Calendrier social national - màj

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Pour vous aider à mieux suivre ce qu'il se passe au niveau national, nous mettons régulièrement à jour, dans la colonne de gauche du blog, le calendrier social national.

 

Nous venons d'intégrer les éléments issus de la version 6 du calendrier social national du 1er semestre 2018.

 

N'hésitez pas à le consulter régulièrement !

 

Mise à jour à 12h30 suite à la réception de la version 7 du calendrier social national

 

Compte-rendu du CCE du 19 avril 2018

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Lecture d’une déclaration SNU et CGT

Lecture d’une déclaration FO

 

  1. Approbation du PV du 27 février 2018

 

Report

 

  1. Consultation sur la situation économique et financière de Pôle Emploi

 

Présentation des travaux de la commission économiques du CCE et questions.

Les questions soulevées par les membres de la commission économique

Concernant le prévisionnel, pourquoi ne dispose-t-on pas d’un prévisionnel à 3 ans, nous permettant de nous projeter sur le financement de Pôle Emploi à moyen terme et sur les missions qui nous incomberont alors ?

  • Quelle est la stratégie par rapport à l’augmentation de la montée en charge de l’externalisation ? On nous indique que cela est en lien avec la montée et la généralisation de la déclaration sociale nominative (DSN), or celle-ci semble arriver moins rapidement que n’augmentent nos dépenses vers nos prestataires externes, que ce soit dans le cadre de l’indemnisation ou dans le cadre du placement. Quelles sont les bases de calcul  des prestataires, y trouve-t-on un effectif salarié dédié aux prestations demandées par Pôle emploi ?
  • Si l’on convertissait en nombre d’ETPT  les sommes engagées au titre des dépenses vers les prestataires externes pour la saisie des AE, à quelle hauteur d’ETPT cela se chiffrerait-il (en se basant sur un salaire moyen chargé à Pôle Emploi) ? Et combien d’ETPT cela représente-t-il par rapport aux volumes traités ? 
  • Quel est le prévisionnel au regard de la baisse du budget de fonctionnement et quelles limites s’est-on donné sur le sujet ? Quelles sont les orientations sur le sujet ?
  • A l’identique de ce qui a été donné pour le budget 2017 concernant les charges du personnel, il est souhaité un détail expliquant la baisse de la masse salariale de 11,4M€ en 2018 :
    • Effet volume en lien avec le nombre d’ETP
    • Effet prix avec :
      • L’effet noria prévu 2018
      • L’effet GVT
      • La revalorisation du point
      • L’effet classification
    • L’abondement au titre du fonds de retraite fermé pour assurer le versement des rentes aux bénéficiaires
    • L’effet lié aux éléments variables dont notamment la progression des indemnités de retraite.
  • Quelle est la part du budget impacté par l’augmentation du e-learning ?
  • La partie spécifique de formation des conseillers et des managers est de 15,3 M€ en budget 2018 (p10 de la consultation) : quel est le montant socle ?
  • Comment est-il prévu de faire face à la baisse de la contribution de l’assurance chômage dans le budget de Pôle Emploi ?
  • Avez-vous des éléments en votre possession concernant la contribution de l’Etat sur 2019 ?
  • Quel est le dispositif de collaboration entre Régions et Pôle Emploi ?
  • Quel est l’impact de la territorialisation sur les dépenses de fonctionnement et notamment les frais de déplacement ?
  • A-t-on une stratégie concernant la politique immobilière ou réagit-on selon les opportunités ? Pourriez-vous nous donner le cadre de contrainte avec  la tutelle de l’Etat en la matière ?

 

Vote :

Défavorable : SNAP

Abstention : CFE-CGC, CFDT, CFTC

 

  1. Information en vue d’une consultation sur les principes organisationnels des activités d’appui gestion en plateformes et en agences.

 

Information préalable de la DG concernant ce dossier :

  • la situation actuelle est complexe pour les PAG. Les activités sont diverses et peuvent varier en fonction de l’urgence du moment.
  • Aucune cible minimale ne sera définie dans les PAG.
  • Pas de cible non plus pour les plateformes de production
  • Pour les petits sites, il a été choisi de mettre à disposition l’outil MEVO.
  • Le calendrier de déploiement est à la main des régions. L’essentiel du dialogue social devant néanmoins intervenir d’ici l’été, en vue d’une mise en œuvre opérationnelle à partir de septembre.
  • La procédure au niveau du CCE vise à valider les principes généraux en laissant la déclinaison opérationnelle à la main des établissements (organisation et plan d’accompagnement).

 

Les questions de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  1. Concernant la file placement sur le 3949, celle-ci sera-t-elle mutualisée dans le réseau avec un appel à ressources type plateforme comme actuellement ou va-t-on renforcer les équipes 3949 en plateforme physique pour prendre l’intégralité de ces appels ?

 

  1. Est-ce que les SMS ou les mails ont une valeur juridique et qui nous sera opposable ? Y aura-t-il des maquettes et une validation d’un manager ou d’un référent métier avant envoi ?

 

  1. Est-il prévu de maintenir un ou plusieurs superviseurs téléphoniques régionaux avec la nouvelle organisation et est-ce que son rôle évolue alors par rapport à aujourd’hui ?

Réponse DG : Il a vocation à perdurer et sera en charge de la surveillance du réseau.

 

  1. Quel est le taux de performance sur les agences en test  (avant et pendant le test) ?

Réponse DG : Taux de performance environ 80% avec temps d’attente de 2 minutes environ.

 

  1. Comment s’assure-t-on de la suite donnée ou de la prise en compte des appels avec messages vocaux en agence pour la file indemnisation ? Vous avez dit un rappel sur 2 pour la file placement. Pour appel la file indemnisation représente 2/3 des appels.

 

  1. Possibilité de double connexion pour les GDD. Quid des agents de la PF connectés sur plusieurs territoires ?

Réponse DG : la file indemnisation ne sera plus en plateforme sauf le premier niveau. Cela représente 20% des appels.

 

  1. Si personne n’est connecté en agence aura-t-on un débordement systématique en PF à l’identique du 3995 ce jour ? Ou suppression systématique débordement ?

Réponse DG : Pas de débordement des plateformes vers les agences.

 

  1. A-t-on pris en compte l’impact de l’augmentation du nombre d’appels sur le 3949/file indemnisation en 2018 sur cette nouvelle organisation ?

Réponse DG : Oui

 

  1. Concernant les formations dédiées aux PF, comment va-t-on s’assurer de la réalité de ces formations sur les activités marginales : PA/SA, allocations décès, PDSH,….

Réponse DG : Il y a une formation conseil téléphonique de premier niveau et c’est tout. N’envisage pas de développement de l’offre de formation.

 

  1. Evolution prévue d’un double écran : est-ce que la généralisation est prévue dans le cadre de l’évolution des PF (cf page 10). Est-ce qu’une dotation est également prévue dans le cadre du télétravail ?

Réponse DG : NON, il n’y pas de dotation prévue pour le Télétravail.

 

  1. Concernant les plateformes avec implantation multiple, est ce que vous pouvez nous garantir le maintien des implantations actuelles ?

Réponse DG : OUI

 

  1. Prévoyez-vous à terme une baisse des charges sur les PF du fait de la digitalisation et donc un non remplacement des effectifs qui partent à la retraite sur ces structures ?

Réponse DG : OUI, une baisse des charges est prévue, et donc il est possible qu’il n’y ait pas de remplacement des départs à la retraite si cela n’est pas nécessaire.

 

  1. En cas de baisse d’effectif sur un PAG suite à départ, sera-t-il remplacé ou l’activité sera-t-elle mutualisée sur le reste de l’équipe ou en plateforme.

Réponse DG : NON, pas de remplacement en cas de départ.

 

  1. Quid des agents dont les transitions professionnelles s’avèreront difficiles ? Par exemple les personnes proches de la retraite sans mobilité professionnelle ? Est-il prévu des ruptures conventionnelles ?

Réponse DG : proposition d’un avenant à l’accord GPEC.

 

  1. Est-il prévu le versement de primes à l’identique des GDD pour inciter à la mobilité professionnelle ?

Réponse DG : Proposition d’un avenant à l’accord GPEC, sans en connaître les volumes pour favoriser des transitions professionnelles et créer les possibilités pour pouvoir bénéficier d’une prime et d’un accompagnement.

 

  1. Est-ce que le CRE est retiré du périmètre de la PF ?

Réponse DG : NON

 

  1. La file recouvrement du 3995 ne peut-elle pas à terme être affectée au 3949 ?
  1. Information en vue d’une consultation sur le projet de renforcement des équipes de contrôle de la recherche d’emploi

 

Présentation générale de la DG

 

  • Le dispositif CRE a trouvé son équilibre depuis sa mise en œuvre opérationnelle fin 2015. 12 000 contrôles sont réalisés chaque mois et permettent, dans 86 % des cas une reprise de la recherche d’emploi.
  • Le calendrier prévisionnel prévoit une diffusion des poses dans la BDE à partir de juin-juillet afin de débuter les recrutements et les formations en septembre. 

 

Les questions de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  1. Suite aux annonces gouvernementales concernant le renforcement du Contrôle de la recherche d’emploi, l’expression de certains médias pouvait laisser penser qu’il y aurait des recrutements, à la lecture de votre document, nous lisons plutôt que cela se fera à ISO effectif, nous vous demandons de clarifier ce sujet.

Réponse DG : La montée en charge du Contrôle de la recherche d’emploi se fera à ISO effectif, il n’y aura pas de recrutement.

  1. Le dossier que vous nous présentez concerne le passage d’un dispositif de 200 CRE à 600 CRE pour fin 2018. La ministre a aussi évoqué que 2018 n’est qu’une étape et que l’objectif est d’avoir 1000 agents affecté au CRE en 2020. Le dispositif que vous nous présentez a –il était construit en prévision de cette seconde montée en charge qui va très vite arriver ?

Réponse DG : Pour la DG la montée en charge en 2020 annoncée par la Ministre qui aboutirait à passer à 1000 CRE n’est pas un sujet ouvert aujourd’hui. La DG verra le moment venu si cela est vraiment nécessaire. Et pourtant la Ministre l’a annoncé, qui aura le dernier mot !

  1. Question sur le report de la charge de travail ?
    • Qu’avez-vous prévu pour anticiper le report de la charge de travail ?

Réponse DG : En ce qui concerne le redéploiement, il devra être fait sans abaisser notre niveau d’accompagnement.

  1. Page 6, confirmer ne veut pas dire tous nouveaux conseillers ?
  2. Page 7, vous listez un certain nombre de profils qui pourront candidater, aujourd’hui les règles de Pôle Emploi en matière de mobilité font que les postes sont ouverts à tous, si nous pouvons comprendre qu’il y ai des profils pré identifié, nous vous demandons des garanties quant à l’étude de toutes les candidatures qui se présenteront sur ces postes sans exclusions automatiques des collègues dont les profils ne seraient pas dans les pré identifiés ?

Réponse DG : La liste n’est pas exhaustive, tout le monde peut candidater.

Les postes dans la BDE seront ouverts à tous, un agent CRE n’aura pas besoin de se repositionner sur son poste.

Accompagnement et formation, il y a une base commune pour tout le monde et des éléments de module à la carte en fonction du métier ou de la formation d’origine.

  1. Vous détaillez les modalités de recrutement des CRE mais rien sur les managers qui passent de 15 à 39, comment ce recrutement va-t-il s’opérer et sur quels critères, vous parlez de directeur et de REP, quelle répartition ?

Aucune réponse de la DG

  1. Demande de précision en matière d’organisation, au vu du document P5 vous parlez d’équipes regroupées, de directeur et de responsables d’équipes.

Réponse DG : Il y aura des Directeurs mais sans site car pas de site spécialisé CRE donc des directeurs d’équipe.

  1. Demain quelle forme prendra ce dispositif dans les établissements sachant que la ministre a déclaré que les équipes contrôle de la recherche d’emploi devront être séparées pour éviter d’être juge et partie et que vous parlez de Directeur :
    • Y aura –t-il des agences spécialisées sur ce domaine ?  ou des équipes et dans ce cas adossées à qui ? ou les 2 ?

Réponse DG : NON pas d’agence spécialisée

  1. Il nous semble que la possibilité de conseiller CRE délocalisé sur site n'a pas été retenu, pourquoi ?

Aucune explication de la part de la DG

  1. Nous souhaiterions avoir des informations complémentaires sur les moyens, la question des locaux et de l’organisation territoriale.

Réponse DG : Ne pas associer le CRE avec les agences, les CRE seront dans des équipes qui seront des équipes régionales avec une logique régionale en ce qui concerne le pilotage et le management. Le CRE sera rattaché à la DR avec un management dédié, avec une augmentation de responsable d’équipe ‘1 REP pour 15 CRE).

Sur les régions importantes, chaque DR devra définir son plan d’installation. S’il y a des équipes pluri localisées, alors on doit avoir un minimum de 5 personnes ensemble qui font du CRE sur un même site (pas en dessous pour éviter l’émiettement).

  1. Sur quels critères a été établie la répartition des conseillers/région ?

Réponse DG : La DEFM, critère plutôt simple et qui explique les écarts.

    • Concernant les effectifs CRE :
      • pourquoi avez-vous décidé de ne pas augmenter le nombre de CRE en Guyane
      • pourquoi seulement 1 CRE supplémentaire en Corse ?
      • pourquoi Zéro CRE à Mayotte ? et comment allez-vous organisez le CRE pour les DE de Mayotte ? comment comptez-vous organisez les convocations physiques sans CRE sur Mayotte ? Zéro CRE sur Mayotte, cela veut-il dire que vous envisagez de ne pas contrôler les DE de Mayotte ?
      • Pourquoi l’effectif est multiplié par 4 en IDF.

Réponse DG pour toutes les questions sur les effectifs CRE : C’est comme cela c’est notre choix et notre décision.

    • Concernant les effectifs REP :
      • Pourquoi avez-vous décidé de supprimer le REP de Guyane et celui de Martinique ? Sachant qu’à juin 2017 à la Réunion il y avait 1 rep pour 5 CRE, en BFC et en CVL 1 REP pour 7 CRE en 2017.  Quelle sera alors la nouvelle organisation ?
      • Qu’est-ce qui justifie qu’il n’y ai aucun REP en Guadeloupe alors qu’il y a 7 CRE (comme BFC et CVL en 2017) ?

Réponse DG pour toutes les questions sur les effectifs REP : C’est comme cela c’est notre choix et notre décision.

En résumé, concernant la répartition des effectifs CRE et REP, qui peuvent nous interpeller et nous poser questions car cela ne répond pas aux critères de répartition appliquer ailleurs, la réponse de la DG avez un goût de « c’est notre choix, circulez, il n’y a rien à voir ».

  1. Le contrôle de cette activité va-t-il être intégré dans le plan de contrôle interne ? Qui en aura la charge ?

Pas de réponse de la DG

  1. La procédure prévoit le recours à l’entretien physique, pouvez-vous nous dire depuis la mise en place du CRE combien d’entretien physiques ont eu lieu  et sa répartition par établissement ?

Réponse de la DG : Depuis le début, il n’y  en a pas eu beaucoup, avant tout l’échange a lieu autour de l’échange téléphonique.

 

  1. Questions diverses

 

Question de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi :

Où en est-on  de la programmation de la commission ONM qui sera consacrée à la mise en place d’une étude sur l’impact de la digitalisation sur les emplois de Pôle Emploi ?
 

Réponse de la DG : Le Président a bien aussi ce souci mais le calendrier social est actuellement assez chargé, il prend bien en compte la demande.

 

 

 

Publié dans CCE

NAO 2018 : Zéro pointé !

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

La Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) s'est tenue ce mardi 6 mars 2018.

 

Compte tenu d'accords antérieurs, la négociation était réduite aux seuls salaires.

 

"Seuls salaires" qui sont bien évidemment un sujet d'importance pour les salariés de Pôle Emploi qui subissent depuis plus de 10 ans toutes les transformations possibles et inimaginables sans jamais rien dire, qui mettent en oeuvre tous les plans des gouvernements successifs avec professionnalisme.

 

 

Les agents de Pôle Emploi sans qui les bons résultats et l'atteinte des objectifs n'auraient pas été possibles pouvaient légitimement espérer une augmentation générale de leurs salaires.

 

 

La réponse de la direction à cette attente fut sans appel !

 

 

C'est sans vaciller et avec un calme glaçant que la direction après avoir reconnu les efforts du personnel, a décidé de remercier ceux-ci en leur accordant 0% d'augmentation générale des salaires considérant que la mise en oeuvre du mécanisme de la compensation de la CSG lui coûtait déjà fort cher (3,5m € sur un an).

 

 

En 2018, la DG récompense vos efforts avec :

 

  • Zéro revalorisation de la partie fixe !
     
  • Zéro revalorisation de la valeur du point !

 

 

Les agents de Pôle Emploi, à défaut de reconnaissance salariale pour leurs efforts et de gain de pouvoir d'achat promis par le Président de la République, devront finalement payer à crédit la pseudo compensation de la CSG.

 

 

Déclaration de l'ensemble des Organisations Syndicales : Téléchargez ICI

 

NAO 2018 : Zéro pointé !

Compte-rendu du CCE du 27 février 2018

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

  1. Approbation des PV des 19 décembre 2017 et 23 janvier 2018

 

  • Procès-verbal de la réunion du CCE du 19 décembre 2017

Approuvé à l’unanimité

  • Procès-verbal de la réunion du CCE du 23 janvier 2018

Approuvé à l’unanimité

 

  1. Information sur le profil de compétence des DE Le Président donne la parole à Catherine Poux, directrice des services aux entreprises.

 

Présentation par Madame POUX.

Profil de compétences est la traduction de la volonté de répondre, à un certain nombre d’enjeux et au regroupement d’informations aujourd'hui dispersées, cela afin de délivrer un conseil en évolution professionnelle le plus pertinent possible.

Profil de compétences rassemble trois grands éléments :

· Ce qu’est le demandeur d'emploi (DE) ;

· Ce que le DE souhaite montrer, dans le cadre d’un consentement éclairé (à l’image des informations qui figurent sur son CV) ;

· Ce que cherche le demandeur d'emploi (métier, conditions d’exercice, etc.).

Profil de compétences sera accessible au demandeur d'emploi et aux employeurs.

 

Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi observe que le document traduit une évolution sensible depuis la présentation qui avait été faite sur le même sujet, en CCE, en 2016.

Elle souhaite savoir de quelle façon sera appréciée l’appropriation du programme mis en place, afin de rendre un service uniforme aux demandeurs d'emploi.

Les compétences de ces derniers sont d'ailleurs diverses en matière d’utilisation des outils numériques, ce qui soulève une autre question quant à la façon dont l’Etablissement prendra en compte ces écarts.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite avoir la garantie que le lancement de profil compétences se fera après avoir vérifié que le produit était complétement fiable.

 

Réponses de l’établissement :

 

Le demandeur d'emploi devra être accompagné dans cet exercice.

Un MOOC sur les compétences est également accessible aux DE.

Pôle emploi dispose déjà de méthodes permettant de valider les compétences (ECCP, méthode de recrutement par simulation).

Cet outil permettra d’enrichir le profil du demandeur d’emploi au fur et à mesure des expériences professionnelles, formation et évaluation à venir.

 

 

Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

Compte tenu de l’importance prise par la notion même de compétence, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi juge essentiel que chacun avance au même pas et que l’appropriation du dispositif par les conseillers soit aussi homogène que possible.

Elle demande si l’Etablissement envisage une mesure d’écarts à cet égard, et de quelle façon il s’assurera que ces écarts soient aussi minimes que possible.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite également savoir si les compétences abordées dans le PIC (Plan d’investissement Compétences) reposent sur les mêmes définitions que le profil de compétences.

 

  1. Point sur le PIC et le dispositif 500 000

 

Monsieur JAUNEAU, responsable du département « Marché du travail »

Le plan « 500 000 » a entrainé une très forte croissance, en 2016, du nombre d’entrées en formation des DE.

Il a doublé par rapport à 2015 pour atteindre près d’un million, toutes les régions ont été concernées et cela a concerné plus particulièrement les DE peu qualifiés.

On peut noter :

  • une très légère hausse du taux de satisfaction des DE
  • la stabilité du taux d’accès à l’emploi à l’issue de la formation entre 2015 et 2016

Madame PEROCHEAU, directrice du programme Formation

Pour la DG, le plan « 500 000 » a consolidé le rôle de Pôle emploi du point de vue de l’accompagnement des demandeurs d'emploi d’une part, et du point de vue de l’achat de formations d’autre part.

 

Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi indique qu’il lui manque un bilan qualitatif des actions conduites, en particulier quant au taux d’accès à l’emploi. Au sein des régions, les CESER sont actuellement consultés sur le PIC et des conventions de partenariat sont signées entre Pôle emploi et les Conseils régionaux, ce qui donne parfois l’impression que Pôle emploi se place sous l’autorité de ces derniers.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite entendre la Direction à ce sujet, et se demande si une stratégie nationale a été définie en la matière.

Rappelant l’effort très important qui a été produit en matière de diagnostic et d’envoi en formation des demandeurs d'emploi, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi suppose que des enseignements ont été tirés en matière de qualité des formations et des organismes. A la veille du lancement d’un grand plan dans ce domaine, il serait intéressant que ces enseignements soient connus.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi est extrêmement étonnée que seules deux lignes, dans le document, portent sur le retour à l’emploi, alors que c’est l’objectif principal, du moins officiellement. Elle considère que la Direction doit communiquer des chiffres au CCE, et qu’il est inacceptable que le DGARH renvoie les représentants du personnel à la consultation de l’intranet.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite que soit précisée la différence d’implication attendue de Pôle emploi entre le plan 500 000 et le PIC. Une question corollaire se fait jour quant aux implications du PIC en termes d’organisation de Pôle emploi, au siège et au sein du réseau.

 

  1. Information sur la répartition de la baisse du plafond d’emploi 2018 (- 297 ETPT)

 

Monsieur OHIER, Directeur du Réseau,

La baisse du plafond d’emploi de 297 ETPT représente un taux de 0,6 % par rapport à la dotation totale.

Tous les établissements supporteront cet effort, sauf les DROM.

 

Intervention de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

La Direction envoie un signal très dangereux en liant la diminution du plafond d’emploi à la charge d’activité mesurée via la DEFM, dans la mesure où le nombre de départs naturels qui ont lieu chaque année aurait largement permis de diminuer le nombre d’ETP dans les mêmes proportions.

La baisse tendancielle des DEFM ne rend compte que partiellement de la baisse de charge, compte tenu du poids croissant que représentent les personnes nécessitant un accompagnement renforcé.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande pourquoi la Direction ne s’est pas basée sur la fusion des régions, sachant que quatre des cinq régions concernées ont fusionné. Cela lui aurait semblé moins dangereux en termes d’affichage.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande par ailleurs si, compte tenu de l’augmentation des effectifs qui seront alloués demain aux plateformes numériques en GDD, les jeunes en service civique n’auront pas vocation à assurer un accueil de premier niveau au sein des agences, auquel cas ils renverraient systématiquement les demandeurs d'emploi vers les outils numériques

 

  1. Questions diverses

ONM

Psychologues du travail en contrat de professionnalisation à l’Ile de la Réunion

Agression en Occitanie

CPNF

Publié dans CCE

Ordre du jour CCE du 27 février 2018

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

  1. Approbation des PV des 19 décembre 2017 et 23 janvier 2018.
  2. Information sur le profil de compétences des DE.
  3. Point sur le PIC et le dispositif 500 000.
  4. Information sur la répartition de la baisse du plafond d’emploi 2018 (- 297 ETP).
  5. Information sur la répartition des services civiques pour 2018
  6. Questions diverses

Publié dans CCE

Compte-rendu commission de suivi QVT

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Une commission de suivi de l’accord QVT s’est tenue le 25 janvier 2018.

 

Cette réunion, sur la base d’un bilan (de mars 2017 à décembre 2018), nous a permis d’avoir des éléments détaillés sur la mise en œuvre des différents dispositifs prévus par l’accord.

 

 

S’il est vrai que le télétravail a été l’élément phare de cet accord, il ne doit pas non plus éclipser les autres mesures (usage des outils numériques, relations de travail, expression des agents et accompagnement managériale).

 

 

Concernant le télétravail, l’essentiel des échanges a été de lister les difficultés de la mise en œuvre pour éviter que celles-ci se reproduisent pour la deuxième année.

 

Si tout n’a pas été parfait dans le traitement des demandes avec parfois des refus basés sur des arguments non prévus dans l’accord, nous pouvons noter une très grande satisfaction des agents ayant choisi cette modalité de travail.

 

Par contre la mise en œuvre au quotidien, surtout dans les régions ayant supprimé des PO, a été et est toujours un véritable casse-tête pour les ELD surtout lorsque télétravail et travail de proximité se télescopent... avec des PO en moins ! Sur ce sujet nous avons été surpris d’apprendre que les DR ayant demandé à garder leurs postes les ont gardés, les autres ayant préféré accepter le retrait au grand désarroi des équipes sur le terrain. Il semblerait que les postes soient prochainement de retour là où ils ont été retirés : à suivre !....

 

 

Sur les autres éléments de l’accord, on voit qu’il reste encore du travail à faire notamment sur le volet expression des agents. Mais nous devons noter que ce démarrage tardif et encore poussif commence timidement à se concrétiser.

 

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi avait, préalablement à cette réunion, adressée un questionnaire à ses adhérents afin de s’enrichir de leur retour pour la préparation et la tenue de cette réunion.

 

Au final, en quelques jours, ce sont près d’une centaine de questionnaires que nous avons pu collecter et exploiter afin d’enrichir la tenue de la commission de suivie.

 

Nous avons ainsi pu constater :

  • une grande satisfaction sur le télétravail pour les agents concernés
  • une connaissance loin d’être parfaite des différents dispositifs
  • une appréciation mitigée sur la suppression du « répondre à tous » pour les courriels (facile à contourner et source de perte de temps pour beaucoup)
  • une alerte sur les managers

 

 

Alerte sur les managers

Il a été assez surprenant à la lecture des verbatim de ce questionnaire, de constater que les alertes sur les managers sont venues des managers mais aussi des non managers qui nous expliquaient que si eux pouvaient bénéficier de tel ou tel dispositif, il en était tout autrement pour leurs propres managers !

 

 

En gros, nous pouvons résumer toutes ces expressions ainsi : Les managers ont été très sollicités pour s’assurer de la bonne mise en œuvre des dispositions de l’accord QVT, mais quid de la QVT des managers ? Ils sont pourtant des agents eux aussi !

 

Bref ils se sentent les grands oubliés dans cette histoire, non pas que l’accord fasse une discrimination dans le bénéfice des actions mais, qu’au final, ils aient plus d’obstacles pour bénéficier de l’accord, à commencer par le télétravail.

 

 

Forte de tous ces retours, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi est longuement intervenue pour que ces freins (clairement identifiés) soient rapidement levés sur le terrain, car, il ne peut pas y avoir de QVT sans managers pour l’appliquer.

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>