34ème Congrès CFE-CGC

Publié le par cfe-cgc metiers de l'emploi

Un congrès de mutation (Edito du Président)


Depuis soixante-cinq ans, la CFE-CGC a su s’adapter à tous les bouleversements économiques et sociaux. Elle est même devenue, dans notre histoire, la seule organisation syndicale représentative qui, contre vents et marées, n’est jamais tombée dans le piège de la scission ou de l’éclatement !

Cette force, cette conviction quant à nos valeurs fondatrices pour porter la voix de l’encadrement est une nouvelle fois soumise à rude épreuve aujourd’hui. Nous faisons face à une véritable mutation du syndicalisme, imposée par l’entreprise projetée dans un marché inéluctablement mondial. Mais aussi, et surtout, imposée par... la loi ! Jusqu’à la loi du 20 août 2008, adhérer à un syndicat, c’était partager une conviction, c’était s’engager à défendre l’intérêt des salariés au sein d’une famille syndicale diversifiée. Depuis cette loi, l’adhérent ne serait-il devenu qu’un électeur placé dans la situation de choisir entre noir ou blanc, entre pour ou contre, au mieux entre deux grandes organisations... quand il a la rare chance de côtoyer un syndicat dans son entreprise ? Pour la CFE-CGC, adhérer ne se  limite pas à déposer un bulletin dans une urne. Militer ne consiste pas ou si peu à faire des campagnes électorales. C’est d’abord partager des valeurs qui font sa spécificité : la défense des droits des salariés et de l’encadrement en particulier, par le dialogue et la négociation responsable ; la promotion de nos intérêts face aux logiques financières de plus en plus prégnantes ; l’innovation sociale par la priorité donnée aux femmes et aux hommes sources réelles de notre économie ; l’intervention dans les stratégies des directions d’entreprise ; les choix sociaux favorables au développement durable dans un contexte européen... C’est cela notre militantisme de terrain !

Mais il va falloir, encore une fois, s’adapter. Notre représentativité, notre existence, dépendra de notre capacité à convaincre et à rassembler pas seulement des collègues, mais aussi des voix. Ce militantisme de terrain doit inclure totalement la priorité donnée à ces aunes qui nous mesurent : 10 % des voix dans l’entreprise et 8 % dans la branche ! Toute la CFE-CGC y mettra sa force. Pour protéger et soutenir ses porteurs de mandats. Pour renforcer son image. Pour s’engager dans tous les combats en faveur de nos systèmes solidaires et du revenu des salariés et des fonctionnaires. Pour garantir la place de l’encadrement dans le dialogue social national et international. C’est cet engagement que devra prendre la génération 2010 des adhérents et militants CFE-CGC. C’est l’appel de ce XXXIVe congrès !

 

Bernard Van Craeynest

Président de la CFE-CGCaffiche congres

trombi v2 a4 trombi v2 a4

journalcongres1bis journalcongres1bis

Journalcongresn2 Journalcongresn2 

journalcongresn3 journalcongresn3

journal congres n4 journal congres n4

http://www.cfecgc.org/index.php

Le stress : il y a de quoi en faire une maladie !

Publié le par cfe-cgc metiers de l'emploi

La grande majorité des salariés se sentent crispés ou tendus à cause de leur travail :

  • 74 % sont fréquemment interrompus dans leur travail STRESS
  • 71% sont tendu(e)s ou crispé(e)s à cause de leur travail
  • 68 % ont des difficultés à concilier travail et vie privée
  • 55 % se sentent découragés à cause de leur travail
  • 51 % sont confrontés à des clients agressifs
  • 48 % se sentent mal jugé dans leur entreprise
  • 42% se sentent en situation de concurrence avec leurs collègues
  • 38 % ont des migraines ou des maux de tête
  • 34 % doivent exécuter des actions qui ne correspondent pas à leur éthique

Dégradation des conditions de travail, harcèlement, la gestion par le stress est une réalité !

 

Les récents suicides de salariés chez France Télécom, Renault, La Poste, PSA, EDF..., comme dans d'autres entreprises, ont interpellé le gouvernement et le grand public sur la nécessité de considérer la souffrance au travail comme un problème de société.

 

Le risque psychosocial (stress, harcèlement...) est devenu un risque auquel les entreprises doivent désormais faire face. 50 % des arrêts maladies seraient liés au stress. Selon l'OMS la France est le troisième pays où les dépressions liées au travail sont les plus nombreuses. La souffrance au travail est devenue chronique.

 

La CFE-CGC est pionnière en matière de lutte contre le stress en entreprise. Depuis des années, elle met en évidence ce phénomène grâce à ses différentes études pluridisciplinaires et son sondage régulier réalisé par Opinionway. La CFE-CGC RÉCLAME LA RECONNAISSANCE DU STRESS COMME MALADIE PROFESSIONNELLE.

 

Propositions pour la réduction des Risques Psycho-Sociaux Propositions pour la réduction des Risques Psycho-Sociaux

Accord RPS V3 2 Accord RPS V3 2

Pôle emploi Rapport final VMA- reunion 5 janvier 10 Pôle emploi Rapport final VMA- reunion 5 janvier 10