Retraite des exRAC/exAFPA : du nouveau !

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Les négociations sur la retraite des exRAC (et aussi exAFPA) se sont réouvertent le jeudi 8 septembre 2011.

 

A notre surprise, c'est le Directeur Général qui a ouvert la réunion. Il a directement pris la parole pour faire le bilan des négociations précédentes et faire ses propositions. L'été semble avoir été propice à la réflexion et au retour au bon sens. En effet, il a admis que le transfert ne pouvait se faire qu'à prestation équivalente et que les études actuariales ont clairement démontré qu'une perte existait pour un nombre non négligeable des agents concernés.

 

Mr Charpy a rapidement cité la piste de la surcomplémentaire (mais qu'il rejète pour cause d'obligation d'élargissement à tous les agents) ainsi que le rachat de points (rejeté car pas possible de faire de l'individuel dans un dispositif collectif). Il en est alors arrivé à proposer la solution du maintien des personnels de l'exRAC à l'AGIRC ARRCO dans un groupe fermé. Pour expliquer cette position, il met en avant un "revirement" des Présidents des caisses et d'un engagement de principe du Ministre.

 

Scénario proposé par le DG : il propose un accord visant à prolonger de deux ans l'échéance actuelle de manière à  ce que la solution législative promise (permettant la mise en place d'un régime fermé) puisse se mettre en oeuvre.

 

Commentaires de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi :

  • La piste de la surcomplémentaire, largement demandée par les organisations syndicales, ainsi que la piste de la revalorisation individuelle ont été balayées du revers de la main par la Direction Générale. Nous demandons qu'elles puissent être étudiées.
  • La tentative de mettre ce revirement de situation sur le dos des présidents de caisses nous paraît quelque peu osé. En effet, la position de ces derniers s'est faite dans le cadre de l'environnement législatif existant qui ne prévoyait pas cette possibilité de maintien. Le transfert de tout le monde est la règle de base incontournable en l'absence de décision législative spécifique (comme cela a pu se faire pour La Poste).
  • Nous engager sur un accord sans garantie autre que l'engagement du Ministre nous paraît incertain et fragile dans un contexte pré-électoral.

 

Si nous apprenons avec satisfaction l'arrivée d'une solution possible, il nous reste maintenant à voir dans quel ordre les choses vont se mettre en oeuvre et avec quel niveau de garantie. Ce n'est qu'à cette condition que la CFE-CGC sera en capacité d'analyser cette proposition et de prendre une position.

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

CCE ordinaire du 6 septembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Ce CCE ordinaire (voir l'ordre du jour) s'est tenu dans des conditions particulières avec une rentrée marquée par plusieurs mois de hausse du chômage ainsi que par une sortie littéraire...

 

Avant de pouvoir entrer dans l'ordre du jour, nous avons eu une succession d'interventions très variées amenant le Directeur Général à apporter les réponses suivantes :

  • Mandat : il confirme qu'il compte tenir son mandat jusqu'au 18 décembre
  • Référentiel immobilier : le Conseil d'Administration lui a demandé des mesures d'économie (et en particulier sur le référentiel immobilier). Ce projet (qu'il nomme "d'optimisation") sera présenté au CCE.
  • CCE extraordinaire : il sera nécessaire d'en organiser pour examiner l'expertise sur les comptes 2009 ainsi que le règlement intérieur du CCE. Ce serait aussi l'occasion d'aborder la note de cadrage.
  • Note de cadrage : rien de bien nouveau dans cette note. L'EPA en est un point important.
  • Effectifs : il rappelle la déclaration "très claire" de Xavier Bertrand comme quoi il n'y aura pas de réduction des effectifs en 2012. L'effectif stabilisé à fin 2011 se retrouvera à la fin 2012.
  • Convention tripartite : la convention actuelle arrive à échéance à la fin de l'année. Le ministre a voulu relancer les sélections . Ce sera à l'occasion des discussions pour la prochaine convention tripartite que la question des effectifs au-delà de 2012 pourra être abordée. Les discussions commenceront dans les prochains jours. L'objectif est d'aboutir à un texte d'ici début décembre. Il y a eu une réunion politique en juillet avec juste l'évocation de quelques pistes. 
  • AFPA : il ne verrait que des avantages à ce qu'un bilan de l'intégration du personnel soit fait (d'ici la fin de l'année)
  • EID : un premier bilan devrait être fait à l'automne
  • Égalité H/F : un rattrapage sera effectué concernant certains items non intégrés en août (pour les personnes concernées). Pour les agents publics, il rappelle les termes et les modalités de l'accord les concernant (sous forme d'avancements accélérés)
  • Dématérialisation de nouveaux courriers : pour le Directeur Général, il ne s'agit pas d'un processus nouveau ("cela fait des années qu'on le fait"). Ce qui est nouveau en 2011, c'est la sécurisation de ces dispositifs. Le demandeur est questionné sur son souhait de recevoir les courriers sous cette forme via une double saisie, complétée par une action du demandeur une fois chez lui. Les courriers sont déposés dans l'espace personnel du demandeur qui reçoit uniquement un mail l'informant de l'arrivée d'un nouveau courrier. Il admet que "l'on peut certainement sécuriser davantage pour s"assurer de la lecture du courrier" ! Dans ces nouveaux courriers dématérialisés, se trouve la GL1 (convocation) et la GL2 (avertissement avant radiation). La GL3 (décision) n'est pas dématérialisée. Il ajoute que 80% des demandeurs qui se préinscrivent sur internet choisissent la modalité dématérialisée.
  • Espace Liberté Emploi : il répète qu'il ne supprime pas cet outil et qu'il ajoute même des moyens. Par contre ces renforts ne seraient pas à Paris mais dans les sites A2S. Il y aurait un rattachement fonctionnel à la structure Espace Liberté Emploi et un rattachement administratif au site A2S.
  • Entretetien Professionnel Annuel : il rappelle que la CCN prévoit qu'il soit obligatoirement proposé mais que le refus ne peut faire l'objet de sanction.
  • REFERENCE : il s'agit d'un point qui sera mis à l'ordre du jour d'un prochain CCE.
  • Réduction des effectifs des fonctions supports ? : cela faisait parti de la précédente convention tripartite. Il y a eu REPERE et il faut maintenant restructurer les fonctions supports. Il rappelle que REPERE fera l'objet d'une consultation.
  • Livre du DG : il nous dit qu'il serait préférable de le lire plutôt que de reprendre ce qui en est dit (voir article de la CFE-CGC).
  • Entretien de Suivi d'Activité : pour le Directeur Général, il s'agit d'un acte normal de l'activité. S'il n'est pas suivi, il peut y avoir une procédure de sanction. Demande malgré tout de faire remonter les problèmes...
  • Enquête mirroir : le Directeur Général nous informe qu'une enquête est faite auprès d'agents sur la période du 5 au 16 septembre (anonyme).

 

Peu avant, la CFE-CGC métiers de l'emploi était intervenue pour dire :

  • que l'été et les congés n'ont malheureusement pas aidé les agents à aller mieux.
  • que les conditions de travaillent continuent de se dégrader
  • que si l'on entend parler d'un départ proche du Directeur Général, en attendant, à la CFE-CGC, nous avons un interlocuteur : Christian Charpy. Compte tenu de tous les sujets à traiter, nous comptons travailler avec le DG jusqu'au bout, sans report.
  • que nous attendons de lui de faire en sorte que les Directeur Régionaux respectent les décisions et consignes du Directeur Général.

 

Les organisations syndicales ont voté une motion à l'unanimité concernant la dématérialisation des courriers. Le Directeur Général, sous répondant ne pas avoir tous les éléments à sa disposition et souhaitant faire des vérifications, vérifiera certains éléments juridiques.

 

Revenons à l'ordre du jour !

 

Point 1 : validation de PV à l'unanimité

 

Point 2 : ODIGO

Après une présentation du dossier par Mr Chapuy, les organisations syndicales sont intervenues pour faire part de leurs questions et commentaires.

 

Expression de la CFE-CGC :

  • La CFE-CGC comprend la volonté de sécuriser la réception des appels des employeurs. Par contre, sécuriser les appels ne veut pas dire que l'on apporte ensuite la réponse qu'attend l'interlocuteur !
  • Précédemment, les entreprises appelaient des lignes directes et tombaient sur des conseillers qui connaissaient le secteur professionnel de l'entreprise. A la lecture du document de présentation d'ODIGO, on constate que cette expertise apportée n'est plus garantie. En effet, le choix selon 3 modalités nous laisse à craindre un glissement vers le troisième qui de fait va vers une disparition des équipes et de leur expertise. Cette crainte est pour nous d'autant plus forte que le site est petit (si l'on se réfère à l'expérimentation de la région Poitou-Charentes)
  • l'impossibilité de rappeler nous semble incompréhensible !
  • De 3 modèles au choix, nous aurions compris un fonctionnement progressif sous 3 modalités.
  • Où est le bilan de l'expérimentation ? Meilleur taux de décroché ? Meilleure qualité des offres ? Meilleur taux de satisfaction des offres ?...
  • Où est l'étude d'impact (cf le plan d'action DG sur les RPS) ?

 

Réponses du DG :

  • Va répondre à certains points et complétera pour d'autres par écrit
  • "la première qualité de service c'est de répondre au téléphone"
  • Ce que l'on sait c'est que nous sommes actuellement à un taux de décroché de 60%
  • On ne peut assurer un service si l'on a pas l'interlocuteur au téléphone
  • Coté 3995, le taux de décroché est entre 90% et 95%
  • Dans les régions déjà "ODIGO", le taux de décroché n'a pas baissé
  • Taux de décroché = indicateur d'efficience. Autres indicateurs : les mises en relations et la satisfaction
  • Il ne voit pas en quoi ODIGO peut changer les conditions de travail dans les agences
  • Il parle de la difficulté pour une entreprise à tomber sur son référent
  • Coût de la mise en place d'ODIGO : 50.000€
  • "Je suis tout à fait prêt à donner le retour d'expérience" et il ajoute "qui est bon"
  • L'objectif de de pouvoir terminer le déploiement avant la fin de l'année
  • Il n'y a aujourd'hui aucune raison de débordement du 3995 vers une plate-forme extérieure.
  • 68% des offres sont saisies en équipes professionnelles, 4% par le 3995 et le reste en ligne. Il précise à l'occasion que les offres en ligne ont un taux de satisfaction moindre.
  • Pas de formations spécifiques pour ODIGO

 

Réaction et réponse de la CFE-CGC :

  • Nous ne partageons pas la vision par le Directeur Général sur ce que sont les équipes professionnelles. En effet, elles fonctionnent depuis trop longtemps en mode dégradé ! Prendre la situation actuelle comme référence n'est pas correct ! De plus, il ne faut pas confondre le référent avec l'expertise sectorielle. Si l'entreprise ne tombe pas sur son référent, avoir un conseiller connaissant son domaine permet une qualité de prise d'offre supérieure. 
  • Nous aurions pu comprendre la mise en place d'un dispositif supplémentaire de sécurisation du processus de réponse au téléphone et de prise d'offre mais le projet présenté peut aller jusqu'à un choix qui déstructure les équipes professionnelles.
  • Nous sommes encore dans un dispositif de perte d'expertise.
  • Entendre dire que suite à ODIGO, le taux de décroché ne s'est pas dégradé est étonnant dans la mesure où il semble qu'une amélioration devrait être attendue par la direction.

 

Point 3 : indemnisation des agents publics par Pôle Emploi

Présentation du dispositif permettant, après convention, d'éviter au demandeur d'emploi de retourner auprès de son ancien employeur pour son indemnisation (permettant ainsi de gagner du temps).

 

Questions de la CFE-CGC :

  • Nous souhaitons savoir si la convention, au delà du montant de la participation au frais de gestion, comprend une garantie ou une explicitation des moyens mis en oeuvre.
  • En extension, cette charge de travail étant nouvelle, les effectifs nécessaires seront-ils pris en dehors du plafond maximum actuel ?

 

Réponses du Directeur Général :

  • Les frais de gestion se montent à 1.1%
  • Les effectifs seront traités hors plafond
  • Le dispositif prévoit le versement d'une avance en début d'année. 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

Il sera en librairie jeudi… La CFE-CGC l’a déjà lu

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

« La tête de l’emploi,

Pôle emploi raconté par son patron »

 

 

         « C’est l’histoire des hommes et des femmes qui ont réalisé la fusion, sous les feux croisés du jeu des acteurs politiques et syndicaux, la pression exercée par les médias, la mutation profonde de leur métier et la lutte contre le chômage et la pauvreté. C’est à ce voyage dans l’histoire de Pôle emploi qu’invite ce témoignage d’un acteur engagé » nous promet la quatrième de couverture.

 

         En 205 pages, un avant-propos et onze chapitres, Christian Charpy nous relate SA vision de la fusion de l’ANPE et des ASSEDIC. Privilégiant les anecdotes sur les analyses de fond, ce livre se lit rapidement, très rapidement même…

 

         En 2007, « Patronat et syndicats étaient vent debout contre la fusion » et lorsque celle-ci fut annoncée comme une certitude par Nicolas Sarkozy « chacune des forces en présence s’employait à défendre ses projets et à contrer ceux des autres ». « Le bal des prétendants » au poste de 1er Directeur Général de Pôle emploi est décrit avec de nombreux détails et l’auteur considère, il l’écrit, qu’il avait « quelques atouts en main »…

 

         « Le combat des chefs » (chapitre trois) insiste sur les subtils équilibres à satisfaire lors des choix des futurs directeurs régionaux et des principaux directeurs exerçant au Siège de Pôle emploi. En plus de l’équilibre ANPE / ASSEDIC, Christian Charpy l’affirme : « Il fallut, en effet, considérer ce sujet délicat et tenir compte de la sensibilité syndicale des futurs directeurs » !    

 

         Dans « 2009, l’année de tous les dangers » (chapitre 4), l’auteur rappelle les effets massifs de la crise économique sur le fonctionnement de Pôle emploi : « dès le mois de juin, j’ai fixé trois priorités : inscrire, indemniser et démarrer l’accompagnement ».

 

         « Dans l’arène du Conseil d’Administration » (chapitre 5), Christian Charpy fait état de ses « bonnes relations » avec Jean-Claude Mailly et Stéphane Lardy de FO. Il n’en va pas de même avec Annie Thomas de la CFDT (« elle manifestait de grandes réticences à travailler avec moi et elle a fait tout son possible pour me compliquer la vie au quotidien ») ou avec Alain Lecanu de la CGC qui « montrait une belle ardeur à mettre des bâtons dans les roues ».   

 

         Dans « Politiques : les liaisons dangereuses » (chapitre 6), Christian Charpy reconnaît avoir eu des « relations tendues » avec Laurent Wauquiez : « J’avais mes idées, il avait les siennes, et elles n’étaient pas toujours convergentes !» « Deux hommes pour un fauteuil » écrit l’auteur qui affirme aussi que « Nicolas Sarkozy fait un tabac à Pôle emploi » !!! Christian Charpy qualifie enfin François Fillon de « soutien précieux ».

 

         Dans « Syndicats : scènes ordinaires de la vie conjugale » (chapitre 7), l’auteur constate qu’après « trois années de négociations, de concertation, de réunions bilatérales, de mouvements de grèves, le dialogue social au sein de Pôle emploi est loin d’être apaisé, c’est indéniable ».                

 

         « Le choc des cultures » est le titre du huitième chapitre où Christian Charpy écrit sur « les profils très différents » des ex ASSEDIC et des ex ANPE : « Loin de l’idée de mélanger deux cultures aussi radicalement différentes, tout l’enjeu de Pôle emploi a été d’en créer une nouvelle où chacun respecte l’autre ». Dans cette partie de l’ouvrage, l’auteur aborde aussi « les différences de salaires, source de tension » et «les limites du métier unique ».

 

         Dans le dernier chapitre, Christian Charpy appelle à « faire de Pôle emploi l’acteur pivot du marché du travail » et à « faire confiance à celles et ceux qui ont engagé leur vie professionnelle dans la lutte contre le chômage. Ils le méritent amplement ».

 

         En définitive, cet ouvrage intéressera sans aucun doute certains acteurs de cette fusion, notamment ceux qui l’ont vécue dans les sphères de la « haute hiérarchie » ainsi que dans certains appareils syndicaux. Mais ce livre ne reflète pas le ressenti de l’immense majorité des salariés placés en première ligne lors de cette restructuration. Il ne témoigne finalement pas des réalités vécues par ces collègues. Cette histoire là, même si elle n’est pas terminée, reste à écrire….

 

Christian Charpy, « La tête de l’emploi », éditions Tallandier, 14,90 euros

Publié dans Actualités

Partager cet article

Repost0

La CFE-CGC communique sur sa rencontre avec le Premier Ministre

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Le président et la secrétaire générale ont rencontrés ce matin, le premier Ministre à propos des mesures de réduction du déficit annoncées le 24 aout.
 
Ce plan ne permet pas d’identifier clairement un projet politique. Les mesures  ne donnent pas le sentiment d’un gouvernement qui agit mais qui réagit !
Nous avons besoin d’un projet politique ou l’égalité et le travail redeviennent des valeurs fortes.

 

C’est pourquoi : la CFE-CGC souhaite une remise à plat du système fiscal afin de respecter un principe fondamental,  celui de l’égalité des citoyens et des entreprises devant l’impôt.
La classe moyenne, que nous représentons, peut être imposée jusqu’à 25% alors que d’autres par le biais d’une optimisation fiscale sont imposés à 5%. Ce n’est plus tolérable.
Sans opposer les petites, moyennes et grandes entreprises, nous voyons bien que la taxation des TPE et des PME est disproportionnée par rapport aux grands groupes du CAC40. Il est là aussi indispensable pour notre organisation de réintroduire de l’équité afin de dynamiser notre tissu économique et ainsi retrouver le chemin d’une plus forte croissance.
 
Nous avons également demandé au premier Ministre de revenir à une gestion de bon père de famille et aux fondamentaux de la finance. Il s’agit pour nous de taxer fortement les mouvements purement spéculatifs pour redonner à la finance sa fonction naturelle, à savoir financer l’économie réelle, les entreprises et par conséquent l’emploi.
 
Dans le cadre de la présidence française du G20, nous avons porté la mise en place d’une Europe sociale et fiscale afin d’endiguer tous les phénomènes de délocalisation, de perte d’emplois et de dumping social.
 
A ce stade nous avons rappelé au premier Ministre qu’étant dans une phase de concertation et de propositions pour des mesures favorisant la croissance et l’emploi, nous n’étions pas dans l’intersyndicale, ni dans les manifestations annoncées pour début octobre.

 

Communiqué du mardi 30 août.

Publié dans Actualités

Partager cet article

Repost0

Départ proche ?

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Le mandat du Directeur Général, Christian Charpy, court jusqu'à la fin de l'année mais la confirmation du livre "La tête de l'emploi" peut laisser à penser qu'un départ proche est possible, voire fort probable.

 

Voici quelques liens vers des articles sur le net, qui vous permettront de vous faire votre propre opinion :

 

A suivre...

Publié dans Actualités

Partager cet article

Repost0

Ordre du jour du CCE du 6 septembre 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Voici l'ordre du jour du CCE qui se tiendra le 6 septembre 2011 :

  1. Approbation des PV des 2 février, des 3 et 11 mars 2011.
  2. Information sur ODIGO.
  3. Information sur l’indemnisation des agents publics par Pôle emploi.
  4. Information en vue d’une consultation ultérieure sur l’Entretien Professionnel Annuel (article 21 § 5).
  5. Information en vue d’une consultation ultérieure sur les modalités de recrutement (article 4 § 3 de la CCN).
  6. Questions diverses.

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

Version 7 du projet d'accord handicap

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Vous trouverez ci-dessous la dernière version du projet d'accord sur le handicap. La prochaine réunion de négociation est programmée le 16 septembre 2011.

 

Projet accord handicap v7Projet accord handicap v7

Publié dans Handicap

Partager cet article

Repost0

CPN5 : les avis du 27 juillet 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Vous pourrez ci-dessous les avis de la CPN 5 du 27 juillet.

 

Rappel : la CPN émet des avis consultatifs. Les décisions finales de nominations relèvent du Directeur Général. Elles seront prises dans quelques jours. Certaines décisions pourraient donc être différentes des avis diffusés dans ce tableau.

 

La prochaine CPN 5 devrait se tenir le 14 septembre 2011.




candidat pressenti
REGION N° poste Titre du Poste NOM PRENOM
BASSE NORMANDIE 309031 Responsable pole achats/juridique LEVAVASSEUR Philippe
BASSE NORMANDIE 309033 Responsable pole réglementaire applicatifs HAYS Francoise
BASSE NORMANDIE 309039 Responsable pole pilotage performance PIERRON Patrick
BASSE NORMANDIE 309040 Adjoint chef de service pilotage LEGRAND Stéphane
BASSE NORMANDIE 309041 Charge mission développement durable TICHADOU Jean-Philippe
CENTRE 308465 Directeur d'agence Pôle emploi Nogent Le Rotrou OUVRARD Pierric
DSI 308634 Support à la relation clients Rediffusion
DSI 309014 Ingénieur de Production Recrutement externe
FRANCHE COMTE 309093 Directeur d'agence Pôle emploi Besancon Palente MILLE Maryline
FRANCHE COMTE 309094 Directeur d'agence Pôle emploi Gray Rediffusion
ILE DE FRANCE 309087 Directeur d'agence Pôle emploi Rueil Malmaison GUILLOREL Anne Marie
ILE DE FRANCE 309088 Directeur d'agence Pôle emploi Courbevoie KUGELER Isabelle
ILE DE FRANCE 309089 Directeur d'agence Pôle emploi Puteaux MARCHAND Matthieu
LIMOUSIN 309023 Directeur d'agence Pôle emploi Brive Racine MURAT Geneviève
LORRAINE 309034 Conseiller en développement des organisations JACQUOT Sébastien
MIDI-PYRENEES 309028 Directeur d'agence Pôle emploi Souillac Rediffusion
MIDI-PYRENEES 309029 Directeur d'agence Pôle emploi Auch FOURNIE Florence
PACA 309020 Directeur d'agence Pôle emploi Gap DIMITROPOULOS Claude
PES 308670 Adjoint responsable services aux régions Grand Sud GOLMARD Monique
PES 308988 Responsable appui pilotage LEMOINE Catherine
PICARDIE 308710 Directeur plateforme téléphonique régionale Rediffusion ou recrutement externe
PICARDIE 309048 Responsable support production THIERRY Claude
PICARDIE 309051 Responsable service aux demandeurs REUET Chantal
PICARDIE 309052 Responsable service aux Entreprises LASORNE Valérie
SIEGE 308865 Chef de projet métier internet CAILLET Hélène
SIEGE 308996 Chargé de mission supervision Rediffusion
SIEGE 308997 Auditeur interne (11 postes) Rediffusion
SIEGE 308997 Auditeur interne (1 poste) TALBAOUI Madjouline

Publié dans CPN 5 & CPN 6

Partager cet article

Repost0

Compléments variables de rémunération : 4 oppositions

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La CFE-CGC a annoncé sa position sur ce sujet il y a quelques jours. Depuis, nous avons appris que la CFDT avait signé l'accord.

 

Comme il s'agit d'un accord de branche avec 7 signataires potentiels, une seule signature peut suffire, dans la mesure où il n'y a pas une majorité d'opposition.

 

Nous avons eu hier la quatrième notification d'opposition de la part de la CFTC (après la CGT, FO et le SNU). L'accord devrait donc ne pas être valable.

 

Et maintenant ? La CFE-CGC attend l'ouverture de nouvelles négociation, sur de meilleures bases, et avec un autre état d'esprit de la part de la Direction Générale. N'oublions pas qu'il ne s'agit pas uniquement d'une volonté de Pôle Emploi d'aller vers une partie variable de rémunération mais d'une exigence ferme venant du plus haut de l'État.

 

Pour rappel, la CFE-CGC, signataire de la CCN, est pour l'application de l'article 16.

 

Nous espérons maintenant que la courte trêve estivale permettra à la Direction Générale de repartir sur de meilleures bases car les négociations à venir sont primordiales (retraite des agents issus du RAC, Handicap, Classification... et  compléments variables de rémunération ?).

Publié dans Actualités

Partager cet article

Repost0

Droit d'option : point au 30 juin 2011

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

16640 agents ont opté au 30 juin 2011 sur une population de départ en décembre 2009 de 25534. Le taux est par conséquent de 65,17% (64,16% pour les femmes et 68,2% pour les hommes). Pour rappel, au 31 décembre 2010, le taux était de 58,86% (+6,31% en 6 mois).

 

Comme on pouvait s'y attendre, il y a eu un léger pic au moins de juin avec 526 optants recensés alors que depuis le début de l'année, le chiffre a varié entre 242 (mars) et 380 (mai).

 

En schématisant, nous sommes toujours sur le fait que ceux qui optent le plus sont : les plus agés, les plus anciens, plutôt les hommes et plutôt les niveaux d'emploi élevés.

 

Vous trouverez ci-dessous les chiffres régionaux :

  droit option 30 06 2011 régions

Publié dans Droit d'option

Partager cet article

Repost0