités de recours individuels. 

Les représentants du personnel en CPN6 ne nient pas que bientôt trois ans après l’installation de l’encadrement de pole emploi n’apparaissent pas à la fois le besoin d’évolution  de certains organigrammes et des possibilités de mouvements de cadres. Nous regrettons par contre  que ceux-ci s’opèrent dans les mêmes conditions de précarité qu’en mars 2009. La direction de Pôle emploi n’a toujours pas doté cette entreprise  d’une politique de nomination, de gestion de carrière de  son encadrement. Parler en ce domaine de « processus de nomination piloté par le niveau national, à travers des revues de carrière en région, d’un  comité carrière national et de commissions paritaires »  relève de la propagande éhontée. En la matière ce n’est pas le meilleur des deux mais bien le retour en arrière au profit de la cooptation et du copinage indigne d’une institution de service public. 

C’est devant ce lourd constat que nous demandons les explications du président de la CPN et  de la  DGA RH. "  

CPN 6 du 3 novembre 2011

Pour consulter les résultats de cette commission, cliquez sur le lien suivant : CPN 6 du 3 11 2011

 

Publié dans CPN 5 & CPN 6

Partager cet article

Repost0

CCE du 3 novembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Pour rappel, ce CCE avait pour un seul et unique point à son ordre du jour : le règlement intérieur du CCE.

 

Il y a deux façons pour rendre compte de ce qui s'est passé durant ce CCE.

 

La première, la plus simple, est de dire que le règlement intérieur du CCE a -enfin- pu être adopté (10 pour (élus CFE-CGC, CFDT, FO et UNSA), 9 contre (élus SNU, SUD et CGT), et 1 non participation au vote (élu CFTC)). Il était temps que le CCE puisse enfin se doter d'un règlement intérieur alors que la fin de la mandature actuelle est dans maintenant moins d'un an !

Plus important encore, la commission HSCT du CCE, prévue par la CCN, va enfin pouvoir se réunir. Pour rappel le Directeur Général y avait trouvé un intérêt soudain suite à la prise d'otage (il n'était pourtant pas si pressé que cela juste avant cet évènement) !

 

La deuxième façon de vous relater cette réunion est à nos yeux plus grave. A l'image des difficultés du CCE a fonctionner correctement, certaines organisations syndicales, insatisfaites par le projet de règlement intérieur qui allait être proposé au vote, sont alors entrées dans un processus visant à ce que le vote ne puisse avoir lieu. Pour eux, il fallait recommencer la lecture article par article, obtenir plus de moyens, demander des documents... Bref la même recette qui nous avait amené à 1 an de la fin de la mandature sans règlement intérieur... donc sans moyens !

Oui il y a toujours une déception entre ce que l'on espère obtenir et ce que l'on obtient, c'est la règle d'une négociation, mais faut-il pour autant ne pas avancer ?

Ce que nous déplorons dans ce qui s'est passé hier, c'était la tentative de bloquer le fonctionnement du CCE afin que le vote ne puisse avoir lieu. Tout était bon pour aboutir à cela : interventions successives pour tenir des propos similaires, demande de voir le courrier délégant la présidence à Mr Rashid, demande de vote à bulletin secret, prise de paroles successives...

 

La CFE-CGC métiers de l'emploi tient à déplorer que le syndicalisme (ou plutôt une certaine forme de syndicalisme) ne soit pas sorti grandi de cette réunion, c'est le moins que l'on puisse dire ! Mais, c'est aussi ce qui nous motive à continuer d'agir... autrement.

 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0