34 articles avec csec

CSEC du 27 avril 2021

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

  1. Information-consultation sur la généralisation du rapprochement entre Cap emploi et Pôle emploi 

Un rapport rendu de l’IGAS a mis en lumière la nécessité de ce rapprochement pour une meilleure coordination entre les deux établissements afin de renforcer un accompagnement le plus inclusif possible.

Ce projet a été présenté dans le cadre d’une phase pilote, avec un début de dialogue social au 24 10 19. Une extension de ce projet a fait l’objet d’une consultation au CSE Central le 22 décembre 2020.

Aujourd’hui, la Direction Générale entame une phase de généralisation après ce passage en CSEC.

L’enquête réalisée auprès de 500 répondants montre une satisfaction des acteurs, avec une bonne appropriation et mise en œuvre des offres de service partagées.

Les apports de simplification, de montée en compétences des agents des 2 structures sont notés. La DG constate que de nombreux retours demandent un délai d’installation et de généralisation de ce dispositif plus long pour garantir la réussite du projet ; la Direction déclare avoir pris en compte cette donnée dans la construction du rétro planning.

Celui-ci prévoit :

  • Une période de préparation à partir de juin 2021, activable par les sites en fonction de leur calendrier de déploiement et de leur situation terrain ;
  • L’arrivée des conseillers Cap emploi en agence à partir d’octobre 2021 (dans l’ensemble des départements, au moins une ou deux agences par département accueille(nt) les conseillers Cap emploi dès octobre 2021) ;
  • Une augmentation du temps pour déployer le rapprochement jusqu’à mai 2022.

Intervention de la CFE-CGC :

Sur ce projet, dès le Pilote, la CFE-CGC avait exprimé sa vision favorable avec des grands principes structurant ce rapprochement, qui nous apparaissaient aller dans le bon sens : une plus grande simplicité et lisibilité pour le public, un partage d’informations entre les conseillers PE et CE, un enrichissement mutuel.

Pour autant, dans le contexte actuel, même si nous notons une volonté de détente du rétro planning de déploiement, la CFE-CGC alerte de nouveau quant à la charge générée par ce rapprochement pour l’encadrement en termes d’organisation, d’investissement partenarial et de management « fonctionnel ».

Une question sur la présence des agents Cap emploi : pour notre organisation syndicale, afin de favoriser tant la dimension d’acculturation, le développement des connaissances que l’apport de réponses spécifiques au public BOETH, il est essentiel qu’a minima 1 ou plusieurs agents Cap emploi soient disponibles sur toutes les demi-journées de la semaine.

Par ailleurs, nous notons encore des problématiques liées aux packs d’habilitations.

Enfin, sur le sujet de l’offre de service à destination des entreprises, même si on relève dans le projet une évolution de ce volet, elle reste à notre sens encore assez restreinte en termes d’organisation du travail et de plus-value du service rendu lors des recrutements. Nous demandons des précisions sur ce point.

Suite à notre questionnement, la direction générale prend en compte notre alerte et précise que la charge ELD est l’une des principales raisons pour laquelle le calendrier a été repoussé.

La DGA, Misoo YOON, précise que les ressources de Cap emploi ne permettra pas une présence continue sur toute la semaine, certains agents CE auront même plusieurs sites d’intervention. Misoo YOON partage notre point de vue et le regrette, considérant que c’est un possible frein à l’acculturation et à la collaboration.

De même, la DGA reconnaît que si l’offre de service entreprise a été travaillée dans le cadre du pilote et de l’extension, il est nécessaire de l’enrichir et qui reste plus modeste, avec une adaptation locale plus à la main des agences, en fonction de la réalité des territoires.

Pour mémoire voici la position de la CFE-CGC exprimé fin décembre 2020 sur le dossier. cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

CSEC du 22 avril 2021

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

  1. Approbation des PV 
  • 19 janvier 2021 : unanimité
  • 26 janvier 2021 : unanimité
  • 3 février 2021 : unanimité
  • 12 février 2021 : unanimité
  • 24 février 2021 : unanimité
  1. Information sur le dossier signature électronique 
  • Infos de la direction
    • 3 régions : NAQ, HDF et PDL
    • Système avec un code
    • Les docs ne seront pas stockés dans Digiposte par l’établissement ; il faudra que l’agent le fasse.

Intervention de la CFE-CGC 

La CFE-CGC reçoit favorablement ce projet qui s’inscrit dans une volonté de simplification et de modernisation.

Nous nous interrogeons sur les outils que doivent avoir l’agent pour utiliser cet applicatif ? Comment garantir l’authentification du signataire ?

  • Réponses de la direction 
    • Les seuls documents dématérialisés seront  seulement ceux qui seront créés après le déploiement ; pas de dossier électronique du dossier du conseiller 
    • Valeur juridique : oui les docs (contrats, décisions prises) seront valables de façon dématérialisation
    • Les sanctions disciplinaires ne sont pas encore concernées par ce projet
    • Les personnes entrantes à Pôle reçoivent un code à entrer sur leur mobile et le doc sera adressé sur la boite mail personnelle ; pour les agents PE, les docs seront envoyés sur boite mail professionnelle
    • Tous les contrats seront concernés
    • Sécurisation du portail Hermes : nécessite des habilitations ; c’est une interface propre à Pôle emploi développé par la DSI
  1. Généralisation d’OGD

Intervention de la CFE-CGC

La CFE-CGC intervient pour remarquer un manque de fluidité de l’outil et alerte sur le retour fait dans le cadre des pilotes, sur une période pendant laquelle il y a eu très peu de déplacements réalisés dans le cadre de notre crise sanitaire. La CFE-CGC rappelle l’utilité de faire un rappel aux utilisateurs de saisir régulièrement leur note de frais afin de s’approprier au mieux le nouvel outil et éviter que les agents n’abandonnent leurs demandes de remboursement.

  • Réponses de la direction 
    • Les instructions ne font pas l’objet d’une négociation et c’est donc un acte de direction ; la politique nationale de déplacement s’impose à tous les agents ; il n’y pas de modalités spécifiques pour les déplacements des RP. Deux éléments distincts sont travaillés par la direction : l’application des ordres de priorités ne doit pas faire l’objet d’un refus de déplacement  pour un élu et la limitation des 100 kms doit être relative concernant les élus ; ces 2 points ont été portés auprès des DRAPS
    • Une note spécifique est en cours d’élaboration concernant le déplacement des élus nationaux ; pas de réponse pour l’instant sur les outils à utiliser pour préparer ces déplacements.
    • Sur l’ergonomie, l’outil est fluide mais nécessite un temps d’appropriation
    • Certains champs sont bloquants
    • Les supports d’appropriation sont effectivement assez lourds ; ils sont revus pour être allégés : directs et démonstratifs
    • Un outil de gestion des véhicules de service est en cours de construction au niveau national mais pour l’heure les outils régionaux sont toujours d’actualité
    • Les OM permanents  au sens de Pôle emploi ont été abrogés début 2020 ; dans l’outil OGD, ce qui est appelé l’OM, c’est une demande de déplacement (récapitulatif de l’ensemble des éléments du voyage)
    • Le code fonds ne sera plus à saisir
    • La direction va regarder le sujet concernant l’obligation de choisir le trajet le plus rapide, la FAQ en anglais et les supports d’accompagnement à alléger
  1. Nouvelle réforme d’assurance chômage
    • Expression des différents syndicats 

Opposition à la réforme, inquiétude quant aux impacts du calendrier (demande de report) ; demande à ce que les courriers soient envoyés aux élus

Intervention de la CFE-CGC :

La CFE-CGC s’oppose pleinement à cette réforme. Pour autant, en tant qu’opérateur public, nous allons devoir l’appliquer. Nous demandons de décaler dans le temps cette mise en œuvre étant donné le contexte sanitaire et les conséquences économiques et sociales qui risquent d’être dramatiques, générant de la détresse et de la violence potentielles.

Nous demandons de + d’être destinataire des courriers aux DE pour connaître les contenus et les formulations faites aux DE afin de vous apporter nos remarques et propositions d’évolution.

Par ailleurs, nous ne comprenons pas le calendrier envisagé qui prévoit que les DE recevront des courriers d’information avant que les agents soient formés, c’est pour nous inacceptable. Les agents doivent avoir leur formation en amont pour délivrer, dans les meilleures conditions, l’information aux DE ; la CFE-CGC demande à la Direction générale de repousser l’envoi des courriers à la mi-juin. Par ailleurs, la CFE-CGC demande à ce que le simulateur soit à la disposition des DE en même temps que l’envoi des courriers.

Nous demandons une anticipation du Webinaire à destination des managers et experts prévu à la mi-juin.

C’est impensable de constater que des Directeurs se posent déjà la question sur comment mettre des vigiles devant toutes les agences ; nous demandons de revoir complétement le rétro planning de déploiement.

  • Réponses de la direction :
    • Cette information n’a pas pour objet de discuter sur le bien-fondé de la réforme ; le sujet est la mise en œuvre et les conditions de la mise en œuvre
    • Cette réforme concerne les ruptures de contrats de travail postérieures au 1er juillet 2021
    • Les courriers envoyés au 17 mai seraient au nombre de 56 000 soit environ 60 par agence ; cela est déjà fait actuellement pour les DE en fin de droit avec le complément d’information sur les prestations accessibles
    • Il est demandé à chaque région qu’au moins un agent par agence soit formé au 17 mai pour répondre aux questions des DE
    • Concernant les ajustements de la réforme : si des éléments techniques devaient évoluer, il appartiendra à la direction le soin d’informer les conseillers
    • Une attention particulière va être demandée aux CDDE pour recevoir les DE en fin de droit pour les accompagner dans leur retour à l’emploi
    • La ligne d’écoute pourrait être renforcée si nécessaire
  1. Questions diverses
  • Prime agents de droit public : toujours en attente du texte de la part de la DGEFP
  • Un courrier a été adressé à France 2 ; Elise LUCET a appelé JB qui est resté sur sa position exprimée par écrit aux agents
  • Renforts QPV : le dispositif est en cours ; il y a des postes à pourvoir dans quelques agences ; la direction n’est pas favorable à ce que des CDD soient positionnés sur ces postes
  • DGI SNU suite reconfinement mars 2021, en cours, on attend ce qu’ils décident de faire !
  • Sur le jugement du tribunal concernant l’expertise :
    • 2 points :
      •  a donné raison à PE sur l’antériorité
      • N’a pas retenu l’opposition de PE sur les cadres dirigeants
  • En attente des informations du gouvernement concernant les nouvelles dispositions sanitaires.
  • Une note V12 va être diffusée : elle sera adaptée et il ne devrait plus y avoir d’ABAP que dans les situations où les écoles seraient fermées et si TLT pas possible.
  • Sur la vaccination, les agents de Pôle emploi ne font pas partie des publics prioritaires et la direction ne fera pas cette demande au gouvernement car pas de taux supérieurs au reste de la population justifiant une priorisation.

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

CSEC Extraordinaire 7 avril 2021 : Point Sanitaire

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

La direction estime normal d’avoir pris le temps pour décliner les nouvelles mesures, elle était aussi en attente des textes de la fonction publique qui sont tombés dans le week-end.

Lors de la visio DSC de vendredi, la DG avait précisé que les informations étaient suspendues aux infos données par le ministère ce week-end, donc la note est conforme à ces consignes et à pris en compte les notes sorties dans le week-end.

La DG informe que le PRA 2 est maintenu mais avec des aménagements.

Les Congés :

La direction examinera la situation à fin avril pour envisager un report des dates de congés si le volume de congés reste important.

Pas de retour en arrière sur ce qui a été posé : les congés posés ne pourront pas être transformés en ABAP !

A date, la direction ne prévoit pas d’enlever des jours de congés pour les agents en ABAP mais si la crise perdure, cela sera peut-être nécessaire.

Gestion RH

Age des enfants et ABAP : Pour ce qui est de l’âge des enfants pour le droit aux parents  à avoir des ABAP, lecture est faite de la note ministérielle ; les gardes d’enfants peuvent être accordées à des agents dont les enfants sont en crèche, maternelle et élémentaire sous réserve des nécessités de service et de l’accord du manager ; la date de fin de cette mesure est le 26 avril.

Pour les personnes vulnérables, ou qui pourraient propager le virus, ils doivent fournir un justificatif pour éventuellement être en ABAP.

Télétravail

Les managers doivent également pouvoir bénéficier du TLT même si c’est compliqué pour les petites agences.

Prise d’ABAP en demi-journée ? L’agent qui souhaite télé travailler une demi-journée, pose du TLT pour la journée complète et il fait ce qu’il peut. La gestion à la demi-journée du télétravail est compliquée administrativement.

La nécessité de service : continuité de service ; si cela était nécessaire, il pourrait être demandé à certains agents qui ont des enfants de moins de 12 ans de télé travailler pour assurer la continuité de service ; pour autant, il n’y a que 33% des conseillers qui ont des enfants de moins de 12 ans.

Organisation du travail

Pas de retour au PRA1 ; néanmoins, si cela est nécessaire possibilité de recourir au vidéo portier pour réguler les flux.

Sur les activités collectives : c’est en miroir de ce que nous demandons aux prestataires, si possible en distanciel et sinon en respectant les mesures barrières.

Les formations qui doivent être maintenues sont les formations prioritaires et seulement celles-ci.

L’activité des agents de Pôle emploi ne permet pas d’obtenir une dérogation pour que les enfants des agents pour qu’ils puissent avoir accès à l’école classique.

Rappel du décalage de certains projets : CR, rapprochement PE/CAP, reprise du pack de démarrage à l’issue de la crise

Santé et soutien psychologique

Les déclarations des clusters : il existe un guide qui précise les mesures pour les établissements ; si cluster : informer l’ARS, la médecine du travail, les agents et le CSE ; désinfecter le site ; il n’y a pas à faire de déclaration d’accident du travail à faire.

La vaccination : on en reparlera quand la capacité à vacciner sera plus large et la direction saura organiser de la souplesse si nécessaire.

Recours au psychologue : les agents peuvent y avoir recours autant qu’ils le souhaitent.

Malakoff  vient de préciser : 4 séances de psychologues sont à disposition des agents en plus de celles prévues dans le contrat.

 

La CFE-CGC Métiers de l’emploi a remercié la DG pour les évolutions apportées à la note RH avec notamment les éléments qui permettent une harmonisation des consignes RH de celle-ci entre salariés public et privé, suite aux précisions apportées par le gouvernement ce week-end.

Nous avons sollicité la DG quant à l’attention particulière envers les ELD pour qu’ils ne soient pas les seules à être contraintes au présentiel, le télétravail doit être possible pour tous ; nous demandons également, comme lors de la réunion DSC qu’une souplesse existe quant à la pose des congés sur cette période suite aux annonces du chef de l’Etat.

 

La DG nous répond qu’il est nécessaire d’assurer une présence managériale sur site mais Jean-Yves CRIBIER rajoute que les ELD doivent pouvoir bénéficier également du télétravail, en prenant en compte le principe d’un roulement au sein de l’ELD. La DG reconnaît les difficultés rencontrées par les ELD pour maintenir et organiser une organisation sur site.

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

CSEC du 29 mars 2021 (reprise du CSEC du 24 mars 2021)

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Avant d’aborder le point à l’ordre du jour concernant la situation sanitaire au sein de notre établissement, plusieurs organisations prennent la parole, notamment pour réagir suite à la diffusion de l’émission « Ma vie de conseillère à Pôle emploi » dans Envoyé spécial sur France 2. Pour FO, la principale actualité est plus la réforme de l’assurance chômage à venir que ce reportage. Le SNU précise qu’« Il n’y a pas que du faux dans le reportage », l’OS nous explique que « c'est normal de se faire attaquer par ce genre d’émission, c'est la course à l'audience, c’est le buzz qui veut cela » et « Si on comme à s’offusquer de ce genre d’émission, on devrait également s’offusquer d’autres sujets, comme la caricature faites des jeunes dans les banlieues ». Le SNU considère que certaines OS [dont la CFE-CGC] ont sur-réagi…La CGT rejoint la position de FO.

Situation sanitaire

Intervention du président à compter de mercredi ; ce qui est présenté ce jour est à date et devra être adapté compte tenu des annonces.

Chiffres à la semaine 11 :

  • 50 % des agents en présentiel ou en TLT
  • 154 agents en ABAP
  • 120 cas contact
  • 97 cas COVID

On reste toujours en PRA 2

Réponses de la direction aux questions posées :

  • Oui on doit renforcer le TLT ; les données fournies s’arrêtent à la semaine 11 avant le confinement des premiers départements ; la DG va renforcer les messages aux établissements pour monter le TLT au plus haut niveau
  • L’équilibre entre présence sur site et assurer le service d’une part et d’autre part le recours au TLT est difficile à trouver
  • Les prestations maintenues : MRS et actions collectives en lien avec # tous mobilisés
  • Il peut y avoir eu du relâchement compte tenu de la durée de la crise ; la direction fait des rappels aux établissements
  • Concernant la vaccination : les médecins du travail ou médecins de prévention (agents publics) sont les médecins habilités ; une communication a été faite par tous les établissements sur intranet ou par mail ; pour les agents éligibles, il peut demander au médecin du travail volontaire de réaliser cette vaccination ; dans ce cas, le code HQ est disponible pour prendre en charge le trajet et le temps de la visite
  • La note RH V10 est toujours applicable ; quand les établissements scolaires ferment, les agents doivent prioritairement TLT si les conditions matérielles sont remplies. Pour ceux qui auraient des enfants en bas âge, ils peuvent prendre les jours de congé prévus à la CCN ; si les agences ferment, soit les agents sont en TLT soit jours de garde d’enfants, pour les agents de droit public, ils ont droit à des jours de garde d’enfant également
  • Les formations internes sont maintenues sont celles qui sont prioritaires mais elles sont sur la base du volontariat ; une incitation à utiliser les salles déconcentrées pour éviter les déplacements
  • Pour les réunions de plus de 6 personnes : on peut réunir plus de 6 personnes si le nombre de m2 est respecté donc potentiellement plus de 6 personnes ; la circulaire qui prévoyait l’interdiction des réunions à plus de 6 personnes ; il faut limiter les réunions de travail internes sauf si cela est impératif ; en sont exclues les formations Pôle emploi et les réunions avec les DE
  • Pour compter les cas COVID, on prend en compte tous les cas même ceux contractés dans la sphère privée.

Questions diverses :

  • Alerte sur la carte Apetiz : dysfonctionnement pour l’utilisation : la direction demande la région concernée et la chaîne de restauration concernée ; rappel : la carte ne peut être utilisée le dimanche
  • Quid de la prise en charge possible par la direction de frais liés au TLT ? la direction revient sur ce sujet
  • Quid de la nouvelle organisation concernant 3 régions qui auraient donné des consignes pour réorganiser la prise en charge des appels téléphoniques ? il s’agit d’organisations régionales donc pas de nécessité de saisir le CSEC ; rappel sur les consignes : pour ce qui est des questions GDD, normalement elles sont prises en charge en local ; la direction se rapproche des régions concernées
  • Sur les établissements qui inciteraient des salariés proches de 60 ans à faire des ruptures conventionnelles, la direction se rapproche des régions concernées
  • Les droits des DE sont prolongés jusqu’au 30 juin ; ils peuvent être interrompus si la situation s’améliore

 

 

 

 

 

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi vote : POUR la généralisation du projet « Conseiller Référent Indemnisation »

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

 

Téléchargez le document ICI

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

CSEC du 24 mars 2021

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Ouverture du CSEC par le président ; suite aux demandes de différentes OS pour organiser un CSEC extraordinaire sur la situation sanitaire ; la direction propose de mettre ce point à l’ordre du jour et de reporter le point sur le pilote projet signature électronique au mois d’avril

4 organisations syndicales font une déclaration concernant la charte télétravail contestant cette charte et se réservent le droit de contester devant un tribunal

  1. Approbation du PV du 19 novembre, 3 décembre, 10 décembre, 11 décembre, 16 décembre, 22 décembre et 23 décembre 2020
    • Les PV sont approuvés
  1. Consultation sur le projet de mise en place du conseiller référent indemnisation
    • Information sur le décalage du déploiement
  • La Direction générale précise, qu’avec le contexte sanitaire et la réforme de l’assurance chômage, elle a décidé de décaler dans le temps le projet CRI en proposant un déploiement entre septembre et juin 2022, à la main des sites en fonction de leur niveau de préparation.
    • Réponses de la direction aux différentes questions :
      • Le président avait lors de l’information approuvé l’idée qu’une CSSCTC s’empare du sujet lors de l’une de ses séances ; pour l’heure, pas de séance sur le sujet ; cela pourra se faire lors d’une séance début avril
      • Confirmation que l’attribution du DE ne fait qu’une fois que la DAL est liquidée
      • La notification de la décision existe depuis NPDE
      • Sur les activités non traitées par tous les conseillers ( TP , ANS) , la direction est d’accord sur cette idée mais rappelle que le CRI va être mis en place par pallier , que le diagnostic des compétences va permettre d’identifier les gaps à franchir
      • La taille des PF des CRI prend bien en compte le temps de travail des agents
      • A partir de septembre, chaque agence pourra installer le CRI et s’inscrire dans le pallier qui lui correspond
      • L’accompagnement des ELD est pris en compte et différentes modalités d’accompagnement ont été testées dans les pilotes ; aujourd’hui, des phases de diagnostic sont mis en œuvre pour identifier les phases à réaliser
      • La consolidation du socle commun est effectivement d’importance : l’auto diag sur le socle commun permet d’identifier les manques éventuels
      • Pas de taille de PF : cela sera déterminé selon le nombre de DE et de conseillers GDD
    • Vote : 19  votants
      •   9 Abstention (SNAP, SNU, STC)
      •  7 Favorable (CFE CGC, CFDT)
      •  3 Défavorable (CGT, CGT FO, CGTM)
      •  5 NPPV (CGT FO)

Explication de vote de la CFE-CGC Métiers de l’emploi :

Nous sommes consultés ce jour sur la généralisation du projet « conseiller référent indemnisation ».

Au terme de débats qui ont permis d'apporter de nécessaires clarifications sur un projet qui touche au coeur de nos métiers, la CFE CGC métiers de l’emploi émet un avis favorable sur le sujet.

En effet, nous considérons que ce projet devrait permettre un accompagnement de qualité des demandeurs et générer la satisfaction de ces derniers au regard de la personnalisation renforcée. De même, nous pensons qu'il est de nature à permettre une clarification des rôles dévolus à chacun des métiers exercés au sein de l'agence.

Pour autant, de notre point de vue, il est essentiel de tenir compte de certaines conditions pour la réussite de ce projet :

  • Maintenir un niveau de ressources suffisantes afin d’offrir le service attendu ; Notamment pour les établissements qui compte tenu de leur plafond d’emploi doivent rendre des ressources et ou en cas d’augmentation significative du chômage. L’option de l’intégration de nouveaux collaborateurs suite à des parcours en contrat de professionnalisation nous apparait comme une solution intéressante.
  • Anticiper l’appropriation des nouveautés informatiques dans le cadre des prochaines livraisons SI pour permettre une mise en œuvre sereine par les managers et les agents concernés.
  • Enfin, il est impératif que la "généralisation à la main des agences et des régions" intègre ces points de vigilance.

Télécharger l'explication de vote ICI

  1. Consultation sur le projet de charte relative au télétravail
    • La direction explique que cette charte est mise en place afin de pallier éventuellement un vide qui pourrait se mettre en place entre la fin du télétravail exceptionnel et la mise en place d’un nouvel accord.
    • Sur les demandes formulées ce jour, la direction oppose le fait que ces demandes seront examinées dans la négociation qui va se dérouler sous peu.
    • Le manager sera bien in fine toujours le décisionnaire sur la validation au regard des nécessités de service
    • Pas de recours national mais bien au local
    • Concernant l’activité des conseillers dans le cadre du TLT, la visio doit être privilégiée au téléphone
    • Le badgeage virtuel va être mis en place car c’est plus simple que de faire des auto-déclaratifs sur HQ
    • Il y aura nécessité dans toutes les régions la nécessité de revoir l’accord OATT pour intégrer l’avenant signé cette semaine
    • Vote
      • 15 NON VOTANTS : SNU, CGT, FO STC ne participent pas au vote 
      • 4 Abstention : CFDT 
      • 3 Favorable : CFE CGC
      • 2 Contre : SNAP 

La CFE-CGC rappelle que cette charte en elle-même est suffisante mais ne peut remplacer un accord sur le télétravail qui sortira de la négociation. La CFE-CGC priorise cette démarche de négociation collective dans laquelle elle prendra toute sa place afin d’enrichir a maxima un texte que nous souhaitons beaucoup plus ambitieux que cette charte.

  1. Information sur le pilote du projet « Signature électronique » (reportée)
  2. Point mensuel sur la crise sanitaire (reporté)
  3. Questions diverses (reportées)

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

Recrutement de 500 CDD supplémentaires dans le cadre du dispositif d’intensification de l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans 66 agences situées en QPV. La CFE-CGC Métiers de l’emploi vote POUR

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

 

Téléchargez le document ICI

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

CSEC extraordinaire du 12 février 2021

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Information sur le pilote OGD :

    • Présentation de la direction
      • Objectif est de regrouper dans un outil unique les réservations et le paiement des frais de déplacement
      • 60 millions d’euros et 75 000  notes par an
      • S’inscrit dans PPC car pas de contrôle à posteriori
      • Généralisation après le pilote dans 3 établissements prévue en juillet
    • Réponses de la direction :
      • Choix de l’outil SAP
        • L’outil Concur est un outil qui n’est pas SAP, choisi suite appel d’offres ; filiale de SAP mais plus ergonomique
      • Quid de la dénonciation du marché pour Sélectour : impact sur l’outil
        • En // de l’appel d’offre pour Concur, appel d’offre pour l’agence de voyages ; les 2 marchés ont la même périodicité
      • Respect du cadre de confiance
        • L’outil permettra à chaque établissement de paramétrer en fonction des spécificités de la région
    • Si le plafond du cadre de confiance est respecté, validation automatique
      • Quid de l’ergonomie de l’outil ?
        • Plus ergonomique
      • Charge pour les agences concernant le déploiement
      • Accompagnement des agents qui vont utiliser cet outil
        • L’outil étant intuitif, accompagnement assez léger
        • Mode opératoire, teasers, démultiplication auprès des managers pour ensuite portage auprès des agents
        • Appropriations plus spécifiques pour les fonctions supports
        • Les Représentants du personnel seront aussi utilisateurs de cet outil
        • Pas besoin de mettre des justificatifs quant à la distance
      • Paramétrages régionaux ( ex spécificités pour les insulaires par exemple)
        • Voir ci-dessus
      • Quid des agents traitant actuellement les réservations dans les régions ?
        • Impacts RH : pas de façon significative ; le gain de temps généré par l’outil a pour vocation d’être redéployé pour un appui complémentaire aux agents
        • Pas d’impact sur les organisations de l’activité
      • OGD ne gère pas la gestion des véhicules de service : donc les outils qui existent pour cela , ils pourront être conservés
      • L’agent peut installer l’application sur son téléphone

 

Présentation du pilote Office 365

    • Présentation de la direction
      • Changement de version concernant Skype qui va être remplacé par Teams en 2022
      • Du coup, souhait de la direction de déployer à tous les agents office 365
      • Pilote en avril et mai ; retour d’expérience en mai juin
      • Choix pour chacune des régions des dates de déploiement dans une période de 4 mois
    • Réponses aux questions
      • Choix d’office 365 :
        • acceptabilité par les agents d’une suite office en continuité de ce qui existait ;  pour open office beaucoup de changement
        • proposition de services ++
        • sécurité du service proposé
        • possibilité d’industrialiser les changements si nécessaires
        • logiciel libre ne veut pas dire gratuit
      • Sécurité informatique :
        • des mesures sont prises
      • Coûts :
        • Office 365 couvre la bureautique et change le modèle économique ; la DSI a essayé de concilier coût+ sécurité+ maintenance
      • Accompagnement des agents :
        • Volonté de passer par un pilote pour pouvoir un accompagnement adapté
        • Sur la charge des déploiements : possibilité de desserrer le planning

 

Recrutement de 500 CDD dans les agences en QPV

    • Présentation du projet par la direction
      • Suite décision du gouvernement le 29 janvier dernier
      • 2 objectifs :
        • Recul des discriminations
        • Faciliter le retour à l’emploi
      • Appel à volontariat sur des CDI expérimentés ; durée de 18 mois avec renouvellement possible
    • Réponses de la direction
      • Financement FSE : taux de cofinancement à 52 % en métropole et 85% dans les DOM ; aucun surcoût pour l’établissement on utilise notre masse salariale existante
      • Accueil et ESI : à la différence des précédents postes financés par le FSE , l’union européenne a assoupli ses règles ; possible dans cette opération pour les conseillers de continuer des activités communes ( accueil et ESI) ; les conseillers pourront en plus détecter des DE
      • Choix des agences : le critère de vulnérabilité a été pris en compte donc agences avec 35% de DE en QPV
      • Les DR ont choisi ensuite l’affectation des moyens
        • Pb de locaux pris en charge par les DR
      • Quid des 3 régions qui ne bénéficient pas du dispositif ? elles peuvent bénéficier d’un poste via un DTA
      • Taille des PF : environ 80 personnes
      • Une animation régionale est prévue si besoin pour partager les bonnes pratiques
      • Renouvellement : possible de renouveler l’accompagnement mais de façon exceptionnelle.
      • En ce qui concerne le recrutement des CDD, idem aux recrutements précédents
      • Formation de 35 jours, groupe de 8
      • Le tutorat doit s’organiser avec du présentiel 
      • La quotité du temps de travail du CDD est celle du CDI remplacé
      • Renforcement des équipes managériales : oui c’est possible mais vigilance à la fin du dispositif

Point sanitaire :

    • Stabilité des chiffres
    • Note RH V10 en ligne
    • La réunion vient de repasser en PRA2
    • Réactivation des formations «  situations difficiles à l’accueil »
    • Suite demande d’une OS de donner la possibilité de badger pour les agents en TTEX et faire plus ou moins de 7H30
      • Le DGRH s’interroge sur la faisabilité de cette solution : nécessité au regard de l’OATT de badger 4 fois par jour car il n’est pas possible de badger virtuellement
      • La DG va proposer un accord à signature sur le TLT très rapidement

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

CSEC extraordinaire du 3 février 2021

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

La CFE-CGC remercie la Direction pour la fermeture des agences dès le jeudi matin, le message aux managers, la vidéo enregistrée, la mise à dispo des outils d’écoute psychologique, etc… ;

Nous rappelons la nécessité de prendre des mesures d’urgence afin de réassurer nos collègues, les accompagner dans leurs craintes et leurs interrogations ; nous demandons que soit pris en compte les demandes d’agents de sécurité si nécessaire, nous demandons que le ZERO tolérance soit décidé en cas d’agressions verbales écrites et évidemment physiques ; une mises en œuvre d’actions de communications en interne mais aussi en direction de nos usagers ; nous insistons pour que soit réaffirmait la nécessité d’une relation respectueuse, mutuelle !

Il est important pour la CFE-CGC de mettre à disposition la ligne d’écoute de manière prolongée avec un bon dimensionnement afin d’accueillir les expressions de nos collègues, en rappelant le caractère anonyme de la démarche.

La CFE-CGC rappelle que les ELD se sont sentis particulièrement touchés par l’assassinat de leur collègue REP qui appartenait à la famille des managers ! Les managers ont dû faire face alors qu’eux même n’étaient pas toujours préparés, sous le choc, ils ont dû être là pour leurs agents ; nous demandons que la DG prenne en compte des ELD, dans ce contexte, et qu’ils bénéficient d’une attention particulière ;

Pour le site de VALENCE, une question peut se poser sur son maintien, en l’état ; la Direction, avec le collectif du site, devraient pouvoir échanger également sur ce sujet.

Nous rappelons qu’on est là face à une folie meurtrière, d’un esprit déséquilibré.

La CFE-CGC ne comprends pas ceux qui font le lien avec la perte d’emploi, la peur du demain, un management dur avec des EPA pouvant être à charge, ceux qui considère qu’il est nécessaire que la nouvelle réforme de l’assurance chômage soit abandonnée par l’Etat…

Pour la CFE-CGC, il est indispensable de maintenir le lien humain avec nos usagers, au contraire il faut être au plus près des DE et être dans le dialogue, PE a un rôle essentiel socialement.

Renforcement de l’offre de formation va être nécessaire, de retravailler les dispositifs de signalement ;

Sur la question de l’accueil, nous considérons comme impensable de vivre demain dans une agence transformée en bunker ;

 

Le Directeur Général : considère que la violence augmente, que le contexte social est + en + difficile, mais pour le DG, il n’y a aucun lien avec le drame survenu. Aucune trace de litige entre le tueur et PE, Valence n’était pas son agence / le DG considère que les discours de certains (CGT, SNU et FO) sont le terreau du PE bashing ;

La question c’est la sécurité et comment la renforcer ; la DG partage notre point de vue sur une TOLERANCE ZERO ! Quand cela arrive : plaintes ; se poser la question de l’enregistrement des échanges au 39 49 ; il existe une scandaleuse proportion de message de haine et il n’y aura pas de réponse sur ceux identifiés dans les réseaux sociaux ; pour autant des actions en justice peuvent être menées.

Le DG nous informe que sur janvier, 900 fiches de signalement ont été réalisées, plus de 7% par rapport à janvier 2020 ; Le DG veut s’assurer que la procédure soit bien connue ; il est d’accord avec notre proposition de développer notre offre de formation ; PE est passé dès vendredi de 6 à 26 psychologues pour prendre en compte les appels des agents ; Ok pour ne pas transformer les agences en bunker ;

La sécurité est une affaire de spécialistes et d’experts, nous avons une convention d’audit avec la Police nationale et la Gendarmerie ; surtout, ne nous transformons pas tous en pseudo expert en sécurité…le DG opterait sur la vidéo surveillance, plus que sur l’idée de détecteur de métaux à l’entrée des sites ; Sur le site de Valence, la DG encouragera les volontés de mobilités des agents ;

 

Le Directeur Général rappelle qu’il a été choqué d’entendre ceux qui ont fait le lien entre ce drame et une certaine forme de maltraitance des DE par le système et PE.

Pour les VSC, même si pas d’accès à la protection fonctionnelle, car non salarié de notre Etablissement, Pôle emploi peut mettre en place un dispositif équivalent.

Le DG précise qu’il est intéressé par l’expérimentation de Médiateur dans les quartiers nord de Marseille, qui facilite les conditions d’accueil.

La DG veut se concentrer sur les préoccupations des collègues, à savoir le besoin de sécurité

    • Zéro tolérance : politique de plainte systématique ; c’est à l’agent de porter plainte ; on doit désormais encore plus vigilant suite à agression ; ok pour mettre des affiches mais attention à ne pas stigmatiser
    • On peut agir quand on peut identifier les DE ; se pose la question d’enregistrer les conversations au 3949
    • Pour les réseaux sociaux, une grande majorité était des messages de soutien ; pour les messages de haine, position de ne pas les commenter ; 2 actions possibles : si on a identifié les auteurs, saisine du gestionnaire du réseau pour faire retirer le message et possibilité de porter plainte+ signalement sur plateforme Faros
    • S’assurer qu’en cas d’agression les circuits soient bien connus ; ne souhaite pas étendre l’accès aux fiches Lisa de tous les élus ; ok par contre pour faire un bilan sur le sujet
    • Actions de formation ; il existe déjà  une formation ( 9 000  agents l’ont suivie) ; intégrée dans le parcours initial ; le DG est ok pour remettre des sessions en place
    • Soutien psychologique : le nombre de psychologues a été augmenté ( de 6 à 26) + possibilité pour les managers d’avoir un accompagnement
    • Ne souhaite pas que les agences soient transformées en bunker ; la sécurité est l’affaire de professionnels :
      • Convention avec la police nationale et la gendarmerie ; audits en cours  de spécialistes (police et gendarmerie) qui émettent des recommandations
      • Les agents de sécurité : impact psychologique mais ce n’est pas une solution radicale ; les agents privés n’ont aucun pouvoir de coercition ; souhait de poursuivre la politique actuelle : en fonction des besoins des acteurs locaux
      • Détecteurs de métaux : difficile de mettre en œuvre ; impact sur les agences à fort flux
      • Plutôt favorable à la vidéo surveillance
    • Suite à la demande de différer le projet du CRI, le DG prône au contraire sa mise en place : la personnalisation permettra d’établir une relation de confiance
    • Concernant l’agence de Valence : ok pour aborder le sujet avec les agents mais la difficulté c’est que le projet de déménagement n’est pas en cohérence avec un projet
    • Proposition de donner le nom de la collègue à un lieu symbolique à Pôle emploi
    • L’institution Pôle emploi a été visée, c’est un fait ! mais pas le mode de fonctionnement de Pôle emploi
    • Souhaite que tous les établissements organisent un CSE extraordinaire
    • Les VSC bénéficient d’une formation avec des éléments sur des faits d’agression
    • Sur les fiches de signalement, le DG est ok pour que les éléments recueillis dans ces fiches soient exploités ; souhaite que les fiches restent anonymes car certains agents ne souhaitent pas être contactés par diverses personnes.
    • Souhaite que les agents se saisissent de la possibilité de faire des fiches Lisa pour que la tolérance Zéro s’applique
    • La DG est intéressé par les expériences de mise en place de médiateur (a été testé dans des agences de Marseille)

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

CSEC du 26 janvier 2021

Publié le par CFE-CGC Métiers de l'Emploi

Le Conseiller référent indemnisation

La Direction précise d’abord que suite à cette information, l’avis du CSEC interviendra en février.

Chaque agence en fonction de son niveau d’avancement, décidera de la meilleure période de déploiement du CRI entre avril 2021 et mars 2022.

Le DGARH évoque que ce déploiement se réalisera donc par palier en fonction des situations territoriales, des compétences disponibles et de l’avancée du projet.

Avant même d’entrer dans les échanges, la CGT-FO se déclare être fondamentalement contre ce projet…

Les questions de la CFE-CGC et les réponses de la Direction :

 

  • Pour débuter, une question triviale mais qui devrait nous apporter une réponse éclairant : est-ce que tous les GDD deviendront des Conseiller référent indemnisation ?

La Direction générale annonce que tous les GDD deviendront des CRI à terme. Elle ne rajoute que ce projet a pour vocation de mettre en valeur les compétences des agents GDD.

  • Les diagnostics agence déboucheront ils sur un rééquilibrage charges / ressources / compétences ? Les cartographies de compétences par agence nourriront elles des diffusions de postes BDE pour permettre ce rééquilibrage ? Un réel dialogue aurait-il lieu au niveau des territoires entre les directeurs d’agence et leur DT pour établir un niveau de ressource nécessaire minimum pour déployer le CRI ?

Le DGA RH précise que ce projet n’impactera pas le niveau de ressource global de GDD au sein de PE ; la pro-activité recherchée devrait amener satisfaction et gain d’efficacité. Les 7.300 GDD deviendront des CRI. Il est essentiel de s’interroger d’abord sur le niveau de compétences de chacun pour savoir si chacun a le niveau nécessaire pour devenir un CRI ; Il considère que les autodiagnostics gestion des droits permettront d’affiner notre connaissance des compétences des agents. La DG incite ainsi les GDD à réaliser ces auto-diag et de développer ses compétences manquantes ou insuffisantes.

 

  • Une question directe et simple mais essentielle : Quelle est la taille de portefeuille qui est préconisée ?

La DG rappelle d’abord qu’on ne peut comparer un portefeuille ; Le volume moyen est de 700 DE sur les agences de l’XP ; En revanche, par semaine, en moyenne, c’est environ 30 dossiers qui sont examinés par le CRI.

 

  • Prévoyez-vous aussi de bloquer à un nombre maximum de DE en portefeuilles ? Pas de réponse

 

  • Comment le calcul de la taille des portefeuilles a-t-il été réalisé ? quels éléments avez-vous pris en compte ? Pas de réponse

 

  • Avez-vous des projections concernant les portefeuilles par région ?

Quand un GDD se voit affecter une DAL, il devient le CRI du DE en question ; en même temps, le niveau de l’expertise du GDD va être pris en compte lors de l’affectation automatique des dossiers.

 

  • Sur le sujet du volume des Portefeuilles, les particularités locales, l’environnement socio-économique des territoires sera-t-il pris en considération (avec pour exemple des forts taux d’intérimaires ou assistantes maternelles, la présence de travailleurs frontaliers) ? pour rappel, la CFE-CGC était intervenu sur ce sujet lors de la Trajectoire GDD et nous souhaiterions que ce point soit enfin intégré à la réflexion, car il pèse réellement sur les charges de travail qui peuvent donc différer d’un territoire à l’autre. Pas de réponse

 

  • Il est question de « renforcer les compétences pour être plus proactif et moins réactif ». Il est aussi question de « Maintenir un haut niveau de qualité de l’indemnisation grâce à l’expertise des conseillers et à des outils plus performants ». Comment concrètement cela va se traduire, par quels moyens, quelles formations et dans quels délais ? Pas de réponse

 

  • Quels sont les DE concernés par le projet : tous les DE en stock (en et hors portefeuille) ou seulement ceux en portefeuille ?

L’alimentation des portefeuilles va être progressif dans le projet ; au début, seuls les nouveaux DE seront intégrés dans les portefeuilles des CRI, puis l’agence décidera à son niveau de la reprise de stock.

 

  • Les questions de 1er niveau dans le cadre de la gestion globale du compte continueront elles d’être traitées par le conseiller placement ?Pas de réponse

 

  • Avez-vous prévu un processus en cas d’absence de moyenne et longue durée d’un collègue GDD ?

La DG précise que le projet on prévoit d’anticiper les impacts des absences, notamment avec :

    • Possibilité de suspendre le portefeuille CRI, plus aucun DE sera affecté
    • De même ses mails seront routés vers d’autres GDD de l’agence
    • Chaque GDD pourra aller puiser dans les mails de leurs collègues

Sur la mutualisation, demain, lorsque le CRI s’installera, en fonction des paliers, le projet prévoit une progressivité avec d’abord :

    • une information au DE par mail quant à son rattachement un CRI ;
    • puis sur le palier 2 avec « l’accompagnement des moments clefs », l’activité de l’agence reste mutualisé ;
    • enfin sur le palier 3, on a alors une approche globale du compte du DE par le CRI.

Pour autant, l’XP montre que, quel que soit le palier, la mutualisation reste possible et est même encouragée par la DG pour faire face, notamment, à la saisonnalité.

  • Quels outils de suivi avez-vous prévu pour les managers ?

Avec l’outil d’affectation, majoritairement, les DE seront affectés de manière automatique ; ce qui n’empêche pas de réaliser des réaffectations de manière occasionnelle.

  • Le projet prévoit-il que les collègues GDD gèrent l’intégralité du compte du DE ? Dans cas quelles conséquences sur les activités ? Revient-on à la gestion globale du compte?

Effectivement, pour la DG, l’enjeu est de retourner vers une gestion globale du dossier quand il repère de manière pro active les éléments à prendre en charge.

  • Si gestion globale, les CRI devront-ils être formés sur toutes les activités comme par exemple  les Trop Perçu, ce qui n’est pas le cas partout ?  Pas de réponse

 

  • Sur certaines régions, les Plateformes de production ont récupéré l’activité de traitement des DAL ASS et questionnaires ressources ASS, les CRI auront-ils dans ce cas malgré tout l’ASS en charge ?

Chaque DE allocataire de l’ASS aura lui aussi un CRI.

 

  • MEVO seront traités par le CRI, ceux arrivant par le biais du 3949 (dans ce cas c’est l’agent du 3949 qui les rappellent ?) ou pourront-ils laisser des messages à leur CRI directement ?

Affectation des messages directement vers le conseiller GDD qui sera son conseiller référent indemnisation.

 

  • CRI pour le modèle 2 : les assistantes maternelles qui pourraient avec des questions autres que celles en lien avec l’indemnisation, auront-elles malgré tout un conseiller emploi référent?  Pas de réponse

 

  • Est-ce que le conseiller qui peut déjà être contacté devra, comme les conseillers emploi, proposer des plages de RDV dans PRDVL ?

Oui à terme, mais seulement dans une seconde phase et pas immédiatement dans le déploiement à venir sur les prochains mois.

 

  • Page 13, il est question d’outils pour le conseiller : Lesquels précisément ? ​​​​​​​Pas de réponse

Publié dans csec

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 > >>