Présentation

  • : CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • : Facile d'accès, ouvert à tous, ce blog est fait par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi, pour vous informer au quotidien, de ce qui se passe dans Pôle Emploi.
  • Contact

Adhérer

Rejoignez-nous en 1 clic !

 

Bulletin d'adhésion
Mandat de prélèvement SEPA
Les statuts du syndicat

Rechercher Sur Le Blog

Suivez-nous sur...

Page Twitter de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  
Page facebook de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi

 

Votre région

Cliquez sur la carte 

France DOM 200 bleu 4Vous souhaitez prendre contact avec un de nos élus ou représentants dans votre région, envoyez-nous un mail à :
syndicat.cfe-cgc@pole-emploi.fr

Calendrier

Calendrier social 2017 (màj 19/09/2017)

septembre 2017 
CCE extraordinairelundi 4 septembre 2017
CCE extraordinairemardi 5 septembre 2017
CCE extraordinairemercredi 6 septembre 2017
CPNFjeudi 7 septembre 2017
CPNN Classificationjeudi 7 septembre 2017
CPNN Classificationjeudi 14 septembre 2017
DSC Politique Déplacement OSvendredi 15 septembre 2017
CPNCvendredi 15 septembre 2017
CCE ordinairemardi 19 septembre 2017
CRATvendredi 22 septembre 2017
CCEvendredi 22 septembre 2017
CPNCvendredi 22 septembre 2017
Multilatérale Baromètre Socialmercredi 27 septembre 2017
DSC Politique Déplacement Régionsmercredi 27 septembre 2017
CPNFmercredi 27 septembre 2017
NAOjeudi 28 septembre 2017
CPNN Classificationvendredi 29 septembre 2017
CPNCvendredi 29 septembre 2017
octobre 2017 
CCE – Règlement Intérieurmardi 3 octobre 2017
CPNN Classificationjeudi 5 octobre 2017
CPNCvendredi 6 octobre 2017
CPNFmercredi 11 octobre 2017
CPNFjeudi 12 octobre 2017
CPNN Classificationvendredi 13 octobre 2017
CPNCvendredi 13 octobre 2017
CPNN Classificationmardi 17 octobre 2017
CPNN Classificationjeudi 19 octobre 2017
DSCvendredi 20 octobre 2017
CPNCvendredi 20 octobre 2017
CCE ordinairelundi 23 octobre 2017
novembre 2017 
CPNCvendredi 3 novembre 2017
CPNS Handicapmardi 7 novembre 2017
CPNFmercredi 8 novembre 2017
CPNFjeudi 9 novembre 2017
CPN 5vendredi 10 novembre 2017
CPNCvendredi 10 novembre 2017
CPNS Accord GPECmardi 14 novembre 2017
CPNFmercredi 15 novembre 2017
CPNFjeudi 16 novembre 2017
CPNC PV/Suivi des avisjeudi 16 novembre 2017
CPNCvendredi 17 novembre 2017
DSCmercredi 22 novembre 2017
CCE Ordinairejeudi 23 novembre 2017
CPNCvendredi 24 novembre 2017
CPNN Séniorsmardi 28 novembre 2017
Groupe de travail retraitemardi 28 novembre 2017
Groupe de travail prévoyancemercredi 29 novembre 2017
décembre 2017 
CPNCvendredi 1 décembre 2017
Commission Suivi MM/Mutexmardi 5 décembre 2017
CPNN Séniorsmercredi 6 décembre 2017
CPNS Egalité Projeudi 7 décembre 2017
CRATvendredi 8 décembre 2017
CPNCvendredi 8 décembre 2017
CPPSS mardi 12 décembre 2017
CPNFmercredi 13 décembre 2017
CPNFjeudi 14 décembre 2017
DSCvendredi 15 décembre 2017
CPNCvendredi 15 décembre 2017
Calendrier Socialmardi 19 décembre 2017
CCE ordinairemercredi 20 décembre 2017

Adresse postale

CFE-CGC Métiers de l'Emploi
38 rue des frères Flavien
75020 Paris

Élections 2016-17

5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 09:58

Dominique Blondel préside la séance.

 

Les seules discussions qui ont eu lieu sur ce CCE, concerne l’élaboration du règlement intérieur.

Ces discussions ont commencé après lecture d’une déclaration par SUD et deux déclarations par la CFTC.

 

1. Elaboration et adoption du règlement intérieur du CCE

 

Le secrétaire du CCE  (élu CFDT) intervient pour  expliquer qu’il y a eu un travail entre certains syndicats et qu’il portera les propositions de cette intersyndicale.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi rappelle que les débats se tiennent dans le cadre du CCE, même si il ya eu une intersyndicale restreinte.

 

Dominique Blondel nous précise que  CCE devra obligatoirement se doter d’un règlement intérieur à compter du 1er janvier 2015 (article 2327-12-1 du Code du travail) et se doter d’une Commission des marchés (article 2327-14-1) quand le décret fixant les seuils sera paru

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi considère que le fonctionnement de la précédente mandature n’est pas suffisamment pris en compte dans la proposition de règlement intérieur. Par exemple en ce qui concerne les réunions multilatérales se sont révélées utiles pour évoquer différents sujets en amont des CCE ; le règlement intérieur pourrait reprendre cette initiative. Mais aussi les groupes de travail que nous demandons à voir intégrer dans le futur règlement intérieur du CCE.

.

La Direction Générale est claire, elle n’acceptera pas les modifications qui occasionneraient des frais supplémentaires.

 

Pour D.Blondel, les réunions multilatérales n’entrent pas dans le cadre du règlement intérieur du CCE. L’instance peut toutefois demander à se doter de cet outil, de même pour les groupes de travail.

 

Cette séance a permis de discuter 6 articles sur les 17 articles qui constituent le projet de règlement intérieur du CCE. Il s’agit des articles suivant :

 

  • Article 1. Présidence du CCE
  • Article 2. Composition et attributions du bureau
  • Article 3. Remplacement des membres du bureau
  • Article 4. Rôle du/de la secrétaire et du/de la secrétaire adjoint/adjointe du CCE
  • Article 5. Rôle du/de la trésorier/ière et du/de la trésorier/ère adjoint/e du CCE
  • Article 6. Les commissions

 

Interventions de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi trouve que la mention du quitus est imprécise.

 

  • De plus, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi s’interroge quant à la nécessité d’attendre six mois pour présenter les travaux en séance, travaux qui pour nous ne peuvent être menés que sur demande du CCE. Pour La CFE-CGC Métiers de l’emploi, ce délai est fort long, une fois les travaux réalisés, ils doivent être présenté au CCE à la séance qui suit la fin des travaux.

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande que les fonds alloués au CCE soient précisés. Cela paraît tout à fait naturel pour la CFE-CGC métiers de l’Emploi et cela répondra au principe que de transparence que la CFDT, le SNU, la CGT et le SNAP ont demandé d’écrire dans le règlement intérieur. Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, inscrire de beaux principes dans un texte ne suffisent pas pour s’en revendiquer, il faut les appliquer. C’est pour cela qu’il faut préciser la provenance des fonds alloués au CCE.
  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi fait aussi la demande que le choix de l’expert-comptable fasse l’objet d’un vote en CCE.

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi estime que la clause de réserve concernant les membres des commissions doit être maintenue, dès lors que les membres ne sont pas nécessairement des élus.

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite que les organisations syndicales soient représentées en commission, qu’elles aient ou non un représentant en CCE.

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi réitère sa volonté de souplesse quant à la constitution des  commissions, et la possibilité que les membres ne soient pas forcément des élus.

FO propose que les commissions soient composées de 29 membres afin que chaque CE désigne en son sein 1 membre.

En ce qui nous concerne à la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, nous pensons que cela risque d’être compliqué de se mettre en posture de travail quant le groupe est trop grand et donc 29 nous paraît un nombre élevé.

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, ce n’est pas le nombre qui permet de faire vivre un fonctionnement démocratique, cet argument avancé par le SNU est bien simpliste. La démocratie ne tient pas au nombre de participants d’une réunion.

 
2. Elections des membres du bureau du CCE telles que définies dans le règlement intérieur

 

Reporté

 
3. Constitution et élection des membres des commissions issues du règlement intérieur

 

Reporté

4. Questions diverses

 

Modification des fiches de paie de Pôle Emploi Service,

Traitement des intempéries en Languedoc Roussillon.

 

Fin de séance  à 13 heures 20

 

PROJET RI CCE 04 sept 14 PROJET RI CCE 04 sept 14

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 14:21

La séance était présidée par Jean-Yves Cribier

 

Déclaration préalable de CGT-FO concernant les risques induits par la mise en œuvre de la NCAC

Stockage des dossiers, absence de communication de P.E.

FO revendique la fermeture de toutes les agences les 24 et 31 octobre.

1 journée de formation supplémentaire pour les agents

Une réponse sur l’organisation du travail

Une information à destination des DE

FO encouragera le Droit de retrait si la situation le demande.

 

CFDT s’associe en demandant un point sur la NCAC, sur les CIDC et le plan de rentrée.

 

 

1. Approbation des procès-verbaux des 24 et 30 juin 2014, des 8, 9 et 23 juillet 2014 et du 4 septembre 2014

 

PV des 24 et 30/06 réunis sur le même PV

7 pour (CFDT, CGC, SNAP)

4 abs (FO)

8 NPPV

 

PV du 8/07

1 abs CFTC

Pour:18

 

PV du 9/07

1 abs CFTC

Pour:18

 

PV 23/07

1 abs CFTC

Pour:18

 

PV 4/09

1 abs CFTC

Pour:17

1 NPPV (SUD)

 

2. Présentation du bilan de la mise en œuvre en phase pilote de l’offre de service 100 % Web dans le cadre de l’accompagnement guidé dématérialisé des demandeurs d’emploi

 

Interventions CFE-CGC :

 

  • Y a-t-il un profil type des DE utilisant 100% web ?
  • Quelle est la raison du déséquilibre des réponses entre l’IDF et les autres régions ? (58% réponses proviennent de l’IDF)
  • Quelle est la motivation des DE ?

 

Réponse DG :

 

100% web est bien un projet stratégique pour PE, inscrit dans PE 2015.

On a pris le temps, souhaitant se donner les moyens de réussir sur le numérique en complément des autres services.

C’est un pilote et non pas une expérimentation. Donc sera généralisé.

26% de réponse : meilleur taux qu’habituellement

Poids de l’IDF : sur 9100 DE ayant accepté, 7000 entretiens réalisés dont la moitié sont de l’IDF.

Profil type : globalement un public très large. Le taux d’équipement numérique sur le territoire était de 75% en 2011.
La taille des portefeuilles se fera de manière progressive.

 

Intervention CFE-CGC :

 

  • S’étonne du manque de détails et de clarté du bilan.
  • Sur les tableaux de bords en région, il existe une 20 aine d’indicateurs qui auraient permis de prendre du recul et avoir, en toute raison, une vision précise de cette phase pilote (pour exemple DE sans service, sans mer, DE actifs, taux de placements…).
  • Pas non plus assez d’éléments d’action dans le bilan. Pas de bilan des régions en phase pilote.
  • S’étonne aussi que certains CE soient consultés aussi rapidement (Haute Normandie) et avant même que le Bilan soit présenté en CCE.

 

Réponse DG :

 

Il n’y a pas de lien entre le 100% web et la logique de gain de temps.

C’est un enjeu stratégique d’aller vers le numérique et non un moyen de faire des gains de productivité. Il s’agit de donner accès à un service supplémentaire.

Concernant les indicateurs, la focale a été mise non sur des indicateurs de moyens mais sur des indicateurs de résultat. Cependant, la DG accepte d’apporter les éléments complémentaires quantitatifs demandés.

Suite au bilan et aux préconisations du Cabinet GESTE, la DG souhaite conserver les 2 organisations ; plate forme et agence.

Maintien du volontariat nécessaire du conseiller, maintien du dispositif e formation avec augmentation des cas pratiques.

Maintien des équipements testés, de l’accompagnement technique de la DG.

La DG compte associer plus les conseillers non 100% web des agences dans le dispositif.

Montée en charge progressive : consultation du CCE et CE et CHSCT des Etablissements.

Extension de novembre 2014 à mars 2015 : possibilité d’ouvrir 2 sites supplémentaires par établissement. Test et 1 site dans les autres. La mise en œuvre est à la main des régions.

La DG tire un bilan positif de cette phase pilote.

Jean-Yves Cribier suite à la demande CGT-FO, ne souhaite pas construire un référentiel immobilier trop strict sur l’organisation des sites recevant des équipes 100% WEB. Il souhaite que les établissements en région puissent, en fonction de leurs choix et spécificités, organiser et adapter les espaces de travail.

 

3. Information en vue d’un recueil d’avis sur la mise en œuvre dans le cadre de la phase d’extension de l’offre de service 100 % Web dans le cadre de l’accompagnement guidé dématérialisé des demandeurs d’emploi

 


Question CFE-CGC

  • Quel va être le processus RH ? y aura-t-il une lettre de mission ou un acte RH quelconque qui entérinera le positionnement des collègues sur ce dispositif (BDE, avenant au contrat de travail… )?
  • Cette modalité va t‘elle devenir une modalité standard ou bien va-t-on avoir une spécialisation des conseillers ?
  • Concernant la stratégie de PE, la nouvelle convention tripartite va entrer dans sa phase de négociation. Quelle est la place du 100% web et comment la situe t’on dans l’offre de service du numérique dans le futur ?

 

Réponse DG

 

La convention tripartite devrait être signée fin novembre L’orientation vers le numérique est réaffirmée.

Le numérique fait parti de l’offre de service de PE.

Rien n’est prévu dans le processus RH (à la main des régions également). Il ne s’agit pas de spécialisation de conseillers dans sa relation avec le DE. Il s’agit simplement d’une autre modalité de contact.

Concernant la gestion de la liste, l’entretien visio est considéré comme un entretien physique et non téléphonique.

 

 

4. Poursuite de l’information sur le Bilan social 2013

 

Intervention CFE-CGC :

 

  • Le bilan social est un acte pédagogique ; la CFE-CGC souhaiterait qu’apparaissent dans le bilan les 2 logiques privé/ public.
  • Quelle est la formule de calcul du taux de gravité et du taux de fréquence ?
  • Demande pourquoi le point sur la maladie professionnelle n’intègre pas les types de maladie professionnelle.
  • La CFE-CGC demande l’ajout de la masse salariale affectée à l’effort de formation pour les années 2011 et 2012 afin d’identifier l’effort de Pôle Emploi 2015.

 

 

5. Information sur le diagnostic de situation comparée des hommes et des femmes dans l’Entreprise

 

Jean-Yves Cribier propose aux membres du CCE d’envoyer leurs questions.

 

Les demandes des OS :

 

Pourquoi n’y a-t-il pas les congés supérieurs à six mois, des données chiffrées sur les formations  mais aussi les objectifs à atteindre pour le prochain exercice.

Demande de précision sur les motifs de licenciements

Demande du nombre de femmes parmi les dix rémunérations les plus hautes

 

Réponses de la DG :

 

L’absence des données médianes et moyennes a été décidée pour rejoindre la forme du Bilan social.

Les données manquantes seront rajoutées en fonction des obligations légales et de manière progressive.

Ne complétera pas l’exercice 2013 : les demandes d’ajouts seront intégrées progressivement aux prochains rapports.

Un nouveau bilan enrichi sera transmis.

 

6. Information sur le rapport sécurité

 

Concernant le document unique, il devrait y en avoir 1 par site physique. On a noté un problème de mise à jour de ceux-ci

 

Les demandes des OS :

 

  • Le nombre de saisies dans LISA
  • L’analyse de la baisse d’incivilités constatées
  • La hausse des agressions verbales et comportementales
  • Les explications sur le recul de l’accompagnement psychologique
  • a-t-on observé des incidents sur les sites supports.
  • Comment sont nommés les correspondants locaux sécurité

 

Réponses de la Direction Générale :

 

Les documents uniques doivent être actualisés, a minima, annuellement et en cas d’incident majeur.

Chaque site physique doit posséder un document unique.

Lisa, en juillet 2014, seules 2 régions ne saisissez pas encore dans l’outil.

Augmentation des agressions comportementales et verbales du fait d’une meilleure qualification des incidents.

Les interventions policières seront analysées plus précisément.

Les correspondants locaux sécurité ont été nommés dans le cadre du déploiement de LISA. Plus d’un CLS par site depuis 2014

Jean-Yves Cribier précise que le sentiment de sécurité à l’accueil progresse d’après le dernier baromètre social.

Mise en place de groupes pluridisciplinaires pour analyser les agressions et leur cause.

Les actions nationales  portent plus particulièrement sur la prévention primaire et secondaire plutôt que tertiaire pour pallier aux situations difficiles et agir sur le préventif plus que sur le curatif.

Chaque site est équipé d’un défibrillateur (sauf exception dans un DOM-TOM), les agents ont eu une sensibilisation.

 

7. Questions diverses

 

Nouvelle convention d’assurance Chômage

Intervention de Jean-Yves Cribier :

 

  • Possibilité de mobiliser les heures sup.
  • Renforcement de la prise en charge par web help
  • Fermeture est possible mais doit être exceptionnelle
  • Suite à l’augmentation des flux, les ressources doivent être mobilisées.
  • Tutoriel en ligne qui reprend les réponses les plus utiles.
  • Information des DE : documents à leur attention et mise à jour  de PE.fr avec révision des notices.

 

CIDC

 

  • Interrogation des personnels à qui on demande de choisir entre l’ingénierie de formation et le métier de formateur conseil.
  • Pour Jean-Yves Cribier, il ne s’agit pas de mettre déjà en œuvre la classification.

 

Plan de rentrée

 

  • Le DG a rappelé aux DR  les enjeux de fin d’année avec la politique publique (CAE/CIE) et NCAC.
  • Les plans de déploiement sont à la main des établissements mais le DG est favorable à des déploiements sur des grands jalons plutôt que des vagues.

 

Situation en Languedoc-Roussillon

 

Jean-Yves Cribier indique que la mobilisation a permis d’assurer la sécurité des agents. Des informations complémentaires seront apportées ultérieurement.

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 13:36

Le cycle de négociation sur la classification a repris en septembre avec 2 réunions viennent de se tenir  les 10 et 23 septembre.


Préalablement à la réunion du 10 septembre, nous avions reçu la version 1 du projet d'accord. Après une version 0 qui était le premier jet de la Direction, cette version v1 commençait à prendre en compte les remarques des organisations syndicales qui avaient fait part de premiers amendements.

(Nous avons mis en ligne la version 1 sur le blog dès sa parution. Retrouvez-la en cliquant ICI).


La CFE-CGC Métiers de l'Emploi a ainsi adressé une première série de demandes (de fond et de forme) dès la fin du mois de juillet, juste avant la "trêve estivale" (voir cet article).

 

Cette version 1 est encore très loin de répondre à toutes les questions et comporte des éléments qui doivent impérativement être discutés et amendés et qui ne peuvent pour notre part être acceptés sous cette forme.


Malgré tout, ce qu'il faut dire, c'est que depuis juin, depuis la grève de juin pour être plus précis, nous avons vraiment le sentiment que l'employeur nous écoute et tente de prendre en compte nos remarques et nos demandes. Cela n'augure en rien le résultat de cette négociation mais cela nous donne plus le sentiment d'une volonté de la DG de se donner la chance de réussir, ce qui était loin d'être gagné durant le premier semestre 2014.

 

Les réunions de septembre ?


Lors de la première réunion, celle du 10 septembre, nous avons commencé à balayer le texte jusqu'au chapitre 2 inclus. La DG, à l’ouverture des échanges sur le projet d’accord V1, a annoncé qu’elle ne donnerait pas de réponses en séance, sur les propositions faites par les OS car elle souhaitait se laissé le temps de la réflexion sur le sujet compte-tenu de la complexité.

La Direction était donc plus dans une posture d’écoute, de prise de note des demandes et remarques parfois très diverses. Les réponses faites par la direction furent plutôt généralistes.


En ce qui concerne la réunion du 23 septembre, nous avons regardé le chapitre 3, et le début du chapitre 4. Ces 2 chapitres sont vitaux car ils encadrent l’évolution de carrière et salariales des agents de droit privé de Pôle Emploi pour le chapitre 3, ainsi que les modifications de certains articles de la CCN dans le chapitre 4.

 

Concernant les modifications de la CCN, elles peuvent être de 2 ordres :

les changements techniques (transposition mathématique d'un coefficient à un autre)

et  

les changements plus de fond concernant l'évolution de carrière.


Pour ce chapitre, la Direction nous a indiqué qu'elle va en changer la présentation afin de dissocier les 2 types de changements.


Y gagnerons-nous en lisibilité ? La CFE-CGC Métiers de l’Emploi le souhaite et elle défendra des modifications pour gagner en clarté, objectivité, lisibilité.

 

Et maintenant ?


Depuis septembre, la Direction nous a clairement dit vouloir viser une mise à la signature de l'accord pour la fin octobre.

Compte tenu de délais supplémentaires nécessaire pour mener les négociations sur le projet d’accord jusqu’à leur terme. La Direction Générale a rajouté 2 dates de négociation, les 17 et 29 octobre. Cela bien évidemment repousse la date de mise en œuvre qui ne serait bien évidemment plus au 1er janvier 2015.

 

En cas de signature valable de l'accord, la mise en œuvre effective ne pourra se faire avant 5 mois, soit avril 2015 au mieux. En effet, une fois la signature obtenue, le texte doit être agréé, étendu à la branche, le CCE doit être consulté et l'instance nationale des représentants des CHSCT convoquée. De plus il faudra former et organiser les services RH, former les managers, et procéder à l'opération de rattachement au référentiel.... Bref, ces 5 mois ne semblent pas trop long.

 

Négociations classification N°7 Négociations classification N°7

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Classification
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 12:14

Le 8 septembre, nous vous annoncions que le CCE était suspendu suite à un courrier remis par la CFTC à la Direction Générale pour mettre en avant la fragilité juridique du CCE nouvellement constitué de Pôle Emploi.

 

Le 16 septembre, une réunion des Délégués Syndicaux Centraux s’est tenue pour faire un point sur les suites envisagées par la Direction Générale concernant le CCE. Ce fut donc l’occasion pour la DG de nous faire part des fragilités juridiques du CCE, mais aussi de sa volonté de reprendre les travaux du CCE, en toute connaissance des risques,  instance indispensable au bon fonctionnement de Pôle Emploi.

 

Le CCE reprend donc ses travaux dès le 30 septembre.

 

Ordre du jour du CCE du 30 septembre 2014


1.   Approbation des procès verbaux des 24 et 30 juin 2014, des 8, 9 et 23 juillet 2014 et du 4 septembre 2014.

2.   Présentation du bilan de la mise en œuvre en phase pilote de l’offre de service 100% Web dans le cadre de l’accompagnement guidé dématérialisé des demandeurs d’emploi.

3.   Information en vue d’un recueil d’avis sur la mise en œuvre dans le cadre de la phase d’extension de l’offre de service 100% Web dans le cadre de l’accompagnement guidé dématérialisé des demandeurs d’emploi.

4.   Poursuite de l’information sur le Bilan social 2013.

5.   Information sur le diagnostic de situation comparée des hommes et des femmes dans l’entreprise.

6.   Information sur le rapport sécurité.

7.   Questions diverses.

 

Ordre du jour du CCE du 1er octobre 2014


1.  Elaboration et adoption du Règlement intérieur du CCE.

2.  Elections des membres du bureau du CCE telles que définies dans le règlement intérieur.

3.  Constitution et élection des membres des commissions issues du règlement intérieur.

4.  Questions diverses.


Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 07:00

Mise à jour le 23 septembre 2014

Comme la Direction Générale s’y était engagée, une réunion de négociation NAO salaire « revoyure 2014 » s’est tenue le 8 septembre 2014. (voir article de février 2014)

Après quelques échanges avec la Direction Générale, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a obtenu comme nous l’avons demandé en séance, une augmentation salariale de 0,5% répartie de manière égale entre la part fixe et la valeur du point qui sera rétroactive au 1er janvier 2014.

La part fixe passera donc à 301,5000 euros et le point à 7,8000 euros.

  • Qui sera concerné ? Le personnel de droit privé de Pôle Emploi présent  au 1er octobre 2014, y compris les personnels surnuméraires et temporaires.
  • Quand ? cette augmentation (rattrapage compris) s’appliquera sur les salaires d’octobre 2014.
  • A quelle condition ? Que l’accord soit valablement signé

La Direction Générale vient d’ouvrir à signature cet accord.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi, consciente de l’engagement des personnels dans un contexte socio économique difficile, a décidé de prendre ses responsabilités en signant cet accord.

L'accord a été signé par 5 organisations syndicales dont la CFE-CGC Métiers de l'Emploi comme nous vous l'avions écrit le 9 Septembre.

Celui-ci se mettra en oeuvre sur la paie d'octobre.

NAO salaire septembre 2014 NAO salaire septembre 2014

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Actualités
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 09:00

 

Le CCE était convoqué le 4 septembre avec pour ordre du jour l'examen de son règlement intérieur.

Malheureusement cette séance n'a pas pu aborder son sujet du jour dans la mesure où les membres ont, à l’ouverture de séance, été informés par la DG qu'une organisation syndicale, la CFTC, avait remis en main propre un courrier au Directeur Général dans lequel cette organisation syndicale, fait état d'un vice de forme concernant l'accord de constitution du CCE.

Donc, par prudence et dans l'attente d'une expertise juridique qu'elle compte mener pour évaluer les différentes pistes, la Direction Générale a préféré, dès l'ouverture du CCE, prévenir les membres de celui-ci du fait que l'instance n'était pas valide.

Le CCE n’est donc pas valide.

Cela veut dire que Pôle Emploi est à nouveau sans CCE et bien sur sans toutes les commissions issues de celui-ci et plus particulièrement la commission des activités sociales et culturelles. C’est un coup terrible pour la mutualisation à 3 mois de la fin 2014.

La Direction a prévu, en attendant, de réunir si nécessaire les DSC si un sujet venait à nécessiter un dialogue entre Direction et organisations syndicales représentatives.

A la CFE-CGC Métiers de l'Emploi, nous sommes dans l'incompréhension face à cette situation et nous n'arrivons toujours pas à comprendre la motivation de la CFTC.

Nous avons appris, comme toutes les autres organisations syndicales, l'action de la CFTC en séance. Cette information nous a atterré, car cela est lourd de conséquences tant pour le personnel que pour les demandeurs d’emploi.

Chacun d’entre nous connaissait cette faiblesse, pour autant personne n’a souhaité la mettre en avant, l’agiter comme un chiffon rouge car avec cet accord, nous avions réussi à trouver, après plusieurs mois de discussions avec la Direction, mais aussi et surtout entre organisations syndicales, un compromis qui nous permettait de réinstaller le CCE de Pôle Emploi.

A la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, nous pensons que la sagesse aurait dû tous nous conduire au respect d’un compromis durement négocié au prix de certains sacrifices.

Nous espérons maintenant qu’une solution sera trouvée très rapidement, afin que nous puissions installer le CCE de Pôle Emploi, instance indispensable au bon fonctionnement de notre établissement.

Dès que nous aurons des informations sur l’évolution de la situation, nous vous tiendrons bien évidemment informé.

 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 13:34

La négociation de la classification de Pôle Emploi est la dernière pierre fondatrice qui devrait faire que Pôle Emploi fonctionnera sur ses deux jambes.
En conséquence ce processus de négociation a quelque chose de particulier comme ce fut le cas pour la négociation de la CCN.

Il s’agit d’un processus complexe qui se compose de réunions nationales, de rencontres bilatérales avec la Direction Générale, ainsi que des réunions de travail internes à la CFE-CGC Métiers de l’Emploi avec l'aide d'un expert.

Le 25 juin, la Direction Générale nous faisait parvenir le « pré projet accord classification version n°0 ».  Cela nous a permis d’avoir une vision globale de la manière dont la DG envisageait le sujet, la logique qui guide leur projet mais aussi de mieux identifier, les manques, dérives et points de désaccord que nous pourrions avoir.

Nous avons alors pu travailler plus en profondeur sur le dossier avec l’appui de notre expert, pour transmettre à la Direction Générale durant l’été, des contre-propositions et des amendements au texte « V0 » que la Direction avait posé sur la table comme base de négociation.

Avant la pause estivale lors de la dernière réunion de négociation du 17 juillet, nous avons donc proposé :

  • des amendements sur la définition des niveaux de classification et caractéristiques génériques et distinctives : ¾ de ceux-ci ont été repris dans la version suivante. Nos demandes concernaient la clarification de certaines phrases, la suppression de redondances, tout cela pour permettre à tous (agents et managers) d'avoir un outil clair et lisible, avec le moins d’ambiguïté ou d'interprétation possible.
  • Des aménagements sur la grille de positionnement et d'amplitude des emplois (cf article sur négociation du 17/07/2014). La Direction a pris en note nos demandes et fournira des éléments de réponse à la reprise de la négociation.
  • Une définition des conditions dans lesquelles on passe d’un niveau à un autre. Nous avons demandé son intégration dans un article de l'accord.

 

Enfin, fin juillet, nous avons adressé à la Direction Générale nos premières demandes d'amendements sur la base de la version 0 du projet d'accord. Voici un résumé des  demandes les plus importantes tout en prenant soin de rappeler qu'il ne s'agit que des premières alors que le texte d'accord n'a pas encore été travaillé en séance :

  • La reconnaissance d’une catégorie « Technicien » en cohérence avec la définition des niveaux de classification et caractéristiques génériques et distinctives.
  • La possibilité de passer à un niveau supérieur sans pour autant être arrivée au dernier échelon du niveau dans lequel l’agent se trouve.
  • Des clarifications sur :
    • le positionnement à l'embauche
    • les évolutions au sein de la classification (dans son niveau, entre niveaux et entre emplois)
    • les règles de repositionnement
  • Un renforcement et une clarification des règles de recours
  • La demande d'une formalisation par écrit lors du rattachement au Référentiel des Métiers, des activités, compétences, concours/épreuves de sélection... exercées ou acquises par le passé.


Enfin, nous avons demandé la suppression des explications « publicitaires et marketing » de la Direction qui pourront trouver leur place dans la communication d'accompagnement de la Direction, mais pas dans le texte d'accord.

 

 

Et l’encadrement ?

A ce stade, nous n'avons pas encore adressé de demande sur les articles 19 et 20 de la CCN. Nous sommes toujours en attente de chiffrage concernant plus particulièrement l'encadrement.

En effet, nous souhaitons avoir une compréhension claire de la situation actuelle concernant les évolutions salariales effectives des cadres au sein de Pôle Emploi. Nous voulons savoir si l'évolution salariale d'un cadre est plutôt dans les 3 % (du fait de relèvements de traitement) ou bien plutôt vers les 5 % correspondant à l'effet minimal prévu par la CCN lors d'un changement d'échelon.

Nous observons que l'employeur utilise massivement pour cette catégorie de personnel le relèvement de traitement, et le plus souvent avec un chiffre de 3 % que l'attribution d'échelon. Reste à chiffrer plus précisément cette observation et faire intégrer dans le texte des éléments de compensation et/ou de garantie.

Pourquoi cette attention particulière ? Parce que l'employeur veut changer la logique actuelle avec d'un coté une grille (avec des échelons similaires entre 2 bases) et de l'autre coté la CCN et ses garanties d'effets (3.5 % et 5%).
Dans ce que l'employeur met actuellement sur la table, c'est directement la grille de la classification qui prévoit le pas d'évolution avec en parallèle le fait que l'agent, dans son emploi ne pourra plus évoluer que par échelon. Ceci amène donc pour lui à une révision nécessaire de la CCN sur ce champ.

Si pour les 2 premières catégories socioprofessionnelles cela ne change pas trop l'effet (parfois cela l'améliore même), il n'en est pas de même concernant la CSP Cadres.
Dans ces conditions, nous voulons pouvoir comprendre l'effet des évolutions salariales effectives actuelles pour les cadres, pour analyser au mieux la proposition de la Direction en vue de nos contre-propositions.
Rester attacher par principe au chiffre de 5 % s'il n'est que rarement effectif n'aura pour nous pas de sens.
Par contre nous voulons que l'encadrement puisse avoir les mêmes opportunités d'évolution salariales que le reste du personnel, ce qui à l'heure actuelle est loin d’être le cas.

La prochaine réunion de négociation se tient le 10 septembre, nous devrions avoir pour celle-ci le projet d’accord V1 comme promis par la Direction Générale lors de la réunion du 17 juillet.

 

Négociations sur la classification N6 CFECGC MDE 4 09 2014Rentrée des classes pour la classification

  

NOUVEA~1

 

  

projet accord classif V1 projet accord classif V1

fichier de l'amplitude emplois fichier de l'amplitude emplois

 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Classification
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 14:43

Image1

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Actualités
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 11:47

Le CCE était présidé par Jean-Yves Cribier.

 

1. Recueil d’avis sur la prestation Activ’emploi

 

En ouverture du point, jean-Yves Cribier rappelle les dates des CCE durant lesquelles il y a eu information.

 

Suite à cette intervention, il y a lecture d’une déclaration commune  FO, CGT, SNU qui fait suite à la motion voté précédemment en séance pour ester en justice concernant Activ’emploi. Le SNAP s’associe à cette déclaration.

Pour ce faire, la CFDT précise qu’il faudra désigner un avocat et déterminer les modalités de financement de celui-ci.

A cette occasion, le SNU demande qu’un règlement intérieur soit adopté rapidement pour pouvoir dégager des moyens.

 

Le Vote :

 

Les élus FO, SNU et CGT ne prennent pas part au vote.

NPPV : 10 voix (4 SNU, 3FO, 3CGT)

Abstention : 5 voix (4 CFDT, 1CFTC)

Favorable : 2 voix (CFE-CGC)

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi rappelle qu’elle a participé à la multilatérale sur les OPP et a apporté sa contribution écrite sur le dossier quand celle-ci a été ouverte. Elle estime que la prestation Activ’emploi peut être utile, à condition qu’elle intervienne à titre complémentaire.

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, Il n’est pas question d’externaliser la totalité de cette activité aux OPP.

Par conséquent, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi sera vigilante quant aux suites données à ce dispositif.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi tient à préciser qu’elle n’oubliera pas ce qui s’est passé le 30 juin. Elle juge cette situation déplorable du point de vue du dialogue social, tant de la part de la Direction que de l’organisation syndicale et de ses élus  qui ont accepté que la réunion soit maintenue, malgré l’indisponibilité de tous les élus des autres organisations syndicales.

 

 

2. Poursuite de l’information et recueil d’avis sur le dispositif « accompagnement des jeunes ».

 

La Direction Générale remet en séance des réponses aux questions posées par écrit.

 

Les questions :

 

  • Quid du devenir des CDD renouvelés jusqu’en décembre au titre de l’ANI Jeunes et non intégrés dans le nouveau dispositif.
  • combien d’ETP seront recrutés pour l’accompagnement des jeunes, en dehors du redéploiement des postes ANI
  • les agents seront-ils en mission ? durée de la mission ?
  • Comment ce dispositif va-t-il s’articuler avec les dispositifs et structures existants,
  • Quelle est la formation prévue pour ces conseillers
  • Quel dispositif la Dg prévoit pour le retour de ses personnes en fin de mission

 Réponses de la DG :

 

  • Les conseillers en CDI dédiés à l’ANI Jeunes seront remplacés par des CDD.
  • Le recrutement se fera sur appel à volontariat
  • Conseillers expérimentés cela veut dire les agents déjà en poste en priorité
  • Les portefeuilles ANI Jeunes seront redistribués.
  • 300 postes CDI supplémentaires (ANI jeunes).
  • 100 CDD supplémentaire (EIJ).
  • Les accompagnements faits par Pôle emploi et par les missions locales ne seront pas remis en cause.
  • L’accompagnement intensif des jeunes sera bien internalisé sous forme individuelle ou collective ; il peut prendre une forme individuelle et/ou collective.
  • Une présentation du dossier sera faite dans les Ce et la localisation sera faite à cette occasion.
  • Les agents seront bien en mission, sa durée n’est pour le moment pas définie
  • Les agents qui iront sur ce dispositif pourront solliciter les formations qui sont au catalogue de formation de Pôle Emploi si un besoin fait jour.
  • La durée de la mission pourrait être fixée à 12 mois renouvelables avec un maximum de 24 mois.

 

La CFE-CGC Métiers de l’emploi après les réponses de la DG ne comprend pas pourquoi la direction veut contraindre la durée de la mission, pour notre syndicat cela doit être laissé à la main des agents qui pourront évoquer leur souhait lors de l’EPA.

 

Réponse de la DG :

La direction avait pensé utiliser l’EPA mais celui-ci est facultatif

 

Le vote : 19 votants

Favorable : 7 voix  (2 CFE-CGC, 4 CFDT, 1 SNAP)

Abstentions : 9 voix (4 FO, 4 SNU FSU, 1 CFTC).

Contre : 3 voix CGT

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a voté favorablement concernant le dispositif « accompagnement jeunes » au regard des résultats plutôt positifs des dispositifs existant dans les régions, dans le cadre de l’ANI Jeunes et du club jeunes. De plus, elle se félicite de la création de postes de CDI supplémentaires.

 

 

La séance prend fin à 12h15

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 13:22

Le 17 juillet, une dernière réunion de négociation s’est tenue avant la trêve estivale.
Cette réunion a confirmé le virage engagé lors de celle du 3 juillet et qui faisait suite à la grève du 19 juin : le retour à une logique de négociation.

Préalablement à cette réunion, la Direction Générale nous a transmis, toujours sous le sceau de la confidentialité, un certain nombre de documents demandés par les organisations syndicales, pour éclairer le projet d’accord V0 et ses impacts (immédiats et dans la durée).

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a fait une demande complémentaire de documents  nécessaires pour le travail sur la grille.

Nous étions aussi préalablement destinataires d’un nouveau tableau des niveaux de classification (définitions et caractéristiques génériques), qui prend en compte la quasi-totalité des propositions de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi et permet d’avoir un document qui commence enfin à gagner en cohérence, clarté et lisibilité. Il s’agit là du socle indispensable pour la suite de la négociation.

Évidemment, nous devrons revenir dessus, mais ce premier pas est intéressant.

Autre sujet extrêmement important, celui des critères de passage d’un niveau à un autre pour un même emploi dans l’amplitude de celui-ci. Lors de la réunion précédente, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi avait fait une proposition de texte « chapeau » pour définir clairement ces règles de passage. Le 17 juillet, nous avons à nouveau insisté sur la nécessité d’un tel texte.
La Direction Générale nous a annoncé, qu’elle nous enverrait en amont de la reprise des négociations en septembre, un projet d’accord V1 qui permettra entre autre de clarifier le passage d’un niveau à un autre et d’un échelon à un autre. Les règles de passage seront donc précisées dans l’accord.

Une fois passé, les questions diverses et variées des uns et des autres nous avons pu entrer dans le vif du sujet : l’amplitude des emplois, c’est-à-dire leur positionnement sur la grille des niveaux de classification, avec un niveau d’entrée et un niveau de sortie.
 
Au regard des premiers documents remis par la DG et le tableau des amplitudes des emplois, il semble y avoir une certaine cohérence entre le positionnement actuel des agents et l’amplitude des emplois proposés par la DG.

Pour autant la CFE-CGC Métiers de l’Emploi à attirer l’attention de la DG sur le fait que l’amplitude des emplois doit être en complète cohérence avec la définition des niveaux de classification.

Actuellement, compte tenu des retours des positionnements qui sont faits par les régions et en se basant sur le projet de la DG, 3,53% des agents seraient hors cadre (c'est-à-dire au  dessus ou en dessous de l’amplitude de leur emploi). Ces situations devront toutes être prévues et traitées dans l’accord afin que personne ne soit laissé sur le côté.
 
Les amplitudes des emplois

Des débats ont eu lieu principalement et prioritairement sur la filière relation de services et la filière management.

La filière support n’a été que très peu évoquée, certaines organisations syndicales refusant d’en parler, car ils y avaient des nouveaux métiers dont ils n’avaient pas les fiches métiers (un peu surprenant dirons-nous, car ces mêmes organisations syndicales avaient eu ces fiches dans une autre réunion consacrée uniquement à cela : l’ONM du 26 juin ! )
Ce n’est que parti remise, nous en parlerons lors de la prochaine réunion.

Concernant les discussions et propositions des OS, la DG n’a pas pris de position en séance : elle apportera ses réponses après un temps d’étude et de réflexion.
 
La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a attiré l’attention de la Direction Générale concernant l’emploi de Médiateur qui, parfois dans sa fonction, pourrait un peu déborder sur le niveau H.

La question des Psychologue du travail a été au cœur des débats. En ce qui concerne la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, il n’y a pas de sujet de discussion, l’accord du 18 juin 2010 relatif à l’intégration dans la CCN de Pôle Emploi des agents transférés de l’AFPA est clair, le coefficient d’entrée des psychologues du travail est 300 base, cela doit donc se traduire dans la Classification par un emploi dont l’amplitude démarre en F.

Nous avons aussi attiré l’attention de la Direction sur la problématique des agents de ménage qu’il est difficile de positionner dans la fiche emploi Agent Logistique. S’il ne nous semble pas utile de créer une fiche particulière pour cet emploi, il est évident qu’il faut retravailler celle de l’agent logistique.

Nous avons interrogé la Direction Générale sur sa méthodologie, son choix et la cohérence des positionnements des multiples emplois d’«assistant» (assistant comptable, assistant contrôleur de gestion, assistant juridique, assistant de communication, assistant chargé d’études, assistant de secrétariat, assistant de
direction) qui ont des niveaux d’entrée et de sortie différents ainsi que des amplitudes différentes. Sans réponse claire de la Direction, nous reposerons notre question.

En ce qui concerne l’emploi de Formateur, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a défendu l’idée de modifier l’amplitude de l’emploi et de le faire commencer en «  D » afin que cela ouvre une opportunité de carrière plus fluide pour les métiers du conseil.

En ce qui concerne la filière management, pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, l’emploi de Directeur Adjoint d’agence devrait être positionné sur les niveaux F et G, et Directeur d’agence sur les niveaux F, G et H.

Concernant l’emploi de Directeur Territorial Délégué, pure création de la fusion ANPE/ASSEDIC permettant de gérer à l’époque  la triste réalité du 1 siège pour 2, le constat est flagrant, 70% sont hors cadre, dont 62 personnes sur 89 sont en réalité positionnés dans le niveau supérieur, le niveau I. Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, cette situation doit être étudiée très sérieusement et pose la question de l’élargissement de l’amplitude.
 
Enfin la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a rappelé dès le début des discussions sur les amplitudes qu’il y a une vrai difficulté qui n’a toujours pas trouvé de solution et qu’il faut étudier avec  une très grande attention.
En créant un très grand corps de conseiller avec une fiche emploi « conseiller à l’emploi » qui comprend, les conseillers, les conseillers référents et les conseillers chargés de projet emploi, on oublie les évolutions de carrières (promotions, examens...) de tous ces personnels.
La CFE-CGC Métiers de l’Emploi l'a redit : la solution n’est peut-être pas de créer une fiche emploi juste pour en créer une, car si le besoin n’est pas pertinent, alors, nous mettrons encore plus ces collègues en difficultés dans une sorte de groupe fermé. Par contre l’employeur doit trouver le moyen de reconnaître et d’identifier leur évolution de carrière, leurs compétences acquises ainsi que le savoir-faire développé.
 
Cette réunion, nous a confirmé que les négociations avaient concrètement (re)démarré.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi est bien décidée à faire le pari de la négociation jusqu’au bout.

Si certains annoncent déjà aux personnels qu’il faut qu’ils se préparent à une grève en septembre, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi n’en fera pas partie.

La grève du 19 juin a permis de renouer avec le dialogue et la négociation et c’est pour nous une première victoire.

Nous ne serons donc pas de ceux qui appellent à la grève par principe, qui s’amusent avec les peurs des agents, qui vivent dans le passé.

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi s’inscrit dans le dialogue et la négociation et fera tout pour que les réunions de la rentrée (10 septembre, 24 septembre et 2 octobre... à ce stade) nous permettent de poursuivre dans la continuité des premières avancées obtenues.

Durant l’été, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi poursuivra ses travaux et  transmettra à la Direction Générale,  comme elle l’a déjà fait sur les niveaux de classification, ses contre-propositions sur le projet d’accord V0.

Gardez vos boites mail ouvertes ! Rendez-vous à la rentrée !

 

Négociation classification 17 juillet 2014 N°5 Négociation classification 17 juillet 2014 N°5

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Classification