Egalité professionnelle hommes/femmes

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Positions et propositions CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

Egalité salariale

Nous attendons que cet accord étudie et identifie les éventuelles disparités salariales entre les hommes et les femmes à critères égaux. Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi les solutions ne pourront facilement être correctrices sans être discriminantes.

 

La fin du « plafond de verre »

Nous entendons par « plafond de verre », les difficultés qu’ont les femmes à accéder aux fonctions d’encadrement supérieur.

Notre objectif est que les femmes puissent accéder non seulement aux postes à responsabilités mais également de décisions.

Pour cela, il est pour nous primordial que la maternité, les congés parentaux d’éducation et le temps partiel  ne soient plus un handicap dans le parcours professionnel des femmes comme des hommes.

 

Une meilleure conciliation des temps de vieFemme et salaire

Pour cela nous souhaitons :

  • La mise en place de dispositifs d’aides à la prise en charge par l’employeur du CESU
  • La mise en place de services de proximité sans plafond de ressources (création de crèches interentreprises, mise en place de réseaux de nourrices, de services de proximité : repassage, courses, services de conciergerie…).
  • Que le temps partiel ne soit plus un frein à l’évolution de carrière.
  • Que le télétravail (ponctuel ou durable) puisse être une réponse possible.
  • Que comme déjà demandé lors des négociations RPS, que les réunions n’empiètent pas sur la vie privé et permettent un juste équilibre temps de vie/ temps de travail.

 

La lutte contre les stéréotypes

Il s’agit certainement du frein principal mais aussi du plus sournois. Nous ne pourrons pas nous passer d’un travail d’explication et d’accompagnement. Le passage en force ne pourra rien résoudre.

Information et formation devront arriver à ce que chacun intègre sincèrement, spontanément et au plus profond de lui ces notions. 

 

Egalité professionnelle CFECGC métiers de l'emploiEgalité professionnelle - positions/propositions CFE-CGC métiers de l'emploi

Partager cet article

Repost0

CCE Extraordinaire du 18 octobre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

ORDRE DU JOUR

 

1.      Consultation sur l’Entretien d’Inscription et de Diagnostic et ses modalités de mise en œuvre.* 

 

*Après échange avec le Secrétaire et à défaut d’accord entre nous pour l’inscription de la consultation à l’ordre du jour, ce point est inscrit unilatéralement par le Président s’agissant d’une consultation obligatoire (article 2325-15 du code du travail).

 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

Les premiers chiffres de la grève du 13 octobre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Certaines organisations syndicales ayant appelé à un mouvement reconductible, voici le résultat en chiffres à Pôle Emploi.

 

Appel national interprofessionnel : CGT, FSU et Solidaires

Thème : Réforme des retraites    

REGIONS Effectifs Agents % Sites

Régions grévistes agents fermés
Alsace 1 234 1 0,08% 0
Aquitaine 2 275 8 0,35% 0
Auvergne 962 2 0,21% 0
Basse Normandie 1 065 2 0,19% 0
Bourgogne 1 113 0 0,00% 0
Bretagne 1 987 3 0,15% 0
Centre 1 763 0 0,00% 0
Champagne-Ardenne 1 054 0 0,00% 0
Corse 254 0 0,00% 0
DSI 1 392 0 0,00% 0
Franche-Comté 883 0 0,00% 0
Haute Normandie 1 415 1 0,07% 0
Ile-de-France 8 313 39 0,47% 0
Languedoc-Roussillon 2 055 16 0,78% 0
Limousin 537 0 0,00% 0
Lorraine 1 725 8 0,46% 0
Midi-Pyrénées 2 025 0 0,00% 0
Nord-Pas-de-Calais 3 373 5 0,15% 0
PACA 3 937 0 0,00% 0
Pays-de-Loire 2 417 13 0,54% 0
Picardie 1 364 0 0,00% 0
Poitou-Charentes 1 285 8 0,62% 0
Pôle emploi services 829 2 0,24% 0
Rhône-Alpes 4 322 15 0,35% 0
Siège 943 3 0,32% 0
Guadeloupe



Guyane



Martinique



Réunion 1008 2 0,20% 0
Total 49 530 128 0,26% 0

 

Grève 13 octobre 2010 provisoireGrève 13 octobre 2010 provisoire

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

Les premiers chiffres de la grève du 12 octobre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Veuillez trouver ci-dessous les premiers chiffres de la grève (source DG Pôle Emploi).

Pour rappel, Les premiers chiffres de la grève du 23 septembre (MAJ) et Les premiers chiffres de la grève du 7 septembre à Pôle Emploi

 

 

Grève du 12 octobre 2010

Taux national provisoire (hors Guadeloupe, Guyane et Martinique)

Appel national interprofessionnel : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO, FSU, SOlidaires et UNSA

Thème : réforme des retraites

 

 

REGIONS Effectifs Agents % Sites

Régions grévistes agents fermés
Alsace 1 234 113 9,16% 0
Aquitaine 2 275 437 19,21% 1
Auvergne 962 182 18,92% 0
Basse Normandie 1 065 217 20,38% 0
Bourgogne 1 113 128 11,50% 0
Bretagne 1 987 426 21,44% 2
Centre 1 763 186 10,55% 1
Champagne-Ardenne 1 054 88 8,35% 0
Corse 254 63 24,80% 0
DSI 1 392 71 5,10% 0
Franche-Comté 883 93 10,53% 0
Haute Normandie 1 415 205 14,49% 0
Ile-de-France 8 313 939 11,30% 2
Languedoc-Roussillon 2 055 319 15,52% 0
Limousin 537 78 14,53% 0
Lorraine 1 725 183 10,61% 0
Midi-Pyrénées 2 025 476 23,51% 3
Nord-Pas-de-Calais 3 373 310 9,19% 0
PACA 3 937 733 18,62% 7
Pays-de-Loire 2 417 507 20,98% 3
Picardie 1 364 119 8,72% 0
Poitou-Charentes 1 285 120 9,34% 1
Pôle emploi services 829 58 7,00% 0
Rhône-Alpes 4 322 502 11,61% 4
Siège 943 49 5,20% 0
Guadeloupe



Guyane



Martinique



Réunion 1008 89 8,83% 0
Total 49 530 6 691 13,51% 24

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

Droit d'option : les derniers chiffres

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Lors du dernier point (au 1er juillet 2010), le taux d'optants était de 47,46%. Il est aujourd'hui de 51,72%.

 

La différence entre les régions (hors DOM) reste toujours importante avec l'Ile de France à 34,55% d'un coté et le siège avec 78,16% de l'autre.

 

Dans le même registre, les niveaux I, II et III restent toujours sous la barre des 50% là où les autres niveaux sont largement au-dessus.

 

Il reste toujours une différence de 7% entre les femmes et les hommes.

 

Pour avoir le document intégral avec le détail par région, cliquer sur ce lien : Droit option - reporting au 30-09-2010

Publié dans Droit d'option

Partager cet article

Repost0

CCE du 7 octobre 2010 : réunion

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Pour rappel de l'ordre du jour du CCE, voir cet article.

 

Dans la pratique, nous n'avons pu aborder que les 3 premiers points (validation de procès verbaux, expertise pour examen des comptes 2009 et prévisionnel 2010 et l'EID).

 

Concernant l'expertise, notre préoccupation principale concerne 2011 (budget à priori en baisse...). Le Directeur Général nous a répondu que l'expert qui sera désigné pourra poser des questions sur 2011 et recevra des réponses de Pôle Emploi.

 

Nous en arrivons à l'EID (Entretien d'Inscription et de Diagnostic). Si le Directeur Général comptait pouvoir consulter le CCE lors de cette réunion, cela n'a pas été possible en grande partie à cause de l'absence de réponses à des questions posées à la fois par écrit mais aussi au cours des dernières réunions du CCE.

 

Comme d'autres, la CFE-CGC métiers de l'emploi c'est fortement étonnée de ne pas retrouver ses questions posées lors du CCE du 1er octobre. Plus tard, nous obtenons en séance un nouveau document, plus complet mais fortement imparfait.

 

Ensuite nous avons eu droit à une présentation par Monsieur Lucas du document "questions/réponses". Compte tenu du fait que le document venait juste de nous être remis et du fait que Monsieur Lucas semblait tenter de battre des records de vitesse, il nous a été difficile, comme tout le monde, de suivre en détail et de comprendre toutes les réponses.

 

La CFE-CGC métiers de l'emploi a demandé à nouveau:

·      Si un bilan des 3 premières régions sera fait avant déploiement global et comment seront prises en compte les modifications nécessaires ?

·      S'il ne s'agissait pas d'une classification avant l'heure alors que les travaux sur ce thème n'ont toujours pas commencés ?

·      Que le dossier comprenne un véritable volet "Conditions de Travail". Les réponses actuelles ne répondent absolument pas à la question ! Il ne s'agit pas d'une étude d'impact

 

Voici les réponses du Directeur Général à l'ensemble des questions posées :

·      Il n'y a pas d'entretien physique pour les réinscriptions de moins de 6 mois donc il n'y en aura pas non plus avec l'EID.

·      Rythme de déploiement en région : ce sera le choix des régions.

·      Il n'exclue pas vers la fin décembre, une information sur comment c'est passé le déploiement dans les 3 régions. Ne veut pas attendre avant de déployer dans la foulée des 3 premières régions.

·      Champagne-Ardenne, choix de Chaumont : il y a plus de poly-compétences ici qu'ailleurs.

·      Les 4 à 5 questions de base, sont pour le socle, ce qui ne veut pas dire du tout que les 2 métiers sont simples.

·      Convention tripartite : ce n'est pas un dogme il le confirme. 1 agent pour 60 demandeurs, ce n'est pas tenu sauf CRP/CTP.

·      Mise en place trop rapide ? il ne sait pas ce que l'on peut appeler « trop rapide ».

·      Achèvement du déploiement : parle de juillet 2011 (convention tripartite date de l'automne 2008). "Oui il faut accompagner le déploiement".

·      Pas assez de bureaux/postes de travail : il ne voit pas en quoi l'EID va changer la question des bureaux.

·      CRP/CVE/CTP et formation EID : on n'est jamais affecté à vie à des plateformes et dispositif. Il faut prévoir un jour ou l'autre qu'un agent souhaite un jour rejoindre une agence faisant de l'EID. IL n'y a pas de sens de les mettre dans les premières formations s'ils ne pratiquent pas ensuite. Il faut reformuler la réponse dans le dossier pour tenir compte de ce point là.

·      Responsables d'équipe Pro. Oui à son sens ils peuvent être tuteur et dirait en plus que si le tuteur n'est pas le responsable il faut pouvoir avoir un débriefing avec le responsable hiérarchique. Il faut une formation aux principes généraux des métiers au REP. En revanche le REP n'est pas l'expert.

·      Pourquoi des formations sur la complétude des dossiers ? Il ne sait pas répondre à la question, mais pour l'accueil il ne trouve pas cela absurde.

·      Durée des entretiens : les 50 minutes c'est une moyenne. Dit que pour le SMP aussi c'est calibré en moyenne. Si des élus demandent un découpage des temps de l'entretien. Ce n'est pas aussi simple que cela.

·      Surbooking : la bonne solution, au moins dans les premiers mois serait que l'on ne fasse pas de surbooking.

·      ARC et Accueil coordination : comme aujourd'hui, les agents de l'une ou l'autre des filières

·      Question de la responsabilité en cas d'erreur de traitement. Il y a toujours des erreurs. Est-ce que l'on sanctionne les erreurs ? Ne crois pas qu'aujourd'hui une erreur involontaire soit sanctionnée. Ce n'est pas spécifique à l'EID. Il faut un dispositif de contrôle interne pour éviter queles erreurs persistent.

·      EID : impact sur durée entre pré-inscription et inscription ? Il ne voit pas vraiment pourquoi techniquement cela changerait.

·      Pense qu'il faut garder la capacité en agence de pouvoir répondre aux  questions d'urgence. Avoir un agent joker en capacité de prendre le relais lui paraît une bonne solution.

·      EID doit être un entretien de diagnostic, pas un entretien administratif.

·      Présentation de l'offre de service : prévu pour un prochain CCE.

·      Faut-il attendre d’autres notes sur la simplification ? "Nous avons souhaité uniformiser les conditions d'indemnisation. Ce ne seront pas des notes de simplification mas d'uniformisation."

·      Lien Aude/RDVA : dans le cadre d’Aude 2010, la prise de Rdv sera plus fluide et enchaînée. Cela sera une suite "sans couture".

·      Est conscient que les réunions ont diminué et parfois ont été supprimées.

·      Formation et tutorat : sur les 3 premières régions, travail avec les tuteurs déjà formés, pour les autres régions on va recenser les tuteurs et augmenter les tuteurs formés.

·      Organisation des agences avec l'EID est tout à fait précise. 2 actes successifs remplacés par un acte unique. Cela n'impacte pas le reste de l'organisation de l'agence.

·      Organisation du travail : il considère que même si c'est un changement, il n'y a pas un changement massif.

·      Nouveau métier ? Non nouvelle activité

·      Etude d'impact avant déploiement ? "Qu'est ce que cela signifie en terme d'activité dans l'établissement de demain. Si on prend la situation des mois passés, on constate que l'on est en janvier à 15.000 par jour, ensuite entre 10.000 et 11.000. Petite étude d'impact sur la base de 4 EID à la demi-journée. EID, 30% de l'activité d'un agent. Sur la base d'un taux opérationnalité 65% cela voudrait dire qu'il faudrait 9.500 agents mobilisés en janvier chaque jour.
Potentiel d'agents susceptibles de faire de l'EID ? Nous avons aujourd'hui 19.930 agent qui ont un portefeuille. En gros on peut estimer que les agents pouvant faire de l'EID c'est 20.000 personnes environ. Rapporte son chiffre de 20.000 par rapport à 9500 personnes.
Si tout le monde était affecté à l'EID cela ferait très peu cela ferait 1,5 jours par semaine."

·      « Il n'y a pas d'impact majeur de terme d'organisation du travail. »

·      Archivage : a demandé à la QMR un travail sur l'archivage

·      "Il n'y a pas d'instructions pour ne pas demander de pièces complémentaires".

·      Composition des groupes de travail locaux, composé des ELD. Pourquoi pas des agents qui sont au contact ? Il trouve la proposition intéressante et va la reprendre.

·      Les annexes : cela restera des agents experts spécialisés.

·      Salariés appelé à faire de l'EID : tous les agents de l'intermédiation. Ceux de l'indemnisation, volontaires souhaitant avoir une double compétence, dont le manager valide la capacité à faire, il sera candidat... (double volontariat).

·      Planning type : il ne considère pas qu'il soit nécessaire de fournir le planning type d'une agence. Fait références aux chiffres donnés.

·      Cohérence avec l'OATT? l'accord OATT prévoit 2 choses  : des plages fixes et un temps de travail hebdomadaire. Les agents ne travaillent pas que sur des plages fixes pour faire leur temps hebdomadaire. Pas de difficulté à concilier EID et OATT.

·      Liquidation complexe : n'est pas du tout convaincu que les dossiers complexes (saisonniers et intérimaires) étaient, dans la passé liquidés, en face à face.

·      Risques Psycho Sociaux : la mise en place de l'EID, ne voit pas en quoi c'est générateur de RPS. Considère que cela ne crée pas de RPS ni ne crée de conflit de valeur.

·      Expertise région centre : n'a pas tous les éléments et les apportera.

 

Commentaires de la CFE-CGC métiers de l'emploi :

Nous avons certes obtenu plus de réponses qu'à la dernière réunion (pas difficile), mais inutile de vous cacher que tout cela nous laisse un goût amer.

La démonstration mathématique par exemple est en complète contradiction avec l'expérience de la région centre où il ne s'agissait pas de 1,5 jours mais plutôt 3 jours par semaine !

Nous maintenons que l'EID est bien plus qu'une activité nouvelle : cela modifie largement les métiers des agents de Pôle Emploi.

La volonté du Directeur Général d'enchaîner le déploiement de l'EID dans la foulée des 3 premières régions, montre bien à nos yeux que le retour sur expérience, les corrections ou bien la remise en cause du dispositif ne sont absolument pas des hypothèses possibles et envisagées (à part un petit bilan en fin d'année) par la direction.

 

Enfin, le plus grave pour nous est le refus d'entendre la nécessité d'avoir une véritable étude d'impact sur les conditions de travail des agents. Nous ne cesserons de demander que pour chaque projet nous ayons un volet spécifique avec une étude détaillée sur les impacts sur les conditions de travail des Agents. Depuis le CNHSCT ANPE, le CNHSCT Pôle Emploi et maintenant, la CFE-CGC métiers de l'emploi ne cesse de demander que cela soit systématiquement fait. Pourtant les expériences passées nous montrent que cela est à la fois utile et nécessaire et nous l'avions encore récemment démontré avec la première phase de Neptune qui fut un fiasco technique et une vaste usine à abîmer les agents !

 

Globalement, comme cela a été dit en réunion, il ne suffit pas de dire, d'affirmer ou de penser que tout ira bien, il faut le prouver !

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

Retraites : appel à la grève du 12 octobre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

 

Veuilez trouver ci-dessous l'appel interprofessionnel de 7 organisations syndicales (dont la CFE-CGC)  à la grève du 12 octobre 2010. 


COMMUNIQUÉ DES ORGANISATIONS

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

 

Un 12 octobre déterminant !

 

Après les journées du 7 et du 23 septembre, la mobilisation du samedi 2 octobre 2010 a été un formidable succès partout en France. Cette journée a vu de nouveaux manifestants rejoindre les cortèges. Près de 3 millions de salariés du public comme du privé, seuls, entre collègues ou en famille ont continué massivement à exprimer leur opposition au projet de réforme des retraites.

 

Confronté à cette mobilisation qui s’amplifie, le gouvernement reste campé sur son intransigeance. Il préfère le mépris au dialogue, il commente les chiffres de manifestants plutôt que de répondre à leurs inquiétudes et exigences.

 

Les organisations syndicales confirment la journée nationale de grèves et de manifestations du mardi 12 octobre 2010. Elles appellent les salariés, les retraités, les chômeurs à y participer massivement.

 

Alors que s’ouvre le débat au Sénat le 5 octobre et afin de faire du 12 octobre prochain un rendez-vous déterminant, elles appellent leurs organisations à élargir et à amplifier la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires, des rencontres avec les salariés et interpeller les sénateurs en utilisant très largement la lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires.

 

Les organisations syndicales considèrent qu’il faudra donner des suites au mardi 12 octobre et décident à cette fin de se revoir vendredi 8 octobre 2010.

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

Première réunion Article 48 (Régimes de retraite)

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La première réunion sur l'article 48 de la CCN s'est tenue le 6 octobre 2010.

 

Cet article, qui traite des "Dispositions relatives aux régimes de retraite" définit :

  • §1 : que les agents recrutés sont affiliés à l'IRCANTEC
  • §2 : les optants restent affiliés l'IRCANTEC
  • §3 : que pendant 1 an, les agents de droit privé restent affiliés à l'AGIRC/ARRCO. Cet article prévoit aussi : "Leur régime de retraite sera fixé après négociation avec les organisations syndicales représentatives au niveau
    national dans ce délai. Il garantit les droits acquis de ces agents."
  • §4 : que des moyens sont mis à disposition des organisations syndicales pour s'attacher les services d'experts actuaires indépendants afin d'assurer une complète information des agents et des Organisations Syndicales.

Après diverses interventions sur les modalités de mise en oeuvre des expertises, sur les points qui posent déjà question (notamment les retraités actuels), sur le fait qu'il ne faut pas uniquement parler des agents issus du RAC mais aussi de ceux de venant de l'AFPA, le temps partiel, la CFE-CGC Métiers de l'Emploi est intervenue pour dire :

  • que le statut de Pôle Emploi, Établissement Public Administratif, conditionnait la caisse de retraite et donc l'IRCANTEC.
  • que la question des retraités posent un réelle problème. Comment faire la différence entre les périodes UNEDIC et Assédic ? Question des Poly-pensionnés ?...
  • qu'elle a du mal à comprendre ce que la Direction Générale attend d'une "négociation". En quoi un éventuel accord à Pôle Emploi pourrait s'imposer à des caisses de retraites et aux réglementations ?
  • que la prolongation éventuelle du délais transitoire ne doit pas être au détriment d'autres négociations (Classification, handicap, entretien annuel, prime annuelle, ...)

Éléments de réponse de Monsieur Rashid :

  • Pôle Emploi est un Établissement Public Administratif ce qui a été confirmé par le conseil d'État
  • que c'est le statut de l'établissement qui l'emporte pour l'affiliation
  • que l'article 48 a été mis en place pour vérifier qu'il n'y aurait pas de pertes
  • que la direction général travaille en lien avec les présidents des 2 caisses
  • qu'il est prêt à passer l'enveloppe à 20.000€ par organisation syndicale (au lieu de 12.000€) pour s'attacher les services d'actuaires. Il connaît les coûts et cela ne correspond pas aux 50.000€ et 95.000€ demandés par certains syndicats.
  • qu'il est prêt à rallonger la période d'étude de 6 mois.
  • qu'il faudra se préoccuper de la communication auprès des agents
  • que concernant le temps partiel, la DG a adressé la question à l'ACOSS (Caisse nationale des URSSAF)

A la question répétée et insistante de la CFE-CGC métiers de l'emploi sur comment un accord pourrait s'imposer à des caisses de retraite, Monsieur Rashid nous a répondu que nous allions négocier pour se mettre d'accord........... mais qu'il n'y aurait pas d'accord ouvert à signature !!! 

 

La prochaine réunion, programmée le 28 octobre devrait  voir la présence des actuaires désignés par les organisations syndicales afin de définir les données nécessaires, ainsi que leur format.

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

OATT, la raison d’une signature, une signature de raison !

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La négociation entamée sur l’Organisation et l’Aménagement du Temps de Travail (OATT) vient d’être signée.

 

L’accord soumis à signature a remporté la signature de 4 Fédérations (CFDT, CFE-CGC, FSU, UNSA).

 

Cet accord devenait indispensable car il était bien difficile de se retrouver et de comprendre comment cela fonctionnait au milieu de tous les accords nationaux, régionaux, locaux, … qui existaient au sein de Pôle Emploi.

Une des conséquences de cette multiplicité d’accords était encore et une fois de plus un sentiment d’injustice et d’inégalité de traitement des agents de Pôle Emploi suivant qu’ils bénéficiaient ou pas de tel ou tel dispositif.

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, cet accord représentait un enjeu important dans la construction d’une histoire commune.

 

Lors de ces négociations, plusieurs points ont fait l’objet de nombreux débats parfois enflammés dont, entre autre :

 

o        Les accords locaux

Alors que certains syndicats mettent en avant une disposition du préambule de la CCN sur la question des accords locaux et de leur application dans le temps, ces mêmes syndicats oublient volontairement ou involontairement de parler de l’article 53 de la CCN qui liste un certain nombre d’accords qui tombent fin 2010 si rien n’a été renégocié.

Concernant les accord locaux, l’accord OATT prévoit  dans son Article 18,  §2  que « Les éventuels avantages individuels acquis au titre des accords locaux antérieurs conclus sur la base de l’accord du 8 janvier 2001, portant sur des thèmes n’ayant pas fait l’objet de dispositions dans le présent accord, feront l’objet de négociations dans le cadre des accords d’établissement, en vue d’en assurer, pour ceux qui en bénéficiaient, le maintien ou une juste compensation s’ils ne peuvent être maintenus. »

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi compte sur ses représentants en région pour négocier au mieux. Nous maintiendrons la pression sur le Directeur Général afin que l’engagement pris dans cet accord soit respecté.

 

  • Le forfait cadre 

Nous avons entendu lors de ces négociations tout et n’importe quoi sur le forfait cadre.

 

Dès le début de la négociation, tous les syndicats, à l’exception de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi et de l’UNSA, demandaient que l’accès au forfait cadre soit réservé aux agents ayant le coefficient 400 base.

Certains comme Force Ouvrière demandait le forfait cadre à 400 base car en dessous de ce coefficient les personnels n’étaient pour eux que des exécutants, d’autres comme la CFDT voulaient faire le bonheur des agents à leur place et donc obliger par ce moyen les agents à ne plus faire autant d’heures supplémentaires…

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, le sujet du forfait cadre n’aurait pas du se traiter avec comme clefs d’entrée le coefficient mais plutôt par les fonctions.

Cela aurait tout d’abord réglé la question des origines et/ou des statuts. Force a été de constater que cette clef d’entrée ne changerait pas car certains syndicats s’y opposaient fermement.

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’emploi, il était alors primordial de trouver un compromis qui permettrait au maximum de personnes qui en bénéficiaient précédemment de pouvoir encore y prétendre, mais aussi à de nouvelles personnes qui ont vu leur fonction évoluer de pouvoir, après cet accord, se voir proposer et choisir le forfait cadre.

 

A la CFE-CGC Métiers de l’Emploi nous avons la lucidité et l’honnêteté de dire que la solution mise en œuvre n’est pas la solution parfaite, mais elle ne laisse pas sur le carreau entre 350 et 400 personnes comme cela était prévisible avec les demandes des autres Organisations syndicales.

 

 

L’accord OATT de Pôle Emploi à partir du 1er février 2011 c’est :

 

  • L’harmonisation des horaires
  • 15 jours de RTT pouvant tous être pris par demi-journée
  • 5 jours de repos supplémentaires
  • 2h de sortie anticipée (rémunérée)  la veille de noël et du jour de l’an
  • Augmentation du cumul maximal de crédits d’heures à 15h
  • Augmentation du nombre de jours de récupération dans la limite de 10 jours par an
  • Forfait cadre :
  •  
    • sur la base du volontariat pour tous
  •  
    • des critères d’accès différents en fonction du statut
    • évolution du complément de salaire pour les agents sous statut privé
  • Mise en place d’une formule permettant d’avoir un 90% sur 4 jours
  • Mise en oeuvre d’un dispositif prenant en compte les délais de route pour l’exercice de l’activité professionnelle et la formation
  • Création du compte-épargne temps pour les personnels de droit privé
  • Des accords locaux dans chaque établissement si la négociation locale aboutit 

……………………………………………………………………………………………………………

 

A la CFE-CGC Métiers de l’Emploi nous avons intégré la maxime de Georges Bernanos, «L’avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l’avenir, on le fait ».

C’est dans cet esprit que nous avons mené les négociations puis la consultation et le débat au sein de nos instances nationales et soumis au vote l’accord ouvert à signature.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a pris toutes ses responsabilités en décidant de signer cet accord car il aurait été bien trop facile de critiquer tout en laissant signer les autres pour soi.

 

C’est maintenant dans les régions que vont se mener les négociations : les équipes et les représentants de la CFE-CGC Métiers de l’emploi seront à votre écoute et défendront vos intérêts avec force et conviction.

 

OATT la raison d'une signature OATT la raison d'une signature

Publié dans OATT

Partager cet article

Repost0

CCE du 7 octobre 2010 : ordre du jour

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Ordre du jour du CCE

 

1.      Approbation des PV des CCE des 16 juin et 22 juin 2010.

2.      Désignation d'un cabinet d'expertise comptable pour l'examen des comptes 2009 et prévisionnels 2010 dans le cadre des articles L 2325-35, L2323-8 et L2323-10 du code du travail.

3.      Consultation sur le projet EID.

4.      Information en vue d’une consultation sur le projet d’unification de l’audit interne de Pôle emploi.

5.      Consultation sur le rattachement des directeurs de CRDC, des Conseillers interrégionaux à l’intégration et des Conseillers carrière.

6.      Point sur les effectifs de Pôle emploi.

7.      Poursuite de l’information sur Neptune en vue d’une consultation ultérieure. *

8.      Calendrier des réunions extraordinaires et ordinaires du CCE.

 

*La consultation mentionnée au point 7de l’ordre du jour a été demandée unilatéralement par le Secrétaire, le Président ne s’associant pas à cette demande de consultation.

 

 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0