Retraites : appel à la grève du 12 octobre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

 

Veuilez trouver ci-dessous l'appel interprofessionnel de 7 organisations syndicales (dont la CFE-CGC)  à la grève du 12 octobre 2010. 


COMMUNIQUÉ DES ORGANISATIONS

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

 

Un 12 octobre déterminant !

 

Après les journées du 7 et du 23 septembre, la mobilisation du samedi 2 octobre 2010 a été un formidable succès partout en France. Cette journée a vu de nouveaux manifestants rejoindre les cortèges. Près de 3 millions de salariés du public comme du privé, seuls, entre collègues ou en famille ont continué massivement à exprimer leur opposition au projet de réforme des retraites.

 

Confronté à cette mobilisation qui s’amplifie, le gouvernement reste campé sur son intransigeance. Il préfère le mépris au dialogue, il commente les chiffres de manifestants plutôt que de répondre à leurs inquiétudes et exigences.

 

Les organisations syndicales confirment la journée nationale de grèves et de manifestations du mardi 12 octobre 2010. Elles appellent les salariés, les retraités, les chômeurs à y participer massivement.

 

Alors que s’ouvre le débat au Sénat le 5 octobre et afin de faire du 12 octobre prochain un rendez-vous déterminant, elles appellent leurs organisations à élargir et à amplifier la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires, des rencontres avec les salariés et interpeller les sénateurs en utilisant très largement la lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires.

 

Les organisations syndicales considèrent qu’il faudra donner des suites au mardi 12 octobre et décident à cette fin de se revoir vendredi 8 octobre 2010.

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

Première réunion Article 48 (Régimes de retraite)

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La première réunion sur l'article 48 de la CCN s'est tenue le 6 octobre 2010.

 

Cet article, qui traite des "Dispositions relatives aux régimes de retraite" définit :

  • §1 : que les agents recrutés sont affiliés à l'IRCANTEC
  • §2 : les optants restent affiliés l'IRCANTEC
  • §3 : que pendant 1 an, les agents de droit privé restent affiliés à l'AGIRC/ARRCO. Cet article prévoit aussi : "Leur régime de retraite sera fixé après négociation avec les organisations syndicales représentatives au niveau
    national dans ce délai. Il garantit les droits acquis de ces agents."
  • §4 : que des moyens sont mis à disposition des organisations syndicales pour s'attacher les services d'experts actuaires indépendants afin d'assurer une complète information des agents et des Organisations Syndicales.

Après diverses interventions sur les modalités de mise en oeuvre des expertises, sur les points qui posent déjà question (notamment les retraités actuels), sur le fait qu'il ne faut pas uniquement parler des agents issus du RAC mais aussi de ceux de venant de l'AFPA, le temps partiel, la CFE-CGC Métiers de l'Emploi est intervenue pour dire :

  • que le statut de Pôle Emploi, Établissement Public Administratif, conditionnait la caisse de retraite et donc l'IRCANTEC.
  • que la question des retraités posent un réelle problème. Comment faire la différence entre les périodes UNEDIC et Assédic ? Question des Poly-pensionnés ?...
  • qu'elle a du mal à comprendre ce que la Direction Générale attend d'une "négociation". En quoi un éventuel accord à Pôle Emploi pourrait s'imposer à des caisses de retraites et aux réglementations ?
  • que la prolongation éventuelle du délais transitoire ne doit pas être au détriment d'autres négociations (Classification, handicap, entretien annuel, prime annuelle, ...)

Éléments de réponse de Monsieur Rashid :

  • Pôle Emploi est un Établissement Public Administratif ce qui a été confirmé par le conseil d'État
  • que c'est le statut de l'établissement qui l'emporte pour l'affiliation
  • que l'article 48 a été mis en place pour vérifier qu'il n'y aurait pas de pertes
  • que la direction général travaille en lien avec les présidents des 2 caisses
  • qu'il est prêt à passer l'enveloppe à 20.000€ par organisation syndicale (au lieu de 12.000€) pour s'attacher les services d'actuaires. Il connaît les coûts et cela ne correspond pas aux 50.000€ et 95.000€ demandés par certains syndicats.
  • qu'il est prêt à rallonger la période d'étude de 6 mois.
  • qu'il faudra se préoccuper de la communication auprès des agents
  • que concernant le temps partiel, la DG a adressé la question à l'ACOSS (Caisse nationale des URSSAF)

A la question répétée et insistante de la CFE-CGC métiers de l'emploi sur comment un accord pourrait s'imposer à des caisses de retraite, Monsieur Rashid nous a répondu que nous allions négocier pour se mettre d'accord........... mais qu'il n'y aurait pas d'accord ouvert à signature !!! 

 

La prochaine réunion, programmée le 28 octobre devrait  voir la présence des actuaires désignés par les organisations syndicales afin de définir les données nécessaires, ainsi que leur format.

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

OATT, la raison d’une signature, une signature de raison !

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La négociation entamée sur l’Organisation et l’Aménagement du Temps de Travail (OATT) vient d’être signée.

 

L’accord soumis à signature a remporté la signature de 4 Fédérations (CFDT, CFE-CGC, FSU, UNSA).

 

Cet accord devenait indispensable car il était bien difficile de se retrouver et de comprendre comment cela fonctionnait au milieu de tous les accords nationaux, régionaux, locaux, … qui existaient au sein de Pôle Emploi.

Une des conséquences de cette multiplicité d’accords était encore et une fois de plus un sentiment d’injustice et d’inégalité de traitement des agents de Pôle Emploi suivant qu’ils bénéficiaient ou pas de tel ou tel dispositif.

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, cet accord représentait un enjeu important dans la construction d’une histoire commune.

 

Lors de ces négociations, plusieurs points ont fait l’objet de nombreux débats parfois enflammés dont, entre autre :

 

o        Les accords locaux

Alors que certains syndicats mettent en avant une disposition du préambule de la CCN sur la question des accords locaux et de leur application dans le temps, ces mêmes syndicats oublient volontairement ou involontairement de parler de l’article 53 de la CCN qui liste un certain nombre d’accords qui tombent fin 2010 si rien n’a été renégocié.

Concernant les accord locaux, l’accord OATT prévoit  dans son Article 18,  §2  que « Les éventuels avantages individuels acquis au titre des accords locaux antérieurs conclus sur la base de l’accord du 8 janvier 2001, portant sur des thèmes n’ayant pas fait l’objet de dispositions dans le présent accord, feront l’objet de négociations dans le cadre des accords d’établissement, en vue d’en assurer, pour ceux qui en bénéficiaient, le maintien ou une juste compensation s’ils ne peuvent être maintenus. »

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi compte sur ses représentants en région pour négocier au mieux. Nous maintiendrons la pression sur le Directeur Général afin que l’engagement pris dans cet accord soit respecté.

 

  • Le forfait cadre 

Nous avons entendu lors de ces négociations tout et n’importe quoi sur le forfait cadre.

 

Dès le début de la négociation, tous les syndicats, à l’exception de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi et de l’UNSA, demandaient que l’accès au forfait cadre soit réservé aux agents ayant le coefficient 400 base.

Certains comme Force Ouvrière demandait le forfait cadre à 400 base car en dessous de ce coefficient les personnels n’étaient pour eux que des exécutants, d’autres comme la CFDT voulaient faire le bonheur des agents à leur place et donc obliger par ce moyen les agents à ne plus faire autant d’heures supplémentaires…

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, le sujet du forfait cadre n’aurait pas du se traiter avec comme clefs d’entrée le coefficient mais plutôt par les fonctions.

Cela aurait tout d’abord réglé la question des origines et/ou des statuts. Force a été de constater que cette clef d’entrée ne changerait pas car certains syndicats s’y opposaient fermement.

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’emploi, il était alors primordial de trouver un compromis qui permettrait au maximum de personnes qui en bénéficiaient précédemment de pouvoir encore y prétendre, mais aussi à de nouvelles personnes qui ont vu leur fonction évoluer de pouvoir, après cet accord, se voir proposer et choisir le forfait cadre.

 

A la CFE-CGC Métiers de l’Emploi nous avons la lucidité et l’honnêteté de dire que la solution mise en œuvre n’est pas la solution parfaite, mais elle ne laisse pas sur le carreau entre 350 et 400 personnes comme cela était prévisible avec les demandes des autres Organisations syndicales.

 

 

L’accord OATT de Pôle Emploi à partir du 1er février 2011 c’est :

 

  • L’harmonisation des horaires
  • 15 jours de RTT pouvant tous être pris par demi-journée
  • 5 jours de repos supplémentaires
  • 2h de sortie anticipée (rémunérée)  la veille de noël et du jour de l’an
  • Augmentation du cumul maximal de crédits d’heures à 15h
  • Augmentation du nombre de jours de récupération dans la limite de 10 jours par an
  • Forfait cadre :
  •  
    • sur la base du volontariat pour tous
  •  
    • des critères d’accès différents en fonction du statut
    • évolution du complément de salaire pour les agents sous statut privé
  • Mise en place d’une formule permettant d’avoir un 90% sur 4 jours
  • Mise en oeuvre d’un dispositif prenant en compte les délais de route pour l’exercice de l’activité professionnelle et la formation
  • Création du compte-épargne temps pour les personnels de droit privé
  • Des accords locaux dans chaque établissement si la négociation locale aboutit 

……………………………………………………………………………………………………………

 

A la CFE-CGC Métiers de l’Emploi nous avons intégré la maxime de Georges Bernanos, «L’avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l’avenir, on le fait ».

C’est dans cet esprit que nous avons mené les négociations puis la consultation et le débat au sein de nos instances nationales et soumis au vote l’accord ouvert à signature.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a pris toutes ses responsabilités en décidant de signer cet accord car il aurait été bien trop facile de critiquer tout en laissant signer les autres pour soi.

 

C’est maintenant dans les régions que vont se mener les négociations : les équipes et les représentants de la CFE-CGC Métiers de l’emploi seront à votre écoute et défendront vos intérêts avec force et conviction.

 

OATT la raison d'une signature OATT la raison d'une signature

Publié dans OATT

Partager cet article

Repost0

CCE du 7 octobre 2010 : ordre du jour

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Ordre du jour du CCE

 

1.      Approbation des PV des CCE des 16 juin et 22 juin 2010.

2.      Désignation d'un cabinet d'expertise comptable pour l'examen des comptes 2009 et prévisionnels 2010 dans le cadre des articles L 2325-35, L2323-8 et L2323-10 du code du travail.

3.      Consultation sur le projet EID.

4.      Information en vue d’une consultation sur le projet d’unification de l’audit interne de Pôle emploi.

5.      Consultation sur le rattachement des directeurs de CRDC, des Conseillers interrégionaux à l’intégration et des Conseillers carrière.

6.      Point sur les effectifs de Pôle emploi.

7.      Poursuite de l’information sur Neptune en vue d’une consultation ultérieure. *

8.      Calendrier des réunions extraordinaires et ordinaires du CCE.

 

*La consultation mentionnée au point 7de l’ordre du jour a été demandée unilatéralement par le Secrétaire, le Président ne s’associant pas à cette demande de consultation.

 

 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

CCE du 1er octobre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Pour rappel, ce CCE était la suite du CCE du 16 septembre qui n'avait pas épuisé son ordre du jour.

 

Dans les faits, cette nouvelle réunion n'aura pu aborder qu'un seul point : l'Entretien d'Inscription et de Diagnostic (EID).

 

Le point a commencé par une lecture du document par Monsieur Lucas. Cette lecture faisait référence à des documents datant parfois de juillet, parfois de janvier ou bien de septembre : difficile à suivre !

 

Une série d'intervention des organisations syndicales est intervenue pour à la fois poser des questions mais aussi alerter la direction sur les nombreuses questions. Sur l'ensemble des interventions, nous pouvons retenir :

  • L'employeur ne doit pas seulement dire que tout ira bien : il doit le prouver !
  • C'est quoi un métier de base ?
  • Quelle plus-value pour le demandeur d'emploi ?
  • Comment traiter la recherche d'emploi sans info sur son indemnisation ?
  • Formation et tutorat ?
  • Des entretiens de 50 minutes pour faire ce qui se faisait en 2 fois 30 minutes (au moins) !
  • Reconnaissance de la montée en compétences des agents ?
  • ...

La CFE-CGC métiers de l'emploi, en complément des interventions des autres organisations syndicales a tenu à ajouter :

  • sa crainte face à ce qui ressemble à une classification déguisée avant l'heure !
  • qu'elle alerte le Directeur Général sur les 3 régions qui vont débuter l'EID. Nos collègues de ces régions (notamment le management intermédiaire (le premier à découvrir le projet) et avant tout considération sur le fond de l'EID) nous alertent sur le fait que comme toutes les régions, la charge de travail est à un niveau déjà critique et que le réseau ne va pas pouvoir supporter l'arrivée de l'EID. Cela aura un impact grave sur la délivrance des services, sur les conditions de travail des agents ainsi que du management de proximité et intermédiaire qui devra gérer l'ingérable.
  • qu'elle est inquiète pour les agents si les demandeurs d'emploi n'ont pas une réponse sur ce qui compte en premier après la perte d'un emploi : l'argent.
  • Que le volet retour sur expérience et correction n'est pas si évident que cela dans le dossier.
  • Que nous n'avons pas suffisament pu voir un réel volet "impact sur les conditions de travail", cheval de bataille de la CFE-CGC depuis longtemps

Réponse du Directeur Général, Monsieur Charpy :

  • Il précise qu'avant tout déploiement il y aura consultation préalable du CCE. L'intérêt est de prendre en compte les remarques et ajuster les points.
  • Il ne valide aucune expérimentation sauvage. Il sait par contre que quelques agents sont complètement formés aux 2 métiers, mais cela reste exceptionnel et il ne s'agit pas d'expérimentation.
  • Il est contre ce qui a été fait dans certains bassins d'emploi.
  • Pour le moment, on en reste à l'IDE et au PPAE fait par 2 personnes différentes, ou très exceptionnellement, dans les conditions ci-dessus, par 1 personne.
  • Il considère que l'on peut mener les travaux en CCE et en CPNF en parallèle.
  • Nouveau métier ou acte métier ? Pour Mr Charpy il s'agit d'un acte métier ! Il ajoute qu'il est vrai que par rapport au PPAE c'est une évolution avec un acte métier différent. Il y a un socle commun pour toutes les questions posées à l'accueil/coordination et il y a des expertises et des métiers spécifiques (intermédiation et placement).
  • Les négociations sur la classification débuteront début 2011
  • Certains feront les 2 métiers, ce qui fera l'objet d'une reconnaissance particulière...
  • Il n'est pas choqué que l'on fasse une cartographie des compétences même si il veut vérifier comment cela s'est fait. Ne veut pas se retrouver dans la situation passée par rapport au traitement des dossiers indemnisation et veut savoir où sont les compétences.
  • Engagement dans l'EID : engagement de la liquidation du dossier sous 5 jours.
  • Il veut simplifier l'accès des Demandeurs d'Emploi aux services.
  • Il fait bien la distinction entre tutorat (accompagnement spécifique suite à une action de formation) et référent (qui par son expertise, soutient ses collègues au quotidien).
  • Il n'est pas pour la disparition des agents dans les Pôle Appui,  mais il peut y avoir des évolutions. Il existe 2 schémas : l'appui en équipe spécifique ou l'appui dans les équipes de production.
  • RPS : l'accord n'étant pas valide, il n'est pas mis en oeuvre. Le plan d'action de la Direction Général va être diffusé dans les prochains jours. Il réaffirmera les identités professionnelles.
  • Expertise en région centre : la région a fait appel du premier jugement (favorable au CHSCT). Attend de voir si le jugement en appel confirme ou informe et respectera ce jugement.
  • Entretien : 50 minutes. Pour lui il s'agit d'une moyenne
  • Planification à la demie-journée. Juge préférable la planification à la demie-journée qu'à la journée (donc préfère que l'EID ne soit pas sur la journée entière).
  • A donné des instructions pour qu'il n'y ait pas de radiation suite à une non réponse à un entretien téléphonique après seulement 1 appel.

 

La suite (et fin ?) sur l'EID aura lieu le 7 octobre, date du prochain CCE. Voici son ordre du jour :

  1. Approbation des PV des 16 juin et 22 juin 2010
  2. Désignation d'un cabinet d'expert comptable pour l'examen des comptes 2009 et prévisionnels 2010 dans le cadre des articles L 2325-35, L2323-8 et L 2323-10 du code du travail.
  3. Consultation du sur le projet EID
  4. Information en vue d'une consultation sur le projet d'unification de l'audit interne de Pôle Emploi
  5. Point sur les effectifs de Pôle Emploi
  6. Consultation sur le rattachement des Directeurs de CRDC, des Conseiller Interrégionaux à l'intégration et des conseillers carrière
  7. Poursuite de l'information sur Neptune en vue d'une consultation ultérieure *
  8. Calendrier des réunions extraordinaires et ordinaire du CCE

* La consultation mentionnée au point 7  de l'ordre du jour a été demandée unilatéralement par le secrétaire, le président ne s'associant pas à cette demande de consultation.

 

 

Publié dans CCE

Partager cet article

Repost0

Accord OATT : c'est signé !

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Nous avons reçu ce soir (jeudi 30 septembre 2010) confirmation que l'accord OATT  avait reçu 4 signatures (CFDT, CFE-CGC, SNU et UNSA).

 

Très prochainement, nous reviendrons vers vous pour vous donner les raisons pour lesquelles la CFE-CCG métiers de l'emploi a décidé de donner son accord pour une signature. Comme à chaque fois, il s'agit d'une décision grave, difficile, responsable et démocratique.

Publié dans OATT

Partager cet article

Repost0

Egalité professionnelle : début des négociations

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La CPNN Égalité professionnelle a tenu sa première réunion le 30 septembre 2010. Pour information, il s'agit d'une négociation d'un accord de branche.

 

Préalablement à la réunion, nous avions reçu des documents préparatoires qui s'ils donnent des premiers éléments, sont encore incomplets, imprécis ou présentés d'une manière insuffisamment lisible. Malgré tout il s'agit là d'un travail important et qui pose les premières bases pour la négociation.

 

Comme d'autres syndicats, la CFE-CGC métiers de l'emploi est intervenue pour dire que le thème de l'égalité professionnelle ne devait pas se résoudre au seul champ "Hommes/Femmes". Le Handicap et la diversité sont des thèmes tout aussi importants à nos yeux. Mais, face aux délais réglementaires actuels ainsi qu'au calendrier social plein comme un oeuf, autant se concentrer en premier sur l'égalité professionnelle hommes/femmes.

 

Tout d'abord, nous pensons que ce thème doit être abordé avec précaution pour ne surtout pas créer de la discrimination en voulant faire de l'égalité. C'est le premier piège à éviter.

 

Ensuite, à la CFE-CGC, nous avons la chance d'avoir le réseau équilibre. Pour les négociations à Pôle Emploi, nous nous baserons principalement sur les réflexions et les positions de ce laboratoire d'idées pour donner à ces négociations une approche où le bons sens sera notre guide principal. Voici quelques éléments :

 

Notre ambition : Concilier la réussite professionnelle et la vie personnelle. 
L’égalité professionnelle sera une réalité à trois conditions :
• une réelle volonté des employeurs ;
• la mise en place d’un dialogue et d’une communication permanente afin de faire évoluer les mentalités ;
• la mise en place d'une politique d’entreprise favorisant la conciliation des temps de vie.
 
Les enjeux de la CFE-CGC
• favoriser le recrutement d’un candidat uniquement en fonction de ses compétences;
• soutenir à compétences égales, des postes égaux et salaires égaux ;
• assurer la formation professionnelle tout au long de la vie et s’adapter aux évolutions technologiques de l’entreprise ;
• faire de la maternité et de la paternité un élément neutre dans le parcours professionnel ;
• impulser le changement des mentalités pour améliorer la conciliation des temps de vie ;
• aider à un accès équitable des femmes aux équipes dirigeantes et aux métiers techniques.
 
 
Les objectifs
Le Réseau équilibre s’est fixé des objectifs précis et ambitieux : 
• être force de propositions innovantes face aux interlocuteurs institutionnels ;
• capter les bonnes pratiques en matière d’égalité et de mixité professionnelles pour les démultiplier ensuite sur le terrain ;
• identifier les mauvaises pratiques, les dénoncer auprès de la Direction, alerter les salariés et proposer des actions correctives ;
• créer et faire connaître des outils concrets pour les militants.
 
Le Réseau équilibre dans les entreprises
Le Réseau équilibre dans les entreprises mène les actions suivantes :
• crée un réseau d’échanges sur l’égalité et la mixité professionnelles ainsi que la conciliation des temps de vie ;
• demande, conformément à la loi Génisson de 2001, à ce toutes les entreprises fournissent chaque année un rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes (RSC) pour les entreprises de plus de 300 salariés ou un rapport unique (RU) pour les moins de 50 salariés ;
• siège dans les commissions égalité professionnelles pour les entreprises de plus de 250 salariés ;
• négocie et suit les accords d’entreprises sur l’égalité et la mixité professionnelles sachant que l’égalité professionnelle fait parti des négociations annuelles obligatoires (NAO) ;
• conseille et Aide ses adhérents et militants pour toute démarche ou négociation liées à l’égalité et la mixité professionnelles ainsi que la conciliation des temps de vie;
• communique sur toutes les avancées en matière d’égalité professionnelle.
 
Pour mémoire
La CFE-CGC a obtenu en décembre 2001 la création du congé de paternité. Il s’agit maintenant de :
• s’assurer que les pères qui le souhaitent ne soient pas pénalisés par la prise de ce congé ;
• garantir à ces pères le maintien intégral de leur salaire pendant cette période d’absence.
La prise des congés parentaux d’éducation qui sont ouverts aux pères et aux mères de famille doit être facilitée.
 
La prochaine réunion de négociation se déroulera le 26 octobre 2010. D'ici là, n'hésitez pas à nous faire part de vos idées. 

Partager cet article

Repost0

Suite de la grève du 23 septembre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

Carole Couvert, secrétaire générale CFE-CGC, vous adresse le communiqué commun de l’intersyndicale annonçant la suite de la mobilisation contre le projet de loi sur la retraite...

 

Partie prenante de ces mobilisations, la CFE-CGC exprimera ses propres mots d’ordre pour demander :  

• Un bouclier retraite individuel, seuil minimum de pension en pourcentage des derniers salaires

• La prise en compte des années d’études supérieures

• La prise en compte des périodes de stage

• Le retrait des articles remettant en cause la profession des médecins du travail

• Le cumul de la pension de réversion avec les revenus d’activité

• La garantie de l’égalité salariale entre hommes et femmes

• L’accompagnement en termes d’emploi des seniors

• L’élargissement de l’assiette de financement grâce à une cotisation sociale sur la consommation

• La suppression des exonérations de charges patronales injustifiées

Attention : si la CFE-CGC s’associe aux mobilisations nationales d’octobre contre le projet de loi sur la retraite, elle ne s’associe pas au mouvement syndical européen du 29 septembre sur l’emploi...


Communiqué commun   CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

 

Les organisations syndicales considèrent que la journée nationale d’action du 23 septembre 2010 est un franc succès. Les salariés du public et du privé, en participant massivement à cette 2ème journée de grèves et de manifestations du mois de septembre, ont réaffirmé leur détermination à ne pas accepter une réforme injuste et inefficace.

La journée d’hier a été marquée par l’engagement de nouveaux salariés du privé, notamment des PME mais aussi par la présence de plus de jeunes et de femmes. Cette vaste mobilisation s’accompagne d’un large soutien de la population qui refuse le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ainsi que celui de 65 à 67 ans pour toucher une retraite à taux plein. Quoi qu’en dise le Gouvernement, la démobilisation suite au vote à l’Assemblée nationale, n’a pas eu lieu.

C’est bien l’exigence d’un véritable débat et l’examen d’autres alternatives au projet de loi qui s’expriment plus fortement.

Les organisations syndicales mettent en garde le Gouvernement sur les conséquences que provoquerait l’ignorance de la colère qui s’exprime profondément.

Les organisations syndicales réaffirment leur totale détermination. Elles confirment les termes de leur lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires, notamment : « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité ».

Elles invitent leurs organisations à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires et les entreprises en interpellant les sénateurs et en utilisant (pétitions, tracts…) très largement cette lettre ouverte.

Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Sénat à partir du 5 octobre et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu’au 20 octobre, elles décident :

  • D’une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pour conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action.
  • De faire du mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s’est exprimé dans l’action et si le Gouvernement restait intransigeant. Le Gouvernement porterait l’entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre.

Plusieurs organisations participeront à la journée de manifestation européenne du 29 septembre pour s’opposer aux plans de rigueur en Europe. Elle donnera l’occasion à des milliers de salariés français de porter leurs revendications, notamment sur la retraite, à Bruxelles et partout en France.

Les organisations syndicales se reverront le 4 octobre et analyseront la situation.

Le 24 septembre 2010

24 09 10 - Communique commun Intersyndicale24 09 10 - Communiqué commun Intersyndicale

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0

Compte rendu de la CPN 5 du 24 septembre 2010

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La semaine dernière, nous avons refusé de siéger, suite à la remise en cause du fonctionnement de la CPN5 par l’établissement, qui amoindrissait encore le rôle des CPN. Cela nous a amené à faire la déclaration (voir cet article).

Nous avons rencontré Moise Rachid (DGA-RH) en début de semaine.
Nous avons obtenu un retour partiel au fonctionnement antérieur.

Point positif, l’Etablissement nous donne à nouveau, ce qui est la moindre des choses, le nom du candidat pressenti s’il s’agit d’un agent de droit privé et la liste complète des candidats de droit public.
Point négatif : nous n’avons plus communication de l’ensemble des candidatures de droit privé.

Voici  les résultats de la commission de ce jour : Resultats CPN5 09-2010Résultats CPN5 09-2010
Nous vous rappelons que nous ne votons que pour les candidats de droit public, et lorsque ceux-ci sont en concurrence avec un candidat de droit privé, nous votons en partage de voix pour un candidat de droit public, non par favoritisme corporatiste, mais uniquement parce que, pour les agents de droit privé choisis sur les postes, nous n’avons aucune information outre que le nom.

La commission a également pris note de la permutation de deux directeurs d’agence en Ile de France.

La commission a voté pour les propositions de promotions des collègues suivants, en qualité de Chargé de Mission, Appui et Gestion :
 BERTRAND Fabienne  Bretagne
 BREUVART Michel  Nord Pas de Calais
 PARMENTIER Isabelle  Nord Pas de Calais
 FOURTINES Beatrice  Midi Pyrénées
 HENNION Muriel  Midi Pyrénées
 MARQUE Patricia  Aquitaine
 MONZO Nicolas  Languedoc Roussillon
 POMPIERE Marietta  Martinique
               
La décision finale et officielle de nomination appartient au Directeur Général de Pôle Emploi.

Cordialement,

Les élus CFE-CGC en CPN5
Alain Goléa - 06.16.32.72.90
Dominique Jacquet - 06.92.87.97.91

Publié dans CPN 5 & CPN 6

Partager cet article

Repost0

Les premiers chiffres de la grève du 23 septembre (MAJ)

Publié le par CFE-CGC métiers de l'emploi

La direction annonce un taux de gréviste de 12,31% hors Guyane, Guadeloupe et Martinique, 6115 grévistes et  11 sites fermés. A la même heure, le 7 septembre, le chiffre était de 16,93% (voir l'article).

 

Vous pouvez retrouver le taux de grévistes de votre région en consultant le tableau ci-dessous. 

 

Taux national provisoire

(hors Guadeloupe, Guyane et Martinique)   

 

Grève du 23 septembre 2010

Appel national interprofessionnel :

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO, Solidaires et UNSA

 

Thème : réforme des retraites

 

REGIONS Effectifs Agents % Sites

Régions grévistes agents fermés
Alsace 1 232 103 8,36% 0
Aquitaine 2 266 424 18,71% 1
Auvergne 967 176 18,20% 0
Basse Normandie 1 091 193 17,69% 0
Bourgogne 1 129 183 16,21% 0
Bretagne 2 035 335 16,46% 0
Centre 1 773 210 11,84% 0
Champagne-Ardenne 1 052 90 8,56% 0
Corse 252 63 25,00% 1
DSI 1 382 63 4,56% 0
Franche-Comté 888 102 11,49% 0
Haute Normandie 1 410 175 12,41% 0
Ile-de-France 8 340 937 11,24% 2
Languedoc-Roussillon 2 060 294 14,27% 0
Limousin 534 68 12,73% 0
Lorraine 1 731 164 9,47% 0
Midi-Pyrénées 2 033 454 22,33% 2
Nord-Pas-de-Calais 3 365 267 7,93% 0
PACA 3 952 449 11,36% 1
Pays-de-Loire 2 441 503 20,61% 3
Picardie 1 364 107 7,84% 0
Poitou-Charentes 1 284 128 9,97% 1
Pôle emploi services 790 44 5,57% 0
Rhône-Alpes 4 390 402 9,16% 0
Siège 936 55 5,88% 0
Guadeloupe



Guyane



Martinique



Réunion 989 126 12,74% 0
Total 49 686 6 115 12,31% 11

 

Grève 23 septembre 2010 chiffres provisoiresGrève 23 septembre 2010 chiffres provisoires


MAJ du 27 septembre : vous trouverez ci-dessous les chiffres consolidés de la grève du 23 septembre (intégrant Guadeloupe, Martinique et Guyane). Cela fait au final un taux de 12,99% (6598 grévistes pour 50777 agents).

Grève 23 septembre 2010 consolidéGrève 23 septembre 2010 consolidé

Publié dans Retraite

Partager cet article

Repost0