Présentation

  • : CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • : Facile d'accès, ouvert à tous, ce blog est fait par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi, pour vous informer au quotidien, de ce qui se passe dans Pôle Emploi.
  • Contact

Adhérer

Rejoignez-nous en 1 clic !

 

Bulletin d'adhésion
Mandat de prélèvement SEPA
Les statuts du syndicat

Élections 2016-17


Votre région

Cliquez sur la carte 

France DOM 200 bleu 4Vous souhaitez prendre contact avec un de nos élus ou représentants dans votre région, envoyez-nous un mail à :
syndicat.cfe-cgc@pole-emploi.fr

Calendrier

Calendrier social 2017 (màj 08/03/2017)

 

Adresse postale

CFE-CGC Métiers de l'Emploi
38 rue des frères Flavien
75020 Paris

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 12:12
  1. Information en vue d'une consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».
  2. Information trimestrielle sur la vérification de l’effectivité de la baisse de charge dans le cadre de la trajectoire d’évolution des activités indemnisation.
  3. Information complémentaire sur l’expérimentation  ODS suivi/ guidé/ renforcé.
  4. Information complémentaire sur l’expérimentation TPE, PPE et ciblage entreprise.
  5. Mise en place de la commission économique du CCE.
  6. Questions diverses.
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 12:03

Comité Central d’Entreprise / Pôle emploi
Séance d’installation

10 mai 2017

Déclaration de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

 

 

Monsieur le Président du Comité Central d’Entreprise,
Mesdames, Messieurs,
Chers Collègues,

 

Nous sommes réunis ce jour pour l’installation du nouveau CCE de Pôle emploi.


Dans la construction permanente du dialogue social interne à notre Institution, cet évènement est loin d’être anodin et la CFE-CGC Métiers de l’Emploi tient à affirmer - par la présente déclaration - toute l’importance qu’elle accorde à cette instance.


L’engagement de notre Organisation Syndicale y sera plein et entier, avec le souci permanent du respect des intérêts des Salariés et de l’Institution.
 

Sur tous les sujets qui seront débattus et travaillés dans le cadre du CCE, les élus et représentants de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi interviendront dans un esprit de recherche permanente de consensus équilibrés et de progrès.
 

Ils utiliseront à plein les possibilités offertes par un dialogue qui se voudra toujours constructif, franc, respectueux et exempt de tout dogmatisme.
Comme vous le savez, il s’agit là de valeurs essentielles auxquelles notre Organisation est plus que jamais attachée.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi tient à souligner qu’elle est attachée à un dialogue social constructif et apaisé qui ne pourra se réaliser que si chacun y prend sa part, la responsabilité de cette réussite ne peut pas reposer que sur les OS, l’employeur à bien évidemment aussi une grande part de responsabilité.

 

Le nouveau CCE répond à une configuration quelque peu différente et renouvelée par rapport au précédent.
De même, suite aux élections qui ont été organisées par les CE locaux pour désigner leurs représentants, les grands équilibres au sein de la nouvelle instance se trouvent modifiés.

 

L’installation de ce nouveau CCE constitue également un moment privilégié pour jeter un regard sur le fonctionnement de l’instance précédente.
 

Comme elle l’a déjà évoqué, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite qu’un travail soit engagé pour tirer, avec le recul nécessaire, les enseignements relatifs aux nouvelles modalités de consultation et d’information définies dans le cadre des évolutions législatives récentes (lois Macron et Rebsamen).

 

 

Enfin, notre Organisation Syndicale ne saurait conclure cette déclaration sans évoquer - avec gravité et sérénité - les défis auxquels sera, peut-être, confronté Pôle emploi.
 

Ainsi, les idées débattues dans le cadre de la campagne présidentielle qui vient de s’achever, laissent augurer des évolutions concernant l’Assurance Chômage et la Formation qui risquent d’affecter le rôle de notre Institution.
 

A travers ces évolutions, la question des positionnements respectifs de Pôle emploi et des exécutifs régionaux sera sans doute relancée.

 

Sur ces sujets, l’engagement de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi sera total pour que l’intégrité de l’Institution nationale Pôle emploi soit préservée, dans le respect des efforts déployés par les personnels.

 

 

 

Paris, le 10 mai 2017

 

 La Déclaration

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 14:06
  1. Intervention du Directeur Général.
  2. Installation du CCE et information sur son fonctionnement.
  3. Election du secrétaire.
  4. Election du secrétaire adjoint.
  5. Information sur la Base de Données Unique.
  6. Information sur la désignation du nouveau CIL.
  7. Information sur les chantiers en cours entamés avec le précédent CCE.
  8. Information complémentaire sur l’expérimentation  ODS suivi/ guidé/ renforcé
  9. Information complémentaire sur l’expérimentation TPE, PPE et ciblage entreprise
  10. Information en vue d'une consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».
  11. Questions diverses.
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 13:00

En ouverture de séance Monsieur Jean-Yves Cribier DGA-RH, nous annonce que le Direcct devrait rendre  sa réponse quant à la constitution du nouveau CCE d’ici le prochain CCE et quand conséquence ce CCE est le dernier.

15:11

Diverses déclarations sont lues en rapport avec le mouvement social en Guyane.

 

Interventions préalables de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi intervient en complément de l’information de FO, concernant les courriers reçus par des collègues ayant des activités syndicales, auxquelles on a refusé une promotion pour motif « activités syndicales ». La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande en plus de revoir les courriers de faire un message fort en direction du DR et du DRH pour que ces pratiques cessent et que le déroulement de carrières de ces salariés soit traité sans discrimination.

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi s’étonne que depuis la désignation du dernier membre du CCE Monsieur Eric AMATO (Elu CE PACA CFE-CGC Métiers de l’Emploi) son nom n’apparaisse toujours pas dans les membres de la délégation CFE-CGC Métiers de l’Emploi. La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande que cela soit corrigé.

 

 

  1. Approbation des PV des 9 décembre 2016 et 2 mars 2017.

 

9 décembre 2016 et 2 mars 2017 : Approuvés à l’unanimité sous réserve de prise en compte des demandes de modification de la CGT.

 

  1. Information sur l’expérimentation Conseiller Référent Indemnisation.

 

Xavier Hernu présente le dossier.

 

Première intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

Nous relevons 2 points positifs concernant cette expérimentation :

 

  • Cette expérimentation réaffirme la place de l’indemnisation au sein de Pôle Emploi et l’intérêt que l’on y porte en travaillant sur l’expertise. Nous pensons que politiquement et stratégiquement il est très important d’investir fortement sur l’expertise des conseillers indemnisation.

 

  • Le fait de mettre en place un suivi indemnisation personnalisé et individualisé permettra un traitement du dossier dans sa globalité par le même conseiller et évitera les explications contradictoires et  les demandes de pièces complémentaires que l’on pouvait connaître parfois.

 

Nos questions :

 

  • Qu’avez-vous ou allez-vous mettre en place sur le besoin de réassurance évoqués (page 1 du document) ?

 

Réponse XH : Réponse par mail différé

 

  • Pouvez-vous nous faire un point sur les actions sur la qualité des réponses, évoquées (page 1 du document) ?

 

Réponse XH : Réponse par mail différé

 

  • Pouvez-vous précisez si il y aura des portefeuilles indemnisation et leur taille ?

 

Réponse XH :

Pas de portefeuille car pas du tout dans une logique de gestion de portefeuille. On n’est pas dans une logique et une relation dans le temps mais dans une logique d’apporter une réponse à un instant clé. Le traitement des pièces ce n’est pas le conseiller référent qui va le prendre en charge mais le collectif.

Il n’y a pas de fréquence de RV qui est préconisé car nous ne sommes pas dans une gestion de portefeuille.

 

  • Comment s’organise l’expérimentation, est-ce que les 2 hypothèses sont déployées dans toutes les agences expérimentales.

 

Réponse XH :

Mise en œuvre des 2 modèles sur un même site et simultanément. On a clairement souhaité qu’il n’y ai pas de sur spécialisation, un même conseiller indemnisation pourra être dans le modèle 2 et 1. Il n’y aura pas de conseiller spécialisé hypothèse 1 et de conseiller spécialisé hypothèse 2.

 

  • Gestion des DE, des situations difficiles ; avez-vous prévu de mettre en place un dispositif particulier pour gérer ces situations, ces dossiers voir la possibilité de basculer le demandeur  sur un autre conseiller réfèrent indemnisation ?

 

Réponse JYC :

En cas de difficultés, il faudra alors escalader comme cela se fait aujourd’hui. Néanmoins, le fait que le dossier soit traité par une même et unique personne devrait réduire les sur-sollicitations et les risques de réponses différentes et de contestation.

 

  • Cette expérimentation va peut-être se déployer en même temps que la nouvelle convention d’assurance chômage, nous ne connaissons pas encore bien les impacts de celle-ci, en cas de simultanéité de déploiement et  d’impact important est-il envisagé de pouvoir décaler l’expérimentation ?

 

Réponse XH :

Pas encore de visibilité, évidemment si la nouvelle CAC avez un impact, on prendrait en compte et on adaptera à la charge bien sûr.

 

  • Cette expérimentation s’inscrit dans un planning chargé et particulièrement avec la mise en place de trajectoire GDD, en cas d’impact sur la charge de travail, qu’avez-vous prévu ?

 

Réponse XH :

L’expérimentation ne doit pas remettre en cause trajectoire GDD et c’est pour cela que l’on attend la fin des EP. De plus, elle doit avoir lieu sur les conseillers GDD cible.

L’expérimentation vient après la trajectoire GDD et la proactivité avait été prise en charge dans le cadre de trajectoire GDD.

 

 

Seconde intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  • Page 2 : les actions engagées pour l’amélioration de la qualité des réponses sur l’indemnisation. A quoi faite vous référence ?

 

Réponse JYC :

Les conseillers GDD peuvent solliciter l’offre de formation.

 

  • Diapositif 8 et précisément le point concernant l’échange d’information entre les conseillers indemnisation et emploi, comment voyez-vous les choses, prévoyez-vous des modalités, des dispositifs d’échanges particuliers ou laissez-vous la main localement ?

 

Réponse XH :

Pas de volonté de normalisé, point qui nécessite d’être observé de manière fine dans le cadre de l’information et qu’il faut laisser à la main du local en plus de ce qui existe déjà.

 

 

Intervention de l’établissement.

 

JYC : c’est une expérimentation et elle va nous éclairer sur un certain nombre de questions légitimes que vous nous poser.

Il y voit un intérêt que l’expertise s’inscrive dans la durée, cela revient à ce qu’il se faisait à une époque, les conseillers GDD que l’on appelait alors les liquidateurs avait un portefeuille de demandeurs et géraient les dossiers de bout en bout.

Cela devrait réduire, les sur-sollicitations dans le cas des situations difficiles.

 

XH :

Il y a un risque sur la lisibilité des 2 conseillers référents, c’est pour cela qu’il y a un vrai enjeu sur la communication vis-à-vis du demandeur et l’expérimentation devra permettre de trouver des réponses à ce risque.

 

 

Complément d’information sur 2 point

Page 2 les actions engagées pour l’amélioration de la qualité des réponses sur l’indemnisation.

A quoi faite vous référence ?

 

Diapositif 8 et précisément m’échange d’information entre les conseillers indemnisation et emploi, comment voyez-vous els choses, quelles sont les modalités d’échanges, y-a-t-il quelque chose d’envisager ou laissez-vous la main localement ?

 

  1. Information sur la phase pilote du projet  « Mon Assistant Personnel ».

 

 

L’idée est d’associer les collègues (managers et conseillers) à la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de ce projet.

 

L’objectif est d’apporter un confort dans l’utilisation du SI.

Un premier temps a permis de lister les nombreux irritants existants. Des séances aux LAB ont eu lieu pour travailler sur ce projet.

 

En 2017, nous sommes dans une phase de conception pour apporter cette meilleure vision de situation du DE (réunir les informations, enrichir l’échange, accès aux DE, disposer d’une synthèse automatique) et travailler sur le concept de suggestion avec la création d’un moteur de suggestion (analyse de données et suggestions d’actions).

La phase 2, en 2018, prévoit d’élaborer des tableaux de bord conseiller / ELD pour plus de proactivité et de fluidité.

 

Les objectifs de la démarche sont d’améliorer la satisfaction des utilisateurs, de concevoir et fabriquer des produits permettant une continuité de service, de réduire le temps de conception.

Le projet est de délivrer un produit utilisable, utile et utilisé en se concentrant sur les utilisateurs, leurs besoins et leurs exigences.

L’idée est que dès le premier écran, on puisse répondre à 80% des questions.

 

Intervention de la CFE-CGC      

 

  • Quelle interaction entre MAP et les différents outils numériques de Pôle Emploi ?
  • Quelle place, quel rôle est attendu des managers ?
  • Quel accompagnement est-il prévu pour les managers ?
  • Budget alloué à ce type de développement ? Qui s’occupe de ce développement ? la DSI ?
  • Qu’entendez-vous par sprint de conception itérative ?

 

 

  1. Information sur le projet DSN.

 

Il s’agit d’un point de situation sur l’avancée du projet DSN.

 

  1. Approbation des comptes du CCE

 

Approuvés à l’unanimité des présents et représentés

 

  1. Questions diverses.

 

  • Situation en Guyane

 

Mouvement depuis le 23 mars, il n’y a pas eu de préavis de grève déposé pour Pôle Emploi.

Mise en place d’une cellule de crise qui s’est réuni 2 fois par jour.

 

  • Garantir la sécurité du personnel et des biens de Pôle Emploi.
  • Assurer la continuité de service pour ceux qui attendent des décisions, des liquidations de dossier.
  • Il n’y a pas de prélèvement des jours d’absence des agents de Pôle Emploi, ceux-ci ne pouvant pas se déplacer du fait des barrages.
  • Les agences ont été fermées pour assurer la sécurité des biens.
  • Mise en place d’un service aux demandeurs d’emploi sous 2 formes avec l’appui de la Guadeloupe et de la Martinique pour l’accueil Téléphonique compte tenu des horaires et la DR hauts de France s’occupe de la liquidation des dossiers des demandeurs.

 

Sur la semaine dernière entre 40 et 50% de l’effectif qui vient travailler car ils ne sont pas dans une zone qui est bloquée.

 

 

  • WhatsApp

 

Ce n’est pas un outil Pôle Emploi mais c’est un outil qui est utilisé en complément des téléphones pour garder contact.

 

 

  • Le tournoi de football

 

Il y a 24 équipes.

Cela a été mis en place car plusieurs établissements ont des équipes de foot et le DG a proposé d’organiser un tournoi.

 

  • Accord QVT télétravail versus OATT et versus accord handicap.

 

  • Pas question de remettre en cause l’accord handicap.
  • OATT : Le choix fait dans l’accord QVT, est de déroger à l’accord OATT.
  • Prolongation jusqu’au 30 avril la période pour laquelle les agents vont pouvoir faire connaitre leur souhait.
  • Pour ceux qui sont en télétravail, prolongation jusqu’au 30 septembre car télétravail démarre le premier octobre. Et ceux qui sont en télétravail devront aussi faire candidature s’ils veulent en bénéficier.

 

  • Caméra vidéo de protection de nouvelle aquitaine.

 

PV DP de décembre 2016, janvier et février 2017, le DR a donné réponse, la DG ne traitera pas ce sujet au niveau du CCE.

 

  • Commission GPEC

 

Elles se sont toutes mises en place sauf à la DG.

 

 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 12:51

La CFE-CGC et la CGT saisissent le Conseil de l'Europe contre la législation des forfaits en jours et des astreintes issue de la loi "travail".

 

Pour consulter le dossier de presse : cliquer ici

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Actualités
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 10:34
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Actualités
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 08:32
  1. Approbation des PV des 9 décembre 2016 et 2 mars 2017.
  2. Information sur l’expérimentation Conseiller Référent Indemnisation.
  3. Information sur la phase pilote du projet  « Mon Assistant Personnel ».
  4. Information sur le projet DSN.
  5. Approbation des comptes du CCE
  6. Questions diverses.
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 10:14

L'accord QVT a reçu les signatures de : CFE-CGC, CFDT et CFTC. Il est donc valablement signé.

 

Mais, il convient d'attendre le délai de 15 jours à partir de la notification pour prendre en compte les éventuelles oppositions. Ceci devrait normalement nous amener sur la fin de la première semaine d'avril.

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Actualités QVT Négociations nationales
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:08

Télécharger ce tract

 

 

Comme promis dans notre communication n°1, voici la suite sur la négociation de l’accord QVT, celle-ci ayant été un peu « atypique ».

 

La négociation est d’abord partie d’un simple sommaire puis a abordé les différents items sans vraiment en suivre la chronologie et avec de nombreux retours en arrière. Ces derniers ont surtout été le fait de l’incorporation du télétravail dans l’accord. Ce thème, intéressant et important, a malgré tout consommé beaucoup de temps de négociation certainement au détriment d’autres sujets.

 

En ce qui concerne la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, nous avons toujours exprimé être favorable au télétravail à condition qu’il soit encadré par un accord, cela sera peut-être chose faite si cet accord est signé valablement.

 

Même si ce sujet est d’importance, nous nous sommes attachés à faire des propositions écrites et orales sur la globalité de l’accord.

 

Nous vous proposons de s’arrêter sur certains thèmes en particulier.

 

 

Le télétravail

Le texte proposé par la Direction a évolué durant la négociation. Si au final il ne correspond pas à toutes nos attentes, nous pensons malgré tout que cette généralisation, sous la forme décrite dans l’accord, est une première étape intéressante.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a proposé des réécritures de certains passages et des suppressions de textes qui ont permis d’aboutir à un texte plus clair, plus lisible, prêtant moins à interprétation et donc gage d’une meilleure mise en œuvre.

 

Nous avons réussi, par exemple, à obtenir :

  • que soit écrit en clair que le télétravail sera aussi accessible aux encadrants et cadres, qu’ils soient au forfait ou pas,
  • la réduction de suspension possible du télétravail de 12 semaines à 8 semaines,
  • le droit à la déconnexion pour les télétravailleurs comme pour les agents sur site,
  • l’accès au télétravail pour les encadrants dès le 1er mars 2018 et non pas septembre 2018 comme le souhaitait la Direction Générale.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaitait que le télétravail puisse aller jusqu’à 3 jours par semaine mais aussi qu’il soit possible d’annualiser les jours télé travaillés pour permettre d’être en télétravail 1 semaine / mois.

 

Cette modalité, qui est déjà possible à temps partiel, aurait sans nul doute permis d’agir en profondeur sur la santé au travail des agents et l’épuisement. Elle avait l’avantage d’éviter les va et vient quotidien, de mettre en place une organisation stable sur 1 semaine et de ne pas isoler les agents du collectif ceux-ci étant 3 semaines / mois sur leur lieu de travail.

 

L’entêtement et l’obstination forcenée qui ont souvent pour conséquence de ne rien obtenir n’étant pas notre marque de fabrique, nous pensons que la proposition amendée par un certain nombre de nos demandes est une première étape que nous accueillons positivement. La CFE-CGC Métiers de l’Emploi travaillera pour faire évoluer le dispositif le moment venu.

 

 

Le droit à la déconnexion

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, il s’agit là d’un sujet crucial et il est important d’agir pour que chacun prenne conscience de ses droits mais aussi de ses responsabilités.

 

A l’ère de l’hyper connexion, de l’immédiateté, nous avons toutes et tous un enjeu à bien utiliser les outils de communication numériques au sens large, afin que ceux-ci ne deviennent pas des outils déshumanisant, envahissant et stressant, mais des outils aidant et facilitant.

 

L’employeur a abordé ce sujet en proposant de couper les accès aux outils numériques (mail) le soir et le week-end. Si une majorité d’organisations syndicales étaient favorables pour cette coupure (à condition pour l’une d’entre elles que cette règle ne s’applique pas aux syndicats !) la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a été la seule organisation syndicale à penser que la solution ne passait pas par une coupure brutale.

 

A la CFE-CGC Métiers de l’Emploi nous nous plaisons à croire encore que l’on peut faire changer les mentalités et les habitudes, et que chacun d’entre nous peut changer ses comportements à condition d’être accompagné. Ainsi, nous préférons l’éducation et la sensibilisation à l’interdiction par la coupure. De plus, nous savons toutes et tous, le système aurait alors été immédiatement contourné , la nature ayant horreur du vide.

 

Si nous nous sommes sentis un peu seuls dans cette position, c’est avec surprise que nous avons pris connaissance de la proposition de l’employeur qui n’envisageait plus la coupure, mais plutôt la responsabilisation de chacun et l’accompagnement pour sensibiliser et changer certaines habitudes avant d’en tirer une conclusion et, seulement ensuite, d’envisager éventuellement d’autres mesures.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a aussi beaucoup insisté sur le possible décrochage vis à vis des nouveaux outils pour certains agents et le nécessaire besoin que l’employeur les accompagne et ne fasse pas de l’agilité numérique un critère de « promotion ».

 

 

Le Forfait jours et les temps de repos

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi s’est à nouveau sentie terriblement seule car personne d’autre ne s’est exprimé sur ce thème !

 

Et pourtant, il s’agit là d’une nouvelle mesure résultant des drames qui ont eu lieu chez Orange et Renault. Ils ont eu pour conséquence, entre autre, une mesure d’ordre publique très ferme sur la responsabilité de l’employeur à vérifier de façon fiable que le temps de repos minimal de 11h était pris et respecté.

 

Concrètement,  le plus grand danger pour l’existence du forfait cadre serait de ne rien mettre en place et ne pas respecter la loi.

 

Donc oui, il faut un dispositif fiable de vérification, et oui il y aura quelques habitudes à changer mais, cela ne sera pas du pointage mais simplement un top en fin de journée de travail et un autre le lendemain.

 

Beaucoup d’entreprises ont choisi comme solution d’utiliser le même outil que celui utilisé pour les agents qui ne sont pas au forfait. La Direction de Pôle Emploi, elle, préfère développer son propre outil permettant de répondre à une souplesse d’usage plus pertinente.

 

Si la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a conscience que pour certains cadres au forfait, cette mesure à venir pourrait être mal perçue, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de l’application d’une loi visant à les protéger.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a milité et continuera de militer pour garantir les droits à la santé, à la sécurité et à la conciliation des temps de vie des cadres au forfait.

 

Nous resterons vigilants quant à la mise en œuvre de l’outil annoncé dans les délais inscrits dans l’accord.

 

 

Le forfait jours et la charge de travail

Sur ce sujet aussi, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a été la seule à intervenir. Nous avons proposé des modifications afin que ce soit bien au n+1 de s’assurer régulièrement que la charge de travail reste raisonnable (comme le dit la loi) et non pas de juste dire que le cadre au forfait a la possibilité de tirer une sonnette d’alarme. La différence, à nos yeux, est tout sauf subtile !

 

 

L’intégration de la qualité de vie au travail dans les projets

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, ce point très important après trop d’années où la Direction attendait les constats sans jamais les anticiper, malgré les alertes.

 

Il s’agit là d’un véritable changement, et nous serons très vigilants à ce que cet engagement soit scrupuleusement respecté dans tous les projets à venir.

 

 

Favoriser le maintien dans l’emploi

Lors du 1er projet transmis, cet article se nommait « Favoriser le maintien durable dans l’emploi ». En ce qui concerne la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, nous envisagions cet article sous l’angle de la prévention de la « pénibilité » au travail.

 

Le 17 janvier, « Favoriser le maintien durable dans l’emploi » devient « aménagement du temps de travail », bizarre direz-vous, il y a des accords OATT !
En fait derrière ce titre, pas vraiment explicite, il y avait le copier/coller de l’aménagement du temps de travail du projet d’accord sénior qui avait été signé uniquement par la CFDT !

 

Lorsque nous sommes arrivés à l’étude cet article, personne n’est intervenu à part la CFDT, et pour cause fin 2013, ils étaient les seuls à avoir signé !

 

Après cet échange, la Direction a transmis pour la négociation du 24 février un article totalement refondu qui était devenu « aménagement du temps de travail des fins de carrière »

 

A la l’étude de la proposition de l’employeur, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a fait 1  proposition d’amendement que celui-ci a accepté de prendre lors de la séance :

 

A partir de 60 ans :

  • Option 1 : Travailler 32h / 4 jours (8h) sans perte de salaire, maintien des congés et des RTT. Grâce au cumul de l’heure journalière des séniors et une bonification hebdomadaire de 1h30 de l’employeur
     
  • Option 2  (proposition complémentaire de la CFE-CGC) : Travailler 30h / 4 jours (7h30) sans perte de salaire, maintien des congés. Grâce au cumul de l’heure journalière des séniors, des RTT et une bonification hebdomadaire de 1h30 de l’employeur

 

La CFDT s’est alors opposée à cette proposition prétextant que les agents publics ne pourraient pas en bénéficier, oubliant au passage qu’ils ne pouvaient pas plus en bénéficier dans leur propre proposition !


Ahurissant ! une suspension de séance a été demandée par la CFDT pour avoir le soutien des autres OS sur sa proposition, bien évidemment, aucun n’ayant signé l’accord de 2013 , le résultat était plié, le SNU a alors proposé de retirer tout l’article et de mettre une phrase pour que l’employeur s’engage à une négociation d’un accord sénior en septembre 2017.


Au retour, il n’y avait plus rien pour personne.

 

Dans un souci d’ouverture, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a alors proposé de maintenir les 2 options pour les 60 ans et la phrase proposée en suspension pour que l’employeur s’engage à ouvrir une négociation en septembre 2017. Alors que l’employeur était prêt à aller dans ce sens, la CFDT continue de s’obstiner et refuse, rejointe par  la CFTC, FO, CGT et le SNU.

 

Quand l’obstination rend aveugle et sourd, que voulez vous faire ?
Nous sommes affligés d’une telle situation qui pour nous est l’inverse de l’image que l’on se fait du dialogue social et du syndicalisme responsable.

 

Nous ferons tout lors d’une éventuelle ouverture de négociation d’un accord sénior pour avoir des propositions ambitieuses et pas seulement le copier-coller d’un ancien
projet d’accord vieux de 5 ans. Mais l’employeur a été clair, il n’a aucune certitude de pouvoir proposer demain à nouveau les mesures qu’il était prêt à intégrer aujourd’hui.

 

Les prochaines échéances politiques rendent notre environnement de négociation plus qu’incertain.

 

Maigre consolation, nous sommes néanmoins satisfait d’avoir pu faire intégrer la mise en place d’un groupe de travail sur « l’usure psychique », en vue nous l’espérons de proposer des mesures de prévention compte-tenu des carrières qui s’allongent.

 

 

Le renforcement de l’accompagnement managérial

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi, encore seule sur ce sujet, a proposé une nouvelle rédaction pour passer d’un texte qui ajoutait encore de multiples et nouvelles responsabilités sur le dos des managers, à quelque chose dont la porte d’entrée est d’affirmer que c’est à l’employeur d’accompagner les managers pour qu’ils puissent intégrer ses notions dans leur management au quotidien. Si le changement peut sembler subtil, cela produit un inversement complet de qui doit faire quoi.

 

Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, la QVT ne doit pas avoir pour conséquences la dégradation des conditions de travail des managers et ne doit pas aboutir à l’empilement de nouvelles mesures.

Nous souhaitons tout simplement un changement de posture en vue de faire que demain, la QVT fasse partie des actes métiers sans même que l’on en soit conscient, une nouvelle manière d’être, pour les managers comme pour tous les salariés de Pôle Emploi.

 

 

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a sollicité le 13 mars 2017 son Conseil d’Administration sur l’opportunité de signer, ou pas, l’accord résultant de la négociation QVT.

 

Comme à chaque fois, il s’agit de peser le positif face au négatif et d’apprécier le résultat en fonction des avancées que l’accord apporte au personnel. Celui-ci a décidé à l’unanimité de signer l’accord proposé.

 

 

Télécharger ce tract

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans QVT Négociations nationales Actualités
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 10:04

La négociation sur la Qualité de Vie au Travail qui s’était ouverte le 24 novembre 2016, vient de se terminer le 1er mars 2017 avec l’ouverture à signature d’un accord QVT .


 

La négociation fut un peu particulière par rapport à ce que nous avions pu vivre, car l’accord s’est complété au fur et à mesure des séances. La CFE-CGC Métiers de l’Emploi a été force de proposition tout au long de l’accord et au fur et à mesure des évolutions de celui-ci.


 

Pourquoi une négociation QVT ?

 

La QVT est une notion qui a été définie par un Accord National Interprofessionnel (ANI) le 19 juin 2013 et rendue négociation obligatoire par la loi Rebsamen du 17 août 2015 et complétée par la loi El Khomri du 8 août 2016.

Si la négociation devait aborder des champs obligatoires, certains de ces derniers faisaient déjà l’objet d’un accord (égalité professionnelle, handicap, mutuelle/prévoyance...).


 

Le Télétravail


L’accord propose la généralisation du télétravail après une expérimentation sur 2015 et 2016.

 

  • Les principales nouveautés :

    • Possibilité de télétravail jusqu’à 2 jours par semaine (1 durant l’expérimentation)

    • Ouverture du télétravail à l’encadrement jusqu’à 1 jour par semaine et fractionnable en ½ journée.


 

  • A retenir :

    • Durée 12 mois (sauf la première année) avec renouvellement possible sous conditions.

    • Démarrage en octobre 2017 (non encadrant) et mars 2018 (encadrant) puis rythme de 12 mois à compter de septembre 2018 (encadrant ou pas)

    • Suspension possible 8 semaines (fractionnables) par an avec délais de prévenance.

    • Ouvert au temps partiel mais 1 jour / semaine pour le 80 % (2 jours / semaine si > à 80%)


 

Le Travail de proximité


C’est une modalité testée durant l’expérimentation et que certaines régions ont souhaité garder. Il s’agit d’une possibilité offerte à des agents volontaires de travailler sur un site plus proche de leur domicile selon les mêmes quotités de temps que le télétravail.


 

Le droit à la déconnexion ou pour un meilleur usage des outils de communication numériques


L’accord prévoit une série d’outils et de mesures :

 

  • un guide « mieux vivre avec votre messagerie » qui sera retravaillé et élargi aux outils de communication

  • des modifications sur la messagerie pour faciliter les usages ainsi que des recommandations d’utilisation afin d’avoir un outil plus fluide et moins contraignant.

  • des formations sur les outils numériques selon les besoins individuels des agents

  • un temps dédié au retour d’absence afin de prendre connaissance et traiter ses messages.

  • une sensibilisation contre l’usage de la messagerie en dehors des horaires de travail par affichage de message pour l’expéditeur et le destinataire. Un bilan sera ensuite fait et pourra être suivi de nouvelles mesures si nécessaire.


 

La gestion des temps de réunion

 

Rien de bien nouveau dans cet accord qui reprend les dispositions de l’accord égalité professionnelle.


 

Équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle du cadre en forfait jour et garanties associées

 

  • Mise en place d’un outil de vérification de la prise effective du temps de repos de 11h00 minimum.


 

  • Suivi régulier de la charge de travail par le manager qui doit s’assurer de son caractère raisonnable. Le thème sera abordé en EPA et devra si besoin faire l’objet d’actions pour améliorer la situation


 

 

Les relations au travail


L’accord rappelle :

 

  • Des éléments de bon sens comme la politesse, le bien vivre ensemble...

  • La lutte contre les discriminations

  • La prévention des violences internes via de la communication, des formations pour les acteurs RH, « ma ligne d’écoute »

  • La médiation interne via une expérimentation pour permettre la prise en charge de situations conflictuelles entre agents.


 

L’expression des salariés

 

  • Mise en avant des outils comme le baromètre social et l’indicateur QVT

  • Mise en œuvre de réunions d’expression (a minima trimestrielle) avec thématique choisie par le collectif

  • Mise en place de groupes de pairs permettant aux agents et aux managers la mise en commun de leurs pratiques, de leur vécu professionnel afin de rechercher ensemble des solutions.


 

Accompagnement de l’évolution de l’organisation du travail

 

  • Tout d’abord introduction du fait que la QVT doit être un élément de préoccupation permanent dans les projets avec une analyse d’impact sur le volet humain.

  • La charge de travail et son évaluation individuelle doit faire l’objet d’un échange entre l’agent et son supérieur, notamment lors de l’EPA.


 

Favoriser le maintien dans l’emploi

 

  • Mise en place d’un groupe de travail sur la lassitude mentale et un renvoi à une négociation sur les seniors.


 

 

Renforcement de l’accompagnement managérial dans le cadre de la mise en œuvre de la QVT

 

  • Mise en place de mesures d’accompagnement des managers afin que la QVT soit prégnante dans le management au quotidien.


 

 

Cette négociation ne peut pas se résumer en ces quelques mots, elle fut à la fois riche, déstabilisante, incroyable, hallucinante et même incompréhensible avec des tranches de vie que nous aurions aimé pouvoir vous faire vivre en direct.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi vous propose à la fois des explications sur cet accord mais aussi quelques précisions et vérités sur la négociation... sans langue de bois !

 

Pour cela, dans les épisodes suivants, nous reviendrons sur les grands moments de l’accord QVT !


 

 

Le tract à télécharger

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans Négociations nationales Actualités QVT