Présentation

  • : CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  • : Facile d'accès, ouvert à tous, ce blog est fait par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi, pour vous informer au quotidien, de ce qui se passe dans Pôle Emploi.
  • Contact

Adhérer

Rejoignez-nous en 1 clic !

 

Bulletin d'adhésion
Mandat de prélèvement SEPA
Les statuts du syndicat

Suivez-nous sur...

Page Twitter de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi
  
Page facebook de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi

 

Votre région

Cliquez sur la carte 

France DOM 200 bleu 4Vous souhaitez prendre contact avec un de nos élus ou représentants dans votre région, envoyez-nous un mail à :
syndicat.cfe-cgc@pole-emploi.fr

Calendrier

Calendrier social 2017 (màj 08/03/2017)

 

Adresse postale

CFE-CGC Métiers de l'Emploi
38 rue des frères Flavien
75020 Paris

Élections 2016-17

25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 12:16

1. Approbation du PV du 10 mai 2017 :
 

 

  • PV du 30 mai 2017 : adopté à la majorité (2 abstentions du SNAP )
  • PV du 14 juin 2017 : non encore finalisé, reporté

 

2. Note d’instruction relative à l’usage des réseaux sociaux au sein de Pôle emploi :
 

Pour la Direction, il était important de stopper tout suivi entreprise et de DE via les réseaux sociaux, mais aussi d’alerter les agents sur les risques liées à leur utilisation. 


Cette note a pour vocation de rappeler les bonnes pratiques au plus grand nombre car il y a une appétence pour les réseaux sociaux de l’ensemble des collaborateurs et il faut trouver un équilibre entre autonomie et respect des règles (confidentialité, éthique, droit à l’image, sécurisation des données…). 


Il est rappelé que les ouvertures de comptes individuels à vocation professionnelle ne peuvent se faire que sur la base du volontariat. 


La Direction précise qu’un accompagnement existe pour la bonne utilisation des réseaux sociaux, avec l’appui de la DG Communication, des services communication des établissements régionaux ainsi qu’avec la formation.


1ère Intervention de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi considère positivement l’arrivée de cette note d’instruction pour cadrer l’utilisation des Réseaux Sociaux. Nous pensons cependant qu’il est nécessaire de la vulgariser, pour rendre ces bonnes pratiques plus accessibles. 

 

  • Y aura-t-il une communication spécifique et adaptée ?

 

  • Quant aux guides, que nous reconnaissons bien construits et intéressants, serait-il possible de les rendre plus directement accessibles, car à cet instant, il nous semble perdu dans une masse d’information sur l’intranet, parfois dans des espaces différents.

 

  • Pour notre organisation syndicale, les comptes personnels et professionnels sont souvent liés, la frontière est quelque fois très petite, il faut être vigilant sur ce point et bien rappeler de ne pas confondre les deux et de ne pas utiliser son compte personnel comme un compte professionnel.

 

  • Sur la fermeture des comptes, pour la CFE-CGC, ils ne le sont jamais réellement, contrairement à ce qui est avancé par la note. Ils sont le plus souvent suspendus, pour nous c’est un risque. Existe-t-il aujourd’hui des liens et contacts avec Facebook pour peut-être envisager un « nettoyage ». 

​​​​​​​

  • En termes de formation, est-elle réservée à ceux qui ont des comptes ou envisage-t-on de former beaucoup plus largement le personnel ? Y aura-t-il des démultiplications ou informations en région ? 

​​​​​​​

  • La CFE-CGC interroge la Direction Générale sur la stratégie de PE concernant les Réseaux Sociaux et sa visibilité ? Quelles sont les intentions de la Direction car dans certains établissements, il y a des incitations très fortes quant à l’ouverture de compte Facebook professionnels, on ne parle plus du tout de volontariat ?

 

Réponses DG 


La Direction de la communication réfléchit actuellement sur la question de l’accès à ces guides.


La Direction reconnait la difficulté quelques fois de discerner la dimension pro et personnel ; les collaborateurs parlent souvent de PE sur leur compte personnel.

 
L’objet de la note est de rappeler les règles et les risques encourus à confondre les deux.


La Direction confirme qu’il faut en-effet plus comprendre suspension que clôture de compte.


Cette instruction sera déployée pour une bonne prise en compte auprès du personnel. Une réflexion est en cours, dans un premier temps, en septembre, un tchat sera organisé ; une vidéo sera créée pour diffusion en réunion de service. Les relais dans les services communication joueront également leur rôle.


Jean-Yves Cribier note que ce média doit vivre, on ne peut pas ignorer ces réseaux sociaux et rester à côté sans y participer. L’idée n’est pas uniquement de faire un simple affichage mais bien d’utiliser ce nouvel outil de communication et de vérifier la réelle valeur ajoutée pour la satisfaction des demandeurs d’emploi et des entreprises.

 

2ème intervention de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  • Est-il envisagé de créer un nouvel emploi au sein de PE, spécifique quant à l’expertise nécessaire à ce nouvel acte métier au sein de notre établissement et plus particulièrement dans les services communication des régions, un poste de « community manager ».


Le DGA RH précise qu’il n’y aura pas de création de poste de Community manager pour le moment ; c’est une charge qui repose sur le service communication avec les expertises qui existent déjà. Tant que ce média ne prend pas plus d’importance, ce choix ne sera pas fait.


La Direction informe de l’existence d’une cellule de veille nationale sur les comptes officiels des agents de Pôle emploi afin de vérifier et modérer des expressions. Pour Jean-Yves Cribier, si une agence crée un compte, elle doit être en capacité de la gérer sur le temps (veille, alimentation, réponses aux usagers…).


La Direction Générale reconnaît qu’elle manque encore de recul pour bien estimer la plus-value de ces réseaux sociaux. C’est un média complémentaire à ce que Pôle emploi existe déjà mais sans vouloir en faire un outil unique. Il est nécessaire de prendre du temps pour mesurer l’ampleur de cet engouement.

 

3ème intervention de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

  • Alerte sur l’aspect chronophage de l’utilisation de ces réseaux sociaux ; si on ouvre un compte, il est nécessaire de l’alimenter et d’assurer une veille fine, pour la CFE-CGC, il est nécessaire de bien porter cette dimension auprès des utilisateurs. Dans ce sens, nous considérons qu’il pourrait être nécessaire de renforcer les ressources des services communication. 

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

  • Sur le point des compétences nécessaires, pour la CFE-CGC, de nouvelles compétences apparaissent : quelle valorisation, repérage, prise en compte ?

​​​​​​​

  • Quels liens avec nos partenaires les plus proches sur le sujet, quels échanges avec les institutions proches de nous ?

 

Jean-Yves Cribier estime qu’il est trop tôt pour mesurer les « retombées » de ce nouveau média, donc les investissements humains et temps seront limités. 


Oui, la Direction reconnaît que des compétences se développent, se créent ; il est donc nécessaire de les repérer, lors des EPA et de les valoriser à terme. Elle précise pourtant, les « muscler » en compétences, oui, mais pas en moyens humains.


Concernant cette question de benchmarking, la Direction a constaté qu’une fourchette assez large existe quant à l’utilisation de ces réseaux sociaux. Ce peut être de la diffusion d’informations, de l’expression avec un cadrage fort jusqu’à une utilisation très libre, sans charte ni conseil sur de bonnes pratiques. Depuis peu, face à cette déferlante de réseaux sociaux, les entreprises ont tendance à s’organiser pour mieux cadrer, « normaliser » cette utilisation, tant en matière d’éthique que de charte graphique.

 

3. Consultation sur la Politique Sociale – séance d’information :

 

La Direction rappelle que la Politique Sociale de PE s’inscrit dans la stratégie nationale et est structurée autour du contrat social.


Jean-Yves Cribier pointe des faits marquants qui sont à noter et qui concernent la politique sociale de Pôle emploi depuis quelques années :

 

  • L’élaboration et la mise en place du référentiel métier
  • La refonte de l’offre de services en développement RH
  • La généralisation des EPA et EP
  • La mise en place des comités carrières 
  • La mise en place de programme pluriannuel de formation 
  • La création de l’Université Pôle emploi et la réorganisation des campus
  • La négociation des accords QVT et GPEC
  • L’installation d’indicateurs de performance sociale

 

Sur le second semestre de 2017, PE s’engagera sur :

 

  • Le déploiement de SIRHUS
  • La préparation d’une négociation sur le renouveau du dialogue social
  • Une nouvelle négociation de la classification des emplois
  • Une démarche relative au « nouveau pari de la confiance » 
  • La Direction Générale propose de découper cette consultation en deux parties :

 

  • 5 septembre 2017 : étude des champs emploi et compétences
  • 6 septembre : condition de travail et dialogue social suivi du recueil d’avis en fin de séance.

 

La CFE-CGC sollicite auprès de la Direction, en complément de données, les résultats 2016 du Baromètre social et de l’indicateur QVT.

 

4. Information sur la mise en œuvre de l’accueil des demandeurs d’emploi déficients auditifs :

 

L’objectif de ce projet est de permettre un meilleur accueil physique des DE déficients auditifs dans les agences et points relais de Pôle emploi grâce à la mise à disposition de dispositifs adaptés.


Les enjeux sont d’améliorer l’accessibilité de PE, de renforcer la personnalisation de nos services et de renforcer l’efficacité opérationnelle.


Comment ?


Grâce à une solution proposée par la société ACCEO (Plateforme d’opérateurs spécialisés) qui est disponible à distance pour une communication en temps réel.

 

  • Pour les personnes sourdes : utilisation d’une tablette dédiée à l’utilisation du service (mise en relation instantanée permettant l’interprétation en langue des signes française ou une transcription instantanée de la parole avec un affichage dédié).​​​​​​​

 

  • Pour les personnes malentendantes : utilisation d’une Boucle d’Induction Magnétique (BIM) portative (élimine les parasites sonores et facilite l’audition des malentendants appareillés.

 

Une phase de test est menée sur l’ensemble des agences de la région Hauts de France actuellement.


Un déploiement progressif est prévu à partir de la mi-novembre de cette année, avec une ouverture de service pour le début d’année 2018.


Un accompagnement du réseau sera réalisé, auprès de la ligne managériale, les correspondants SI, suivra une appropriation par les CLI et RRA, avec pour finir une démultiplication auprès des conseillers

 

Intervention de la CFE-CGC :

 

  • La CFE-CGC se félicite d’un tel projet en direction d’un public en difficulté. Nos questions :

 

  • Quel est le volume de DE dans cette situation de handicap ? 

 

  • Pourquoi le choix de la Plateforme ACCEO ?

 

  • Quel est le coût de cette opération ?

 

  • Quel accès à ce service pour les usagers hors métropole (DROM)? Que sera-t-il prévu dans le temps ?

​​​​​​​

  • Pour la CFE-CGC, la formation proposée nous apparaît trop courte. Nous pensons qu’il serait nécessaire de répéter chaque année, par exemple, des formations – sensibilisations pour être à l’aise avec l’outillage.

​​​​​​​

7 % de la population française est atteinte de ce handicap.


On peut estimer cette population de demandeur d’emploi autour de 7 à 8.000.


Coût des tablettes + accès au service (200.000 euros).


Un financement FSE pourrait être obtenu.


La Direction précise que pour le moment, le prestataire ne peut assurer le service sur l’ensemble d’une plage horaire qui serait plus étendu.


Au sein de la DSI, un service d’une douzaine d’agents connaissant ce handicap existe et utilise cette solution technique, avec une réelle satisfaction.


La Direction note notre remarque et la prend en compte.

 

5. Désignation d’un représentant CCE pour participer à la journée de sélection des agences engagées dans la démarche « Nouveau Pari de la Confiance » :

 


La Direction accepte le principe de faire participer le CCE dans la démarche en l’ouvrant finalement à 2 de ses représentants. 


La CFE-CGC réaffirme son intérêt à la démarche du « Nouveau pari de la confiance », de plus réaffirme l’importance de la présence de deux « sensibilités » différentes du CCE au sein du jury.

Un élu du SNU et de la CFDT est désigné.


 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 08:45
  1. Approbation des PV des 30 mai et 14 juin 2017.
  2. Présentation de l’instruction relative aux réseaux sociaux.
  3. Consultation sur la politique sociale : présentation synthétique des documents, organisation du déroulé du CCE des 5 et 6 septembre, recueil des questions.
  4. Information sur le projet ADEDA (Accueil des Demandeurs d’Emploi Déficients Auditifs).
  5. Désignation d’un représentant du CCE pour participer à la journée de sélection des agences engagées dans la démarche « Nouveau Pari de la Confiance ».
  6. Questions diverses.
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 12:54

Le SNAP lit une déclaration sur la délivrance de l’offre de service cadre ; après s’être abstenu lors du vote au dernier CCE, le SNAP déclare être CONTRE ce projet…trop tard ! Monsieur Cribier insiste sur la question de la cohérence de l’organisation syndicale en question, rappelant que le vote ne pourra évidemment pas être modifié…


Déclaration du SNU sur la situation au sein de l’Etablissement Corse où un mouvement social est en cours depuis une semaine. 


La CFE-CGC Métiers de l'Emploi intervient sur la situation que vit Pôle Emploi corse en ce moment.


1. Approbation du PV du 10 mai 2017 :


Approbation à l’unanimité du PV.


2. Recueil d’avis sur le projet de décret concernant d’application de l’accord GPEC aux agents publics :


Ce projet de décret est de format simple et son sujet est indemnitaire. Avant d’être remonté auprès des services du 1er ministre, cette proposition de décret doit connaître un processus de consultation, d’abord en CCE puis au Conseil d’administration de Pôle emploi, prévu le 28 juin 2017. Le texte sera alors mis à la signature de Matignon.


Par ailleurs, un décret statutaire est en cours de construction et qui concerne les agents publics sous statut 2003 ; celui-ci passera en Conseil d’Etat et intégrera de plus importantes évolutions GPEC suite aux concertations réalisées avec les Délégués syndicaux centraux de Pôle emploi.


17 votants, le SNU ne participant pas au vote :

 

  • 10 FAVORABLES (3 CFE-CGC / 4 CFDT / 3 CFTC)
  • 5 ABSTENTIONS (1 SNAP / 4 FO-CGT)
  • 2 DEFAVORABLES (2 CGT)


La CFE-CGC Métiers de l'Emploi a voté POUR ce projet de décret, d’abord par mesure d’équité et afin de ne pas rallonger les délais de traitement de ce texte. Par ailleurs, pour notre organisation syndicale, nous regrettons la disparition du CICA, vraie reconnaissance de compétences et d’investissements des collègues ; cette décision, dans la dynamique affichée du nouveau pari de la confiance, et même d’ailleurs de l’ancien, manque de cohérence.


3. Information en vue d’une consultation sur les évolutions de procédure de recrutement externe :


Les objectifs principaux pour la Direction sont :

 

  • Harmoniser les pratiques

 

  • Garantir un processus non discriminatoire

 

  • Contribuer à l’image employeur


Les orientations retenues :

 

  • Maintien des principes de déconcentration et de fonction RH partagée en conservant le manager au cœur du processus

​​​​​​​

  • Recentrage des rôles de chacun sur son expertise 

​​​​​​​

  • Pas de distinction dans le recrutement d’un CDI ou d’un CDD

​​​​​​​

  • Une approche de recrutement par compétences

​​​​​​​

  • Travailler sur la marque employeur et le SI PE (SIRHUS, site institutionnel)


Pour la Direction, le recrutement externe doit s’articuler avec l’instauration de la démarche GPEC, s’appuyer sur la réforme territoriale pour homogénéiser les pratiques et maintenir la déconcentration, renforcer la fonction RH partagée par la complémentarité des regards manager et RH.


1ère intervention de la CFE-CGC Métiers de l'Emploi :


Les enjeux sont louables, tant sur l’équité, l’harmonisation et le développement de la notoriété marque employeur, cependant nous trouvons dommage que sur le niveau de qualification nécessaire, le sujet de la VAE ne soit pas intégré ; quid de la solution SERIOUS GAME et alerte sur les questionnaires d’évaluation en ligne.


Refus de la Direction générale d’apporter les réponses.


Une suspension de séance est demandée.


Après une suspension de 30 minutes, le DGARH décide de suspendre toute information et de ne pas répondre aux différentes questions posées lors de cette séance, puis de convoquer les DSC pour concertation.


4. Questions diverses 

 

  • Mayotte et retraite complémentaire IRCANTEC : il n’existe pas de régime sur ce territoire ; malgré tout, des négociations se sont engagées. La DG traite ce sujet depuis plusieurs années et est en relation avec les ministères compétents. Une évolution légale a été nécessaire pour adapter le régime de retraite. La DG souhaite engager une régularisation des situations des agents dans leur intérêt.

 

  • JY CRIBIER, suite à la question du SNU, précise qu’il n’y a pas de mouvement de directeurs régionaux prévu.

 

  • Alerte de CGT-FO sur le paiement de service d’un site via l’EMPLOI STORE de Pôle emploi (www.beepjob.fr).

 

  • La CGT lit une déclaration du STC. 

 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 15:00

1. Consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux  demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».

 

Cette consultation fait  suite à présentation du 31 Mai. 

 

Vote :

  • POUR : CFDT
  • ABSTENTION : SNAP, CFTC
  • CONTRE : CFE-CGC Métiers de l’Emploi, CGT, FO, SNU


Explication de vote CFE-CGC Métiers de l’Emploi


A différentes reprises au cours de ces dernières années, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi a déploré l’absence de solidité et de continuité dans les choix de Pôle emploi (de l’ANPE auparavant) en matière d’offre de services délivrés aux demandeurs d’emploi cadres.


Les soubresauts des décisions de l’opérateur ont trop souvent conduit au constat d’un réseau peu visible d’agences ou d’équipes dédiées à l’emploi des Cadres, isolées et en quête de reconnaissances.

 

Le projet d’adaptation présenté au CCE a le mérite de vouloir clarifier une situation qui nécessite sans aucun doute d’être revue et perfectionnée. Pour autant, la mise en cohérence de ce dispositif avec la stratégie de Pôle emploi (cf. principes directeurs OSPP de 2016) pouvait privilégier d’autres solutions que celles retenues !…

 

La CFE-CGC Métiers de l’emploi ne peut cacher sa déception et sa non-adhésion par rapport à ce projet qui privilégie un seul des principes directeurs OSPP - « conforter le rôle central de l’agence de proximité » - et cela au détriment du renforcement de la personnalisation des services.

 

En effet, la CFE-CGC Métiers de l’emploi considère que la fin programmée des agences et équipes dédiées aux DE cadres est plus synonyme de régression que de progrès dans la personnalisation des services destinés à ce public.

 

D’autres voies permettant d’atteindre l’objectif affiché d’une couverture à 100 % du territoire, auraient pu être empruntées, par exemple

 

  • le maintien des agences dédiées dans les zones à forte densité de DE cadres avec renforcement de leur cohérence d’implantation avec le réseau APEC,

  • avec la création, au sein des agences de proximité pour les zones dépourvues d’agences dédiées, d’un accueil spécifique pour cette population.

 


De telles solutions n’ont pas été retenues, au profit d’une « standardisation » de notre offre de services.

 

Par ailleurs, la séance d’information consacrée au projet, n’a pas apporté de réponses claires et précises concernant ses modalités de déploiement.
De même, les mesures d’accompagnement des personnels concernés (conseillers cadres et ELD ) ou de désignation des nouveaux conseillers cadres restent floues au terme de ce processus d’information – consultation.

 

Enfin, pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi, la rupture d’égalité de traitement dans le cadre de la mise en œuvre de la convention APEC  à l’attention des demandeurs d’emploi cadres des DROM et de la Corse par rapport aux demandeurs d’emploi métropolitain n’est pas acceptable.

 

Pour les raisons qui viennent d’être évoquées, la CFE-CGC Métiers de l’emploi a décidé de rendre un avis négatif sur ce projet qui risque de renforcer un sentiment grandissant parmi les conseillers cadres : celui d’une banalisation de leur activité et d’une non prise en compte de leur expertise acquise au fil des années.

 

Paris, le 14 juin 2017

 

2. Consultation sur la situation économique et financière de Pôle Emploi.


Vote :

  • PAS DE POUR
  • ABSTENTION : CFE-CGC Métiers de l’Emploi, CFTC, CFDT
  • CONTRE : CGT, FO, SNAP
  • Le SNU ne participe pas au vote.

 

Faits marquants 2016 : 

 

  • mobilisation pour plan   500 000 sur le budget d’intervention /
  • montée en charge accompagnement global (965 ETP cette année) 
  • la formation interne 
  • la DSI pour la transition numérique
  • la poursuite du plan de maîtrise des dépenses  

 

Le budget 2016 a été voté en déficit de 89 millions d’euros car besoin de financement du plan 500 000.

 

Le budget 2017 a été voté par le CA à l’équilibre mais sans prendre en compte la prorogation du plan 500 000 (le plan 165 000) car pas de visibilité sur cette prorogation et sur le CPD au moment du vote.

 

Sur le budget et plus globalement sur la situation économique de l’établissement on peut avoir des inquiétudes sur :

 

  • La stabilité et la pérennité de nos financements.
    • La convention d’assurance chômage prévoit une renégociation   de la subvention de 10% des cotisations encaissées à N-1 lors des discussions de la prochaine convention tripartite. Au demeurant cette base peut elle-même poser question puisque plus il y a de chômeurs, moins il y a de cotisations et plus il y a de travail et de nécessité à intervenir.

 

  • Les projets gouvernementaux de financement de l’assurance chômage par la CSG renforcent cette inquiétude puisque de fait l’essentiel de notre base de financement disparaitrait. Nous serons alors sur la seule volonté de l’Etat qui pour l’heure finance une partie de sa politique de formation sur les fonds propre de pôle emploi. A terme cette décision posera encore plus la question du devenir de la filière gestion des droits.

 

  • Une clôture  budgétaire 2016 en déficit de 89.2 M€ et un budget 2017 à l’équilibre mais tronqué de ce qui constitue le plus gros risque faute de visibilité.

 

  • Pour 2016
    • Les comptes sont certifiés sans réserve MAIS avec une observation des commissaires au compte sur la créance de l’Etat (ATA) qui s’amplifie depuis 2015.
    • Le poids du plan 500 000 a eu un impact sur le budget de fonctionnement (le plan a été en partie financé sur le budget de PE par « prélèvement sur le fonds de roulement et annulation de crédits budgétaires portant sur la subvention pour charges de services publics, avec en contrepartie, une diminution des dépenses de fonctionnement ». p5 du doc consultation sur la situation eco et fi de PE.

 

  • Pour 2017 
    • Pour présenter un budget à l’équilibre PE prévoit encore de puiser dans son fonds de roulement. Certes il le fait de façon plus modéré qu’en 2016, mais la continuation du plan 500 000 sur le premier semestre sans information maîtrisée à ce jour est un réel facteur de risque financier.
    • Le budget intervention est largement tronqué. Les soucis connus en 2016 sur le plan 500 000 (dépassement des volumes de prescription) ont entrainé des injonctions contradictoires importantes en direction du réseau. Cette politique de stop and go amplifie les difficultés d’appréhension, d’un système déjà complexe,  par les conseillers en charge de l’accompagnement. Il peut même arriver que les consignes stratégiques et  opérationnelles rentrent en conflit avec les consignes budgétaires.
    • Le budget de fonctionnement hors dépenses spécifiques prioritaires continue à baisser. PE affiche une baisse de 23.8% depuis 2011. 
    • Ceci a des effets sur le quotidien des agents. La pression exercée sur certains postes de dépense aboutit à des décisions caricaturales ou/et absurdes. Pour exemple, une région crée des semaines sans déplacements, il devient ainsi difficile de trouver une salle de Visio sur ces semaines-là, à contrario les véhicules de service restent au garage cette semaine et sont difficiles à réserver la semaine suivante. Autre exemple, pour tout déplacement à la DG il est nécessaire d’obtenir l’aval du CSD (par délégation du cabinet de direction) . Drôle d’idée quand on prône la déconcentration et le pari de la confiance. Enfin, pour ne pas exploser les budgets affranchissement chaque région gèle une partie des courriers, mais pourquoi existent-ils s’ils ne sont pas utiles ?

 

3. Information sur la démarche  « nouveau pari de la confiance ».

 

Pôle emploi engage une démarche qui vise à faire évoluer ses modes de collaboration et son modèle de management. L’objectif est de proposer et expérimenter un modèle renouvelé, qui tire profit de la dynamique engagée autour du tandem responsabilité et pilotage par les résultats. 

 


L’enjeu consiste à soutenir davantage encore l’initiative afin de gagner en performance : vers un modèle plus en confiance, plus agile, plus responsabilisant, plus innovant et plus performant, au bénéfice des demandeurs d’emploi, des entreprises et des agents.

 

Eléments clés :

 

  • Mobilisation accrue de l’intelligence individuelle et collective, 
  • Etre dans une logique d’apprentissage, le droit à l’erreur est accepté, 
  • Embarquer les managers en les incitants et en les aidants à endosser un rôle de facilitateurs. 

 

Démarche :

 

  • Elle s’inspire des derniers courants managériaux et modes collaboratifs.
  • Elle est construite sur le volontariat des équipes (ELD et agents).
  • Elle vise à identifier de l’ordre d’une quinzaine d’agences incubatrices, qui pourront s’appuyer sur les fonctions support et la ligne managériale.
  • Elle s’appuiera sur des propositions de chaque agence pour améliorer la performance. 

 

Afin de favoriser la créativité, et partant des principes que les acteurs connaissent la stratégie de Pôle emploi, sont responsables et ont « carte blanche », il a été convenu de procéder à un cadrage a posteriori, en réaction aux propositions du terrain.​​​​​​​

 CALENDRIER

 

La démarche a été présentée au conseil d’administration le 31 mai. 
Elle fera l’objet d’une information auprès des élus du CCE le 14 juin, puis auprès des CE des établissements engagés dans la démarche. 

 

  • Jusqu’au 12 juillet : envoi des vidéos à l’équipe-projet nationale,
  • 19 juillet : inter-COD : visionnage des vidéos et pré-sélection des agences qui seront retenues pour pitcher,
  • 6 septembre : pitch physique des agences et de l’équipe- projet nationale devant le jury composé des membres de la RMD et de personnalités externes,
  • 7 septembre : RMD : sélection finale des agences,
  • Fin septembre : rencontre de lancement avec les agences retenues (l’ELD et des agents), le CDG, les DR et DT concernés, 
  • 1er semestre 2018 : décision sur le prolongement / élargissement de la démarche. 

 

Une équipe « ressource » nationale sera constituée, associant des compétences internes et externes et un appui méthodologique, notamment pour aider à la créativité, sera proposé aux agences engagées dans la démarche.

 


Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

Intéressant, Positif dans l’idée générale, interrogation est sur le contexte, l’environnement et le risque de freins au changement.
Pour la CFE-CGC Métiers de l’Emploi si cela est intéressant, pour nous il ne s’agit pas comme nos autres collègues de marges de manœuvres supplémentaires mais une autre vision de l’organisation du travail, du travail ensemble, du travail dans un territoire. 

 

  • Quand on parle de nouveau pari de la confiance se pose les questions :

 

  • du bilan du 1er pari de la confiance
  • des liens entre le 1er et ce nouveau pari 
  • des conséquences du 1er sur le 2ème 

 

  • Comment s’inscrit ce pari de la confiance par rapport à la QVT et au baromètre social ?

 

  • Le management collaboratif nécessite un constat de départ pour savoir d’où l’on part ? 

 

  • Pouvez-vous nous donner des éléments de départ en termes de constat ?
  •  
  • Qu’entendez-vous par management collaboratif ? le management collaboratif selon Fougerat et ses 4 piliers ?
  • La confiance  
  • Le choix 
  • La coopération 
  • la convivialité 

 

  • Avez-vous fait un constat sur ces 4 piliers pour voir le chemin à parcourir ?

 

  • Quand vous parlez de cartes blanches aux équipes, dans quel cadre ?

 

  • Pourquoi un cadrage à postériori et quel type de cadrage ?

 

  • Comment va se faire la diffusion de l’info pour une participation des agences avant juillet ?

 

  • Quel appui pour les vidéos, sur quel temps ?

 

  • Quel critères retenus pour les  agences ? A partir de la sélection des agences « pitchées », comment se fait la participation ? Qui participe ?

 

  • Pourquoi ne pas intégrer tous les niveaux dans cette démarche, pour avoir une vraie collaboration ? 

 

Attention un collectif impliqué dans la candidature et pas retenu pourra être très déçu. Mais aussi un collectif qui aura été choisi et qui verra que le projet ne se ressemble pas à ce qu’ils ont travaillé. 
 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 09:04
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 13:48
  1. Consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux  demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».
  2. Consultation sur la situation économique et financière de PE.
  3. Information sur la démarche  « nouveau pari de la confiance ».
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 14:00

Ouverture de séance par Jean-Yves Cribier 10h.

Interventions SNU / CGT / FO

Recensement rapide des questions diverses

 

  1. Information en vue d'une consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».

 

Présentation du dossier par Mickael Ohier

Le lieu de délivrance cadre doit devenir l’agence locale.

Une étude sur les modalités de délivrance de l’offre de service cadre Pôle Emploi a été réalisée.

Résultats de l’étude :

 

  • 330 000 DE qui candidate sur des offres cadres, globalement, ils sont plus autonome que la majorité des DE.
  • 33% vivent en IDF, moins de DELD, ils sont assez âgés et recherchent des emplois assez ciblés et ils sont plus souvent vocation à créer leur propre entreprise.
  • Les structures dédiés à Pôle Emploi, elles n’accompagnent que 11 % des DE Cadres.
  • Les sites et équipes dédiées fonctionnent de manière hétérogène, sur le public concerné, l’offre de service proposée, de plus, l’offre de service est semblable aux autres agences.
  • En revanche, les pratiques professionnelles mises en place dans ces structures témoignent d’une bonne connaissance du public et de leur besoin.
  • Leurs attentes :
    • Offre d’emploi adapté à leur profil, besoin, spécificité.
    • Appétence sur les services en ligne.
    • Recherche de mise en réseau.
    • Démarche assez analytique, des informations sur le marché du travail.

 

Demain :

 

  • Il faut une définition claire de ce qu’est le DE cadre.
  • On pose les principes organisationnels et la mise en œuvre :
    • En pratique ESI dans l’agence de proximité et la liquidation aussi.
    • Ensuite, ils ont une seule agence de rattachement si suivi il sera rattaché à l’agence qui aura le périmètre élargi et si renforcé alors il sera rattaché au conseiller identifié cadre.
  • L’offre de service, on propose une offre de service plus adaptée.
  • Le calendrier, déploiement progressif et différencié.
  • Les territoires sans structures « cadres » dédiées d’ici la fin de l’année mise en place des conseillers « suivi » et des conseillers « dédiés ». Les territoires avec des agences ou des équipes, au plus tard avant la fin du 1er semestre 2018, on remet les collègues dans les agences dans le respect de la CCN.

 

Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

Dans les questions et points d’inquiétude soulevés par le projet :

 

  • Le niveau de l’ODS est de 11.5 % aujourd’hui, certes mais pourquoi ? quel impact de la stratégie de Pôle emploi sur ce taux aussi faible?
  • La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande à ce que la Direction nous donne une réponse claire sur la question de la fermeture des agences spécifiques cadres.
  • Pourquoi pas de focal sur la vision du DE ? Quelle est la vision des DE cadres sur ce changement d’organisation, changement de réception du public… ?
  • Devenir des conseillers des structures dédiées (candidature sur les postes de conseillers « classiques » ouverts dans la BDE au fil de l’eau dans l’attente de l’échéance finale et dans ce cas quelle offre de service pour les DE suivis actuellement par eux ? priorisation de leurs demandes de transfert au sein d’une équipe dédiée sur un bassin ?)
  • Comment va s’opérer la sélection des conseillers dédiés cadre, quel processus, quel cadre pour les régions ?
  • Les conseillers qui sont dans les espaces, équipes cadres seront-ils prioritaires sur les postes suivi, guidé et renforcé cadre dans les agences ?
  • Comment maintenir leurs compétences et leur permettre de poursuivre leur activité ?
  • Quel devenir des managers des ELD cadre ? rien n’est inscrit dans le dossier ? Qu’avez-vous prévu ?
  • aucun cadre ni indication nationale ne nous ait donné, ni dans vos réponses, ni dans votre présentation.
  • Où est le volet impact QVT comme prévu dans l’accord QVT.
  • Qu’en est-il de la capacité immobilière pour réintégrer ces collègues sur les sites ?
  • Offre de service limitée à des services à distance pour les DE en suivi lorsque leur agence dédiée est loin de leur domicile ?
  • Quelle est la capacité de l’APEC à absorber la charge des DE à suivre (on sait qu’ils ont un personnel en nombre restreint) ?
  • Quel pilotage sur le suivi effectué par l’APEC (quels outils, au niveau régional ou territorial) ?
  • Quelles sont les modalités d’information des DE sur le changement de l’offre de service ?
  • Quelle animation transverse, quel réseau d’entraide pour les conseillers « cadres » ?
  • Le calendrier, déploiement progressif et différencié. Comment vous faites vraiment respecter cela ?

 

Réponses de l’établissement

 

  • Convention APEC sera fournie.
  • L’objectif de la DGH est d’avoir une ODS délivré sur l’intégralité du réseau Pôle emploi. Il y aura des conseillers dédiés cadre dans chaque agence du réseau. Délivrance de l’offre cadre sur tout le territoire d’ici fin 2018.
  • Les agences cadres ont vocation à disparaitre ou à se modifier et devenir une agence généraliste avec le modèle cadre national dans l’agence ; d’ici mi 2018.
  • Sélection des conseillers, sur la base du volontariat.
  • Sur l’intégralité du territoire, le modèle devra être mis en œuvre.
  • Des focus groupe de DE cadre ont bien été réalisé pour définir les attentes de ce public.
  • Dans le cadre de la négociation de l’accord avec l’APEC, il est prévu un objectif, sur les 3 ans, de 20.000 DELD orientés + 20.000 jeunes diplômés.
  • Chaque directeur d’établissement aura la main pour organiser ce déploiement, notamment au niveau du processus RH et du calendrier.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi reste convaincue de la valeur ajoutée de Pôle Emploi pour les DE cadres Nous faisons donc une alerte pour que nous ne devenions pas avant tout des prescripteurs d’outils APEC au détriment des nôtres. Comment garder de la pertinence sans être dépendant de l’APEC ?

 

Nous avons le sentiment d’un certain abandon de l’offre de service mais aussi du réseau cadre Pôle Emploi.

 

Nous considérons nécessaire le maintien sur certains territoires et bassins spécifiques des agences et équipes spécifique cadre, même si la volonté d’élargissement de l’ODS est bien évidemment une bonne chose.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi exprime une certaine frustration quant aux réponses apportées et sur le fond même du dossier :

 

  • D’abord, une inquiétude quant à la pérennité de l’expertise développée par les conseillers cadre des équipes et agence jusqu’alors,
  • Ainsi que sur le risque de transformer PE en simple prescripteur des services de l’APEC.

 

 

  1. Information trimestrielle sur la vérification de l’effectivité de la baisse de charge dans le cadre de la trajectoire d’évolution des activités indemnisation.

 

Présentation du dossier par Mickael Ohier

Des visites ont été menées par la DG au sein de 10 agences entre fin mars et début avril 2017 afin de réaliser une analyse qualitative de la perception des conseillers & ELD et d’identifier les différentes pratiques. 

 

Les visites ont été organisées en Bretagne, Ile-de-France et Hauts-de-France (agences de tailles différentes, situées en zones rurales ou agglomérations). 

Ces visites ont permis de mettre en évidence :

 

  • des activités identifiées en baisse (ex : liquidation manuelle des DAL, saisie des AE par les conseillers avec le passage de 150.000 saisies externalisées fin 2015 à 1.2 millions à ce-jour)
  • des activités en changement (ex : gestion de compte)
  • des activités en augmentation (ex : 3949 et mail.net)

Sur les DAL automatisées, le taux de liquidation est à 26% au T1 2017 (identique à fin 2016).

40 % des AE sont saisie par le réseau.

 

La Direction indique « Bien que la baisse de charge liée à l’activité de la gestion des droits soit globalement appréhendée par les conseillers, leur ressenti demeure mitigé à ce stade du fait des difficultés rencontrées sur l’externalisation des AE, qui masquent dans leur esprit une part du bénéfice de l’évolution sur cette activité ».

Montée en charge des PRV 1er RDV)

Sur la question de la proactivité et appel sortants, principalement générée par DPC ; le niveau de proactivité peut être « variable »… impact sur la baisse du volume de l’accueil physique.

 

La Direction Générale estime à environ 19% la baisse de charge sur l’activité indemnisation de manière globale entre T4 2015 et T1 2017; ce niveau est finalement inférieur à ce que les services de la DG avaient pressenti initialement (-22.5%).

 

La Direction Générale évoque une baisse constatée sur les conflits et les rejets sur les AE ETT et des Assistantes maternelles.

Planification de l’activité indemnisation : nombre de jours planifiés a assez peu baissé par rapport aux dernières mesures, par contre le nombre de profils s’est réduit. Toujours autant de temps mais plus souvent les mêmes agents.

 

L’objectif est d’analyser à maille fine les évolutions des charges GDD dans les agences afin d’envisager, en fonction de la réalité du terrain, des actions de formation.

 

Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

Page 8-9-10 du document :

 

  • La part des DAL liquidées automatiquement est de 26%. Quelle est la part en pourcentage des admissions sur ces 26% ?
  • Au dernier trimestre 2015, on fait mention de 24 507 DAL liquidées automatiquement qui représenterait 1% des décisions automatiques pour 100 dossiers liquidés : pouvez-vous nous confirmer que le nombre de rejets-reprises automatiques ne serait pas plus de 24 507 sur ce trimestre, ce qui représenterait seulement 34 liquidations automatiques par jour pour un territoire comme le Grand Est ? Ce chiffre me semble nettement sous-évalué et la baisse de charge liée à la liquidation automatique aurait alors moins d’impact.
  • Quel est le nombre de revalidations de droits généré par l’externalisation des attestations employeur ? Cette charge n’est mesurée nulle part et devient pourtant prégnante du fait de l’augmentation du nombre d’attestations employeur traitées par le sous- traitant, ce qui provoque des droits en réexamen.

 

De manière plus générale, est ce que la gestion des indus fait encore partie de l’activité indemnisation ou est-il également prévu d’externaliser totalement cette activité ? En effet, il n’en est fait mention nulle part alors que le seuil de la contrainte généralisée depuis octobre 2016 est à 77 euros alors qu’auparavant les régions passaient les indus en non-valeur pour des montants beaucoup plus élevés : il n’y avait alors aucune poursuite par un huissier pour des montants inférieurs à 600 euros voire 1000 euros pour certains territoires.

 

Si la gestion des indus est encore un sujet traité par les agents indemnisation pouvez-vous nous dire :

 

  • Quel est le nombre de contraintes envoyées au national par région ? par territoire ?
  • Quel est le nombre de contraintes en attente de validation à ce jour par région ? par territoire ?
  • Comment se fait-il que certains territoires n’aient encore envoyé quasiment aucune contrainte sur des indus RAC depuis février 2017 ? Est-ce pour augmenter le taux de satisfaction des DE lié au suivi de l’activité indemnisation ou est-ce que cela présage d’une gestion des contraintes et de suivi des indus externalisé confiés aux huissiers ? Où est la proactivité des conseillers indemnisations sur le sujet dans ce cas ?
  • Quel est la part de démarche active de recouvrement dans les agences ou en plateforme ?

 

  1. Information complémentaire sur l’expérimentation  ODS suivi/ guidé/ renforcé.

 

Intervention CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi alerte la Direction sur le risque de déqualification des collègues en suivi qui ne feraient plus d’ESI, a contrario les collègues en guidé et renforcé n’ont plus en charge les animations collectives.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande des précisions sur la démarche Regards nouveaux ?

La Direction générale nous informe que ce dispositif rentre dans le protocole d’évaluation. Il s’associe à une sorte d’échange de pratique.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi demande s’il y a une recommandation quant à la taille des portefeuilles ?

Non, l’enjeu est de rester uniquement sur une analyse qualitative dans le cadre de la mise en œuvre de cette expérimentation.

 

La Direction précise qu’un guide méthodologique est en cours de construction. Elle réaffirme que la notion de portefeuille mixte ne rentre pas dans le cadre de l’expérimentation.

Enfin, la DG nous informe que l’expérimentation se terminera fin mars 2018.

 

  1. Information complémentaire sur l’expérimentation TPE, PPE et ciblage entreprise.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi s’interroge sur l’outil de ciblage qui sera à la disposition des conseiller dédiés entreprise, la Direction peut-elle nous apporter des précisions ? Qui aura les habilitations ?

L’idée est de mettre à dispo cet outil sur le bureau métier, avec un nombre d’habilitation limité par agence, pour l’ELD et les conseillers.

 

  1. Mise en place de la commission économique du CCE.

Election du Président de la commission Economique du CCE

 

2 candidats :

 

  • Lionel DUBOURG (Grand EST / CFE-CGC Métiers de l’Emploi) : 9 voix POUR (CFDT, CFE-CGC Métiers de l’Emploi) : Elu Président de la Commission Economique du CCE au bénéfice de l’âge

 

  • Franck ROHOU (Occitanie / SNU) : 9 voix POUR (SNU, CGT, FO) : NON élu

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi propose comme membre Monsieur Alain BENJAMIN (Guadeloupe).

 

  1. Questions diverses.

Question CFE-CGC Métiers de l’Emploi

On entend en région que le nombre de contrôles réalisés serait multiplié par 5 voire par 10 par Pôle Emploi. Info ou Intox ? Si info, quel est le calendrier de déploiement et les moyens alloués pour la réalisation de ces contrôles ?    

Réponse établissement :

Pas de changement par rapport au dispositif actuel, si des modifications devaient intervenir, une information sera faite.

Pouvez-vous nous confirmer que pour pouvoir candidater sur les postes de télétravail, il est demandé une connexion Haut débit et non pas très haut débit comme l’exige certaines régions.  

Réponses de l’établissement :

La DG confirme qu’il s’agit bien du haut débit pour pouvoir télé-travailler et non pas du très haut débit. Un rappel a été fait aux établissements.

 

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 12:12
  1. Information en vue d'une consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».
  2. Information trimestrielle sur la vérification de l’effectivité de la baisse de charge dans le cadre de la trajectoire d’évolution des activités indemnisation.
  3. Information complémentaire sur l’expérimentation  ODS suivi/ guidé/ renforcé.
  4. Information complémentaire sur l’expérimentation TPE, PPE et ciblage entreprise.
  5. Mise en place de la commission économique du CCE.
  6. Questions diverses.
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 13:00
  1. Intervention du Directeur Général.

 

Le Directeur Général renouvelle le souhait d’un dialogue social apaisé et constructif en espérant que le CCE sera un lieu d’échange.

Il rappelle son souhait de transparence dans nos échanges.

Celui-ci insiste aussi sur la confidentialité  liée à cette instance, il invite donc les élus et représentants à respecter ce caractère confidentiel.

 

Point sur la stratégie de Pôle Emploi

 

5 éléments centraux :

 

  • La volonté avec Pôle emploi 2015 de mettre en place d’avantage de moyens pour ceux qui sont le plus en difficultés (500 000 demandeurs d’emplois  suivis de manière intensives soit 33% des conseillers accompagnement intensif dans ses différentes formes), en 2011 seulement 120 000 DE suivi de manière intensive principalement suivi par les OPP.

 

  • Inscrire nos démarches dans une logique de personnalisation. Cela a été le cas avec les entreprises et l’offre de service entreprise. Au niveau des DE l’évolution a été la plus significative avec la mise en place du conseiller référent.

 

  • Le numérique (virage numérique) cela a commencé par l’agrégation des offres aujourd’hui 700 000 offres sur Pôle Emploi.fr, puis l’agrégation des services tout en faisant attention à la fracture numérique. Des travaux ont aussi été menés pour développer des relations avec le monde des START up. L’ouverture des données est une stratégie ambitieuse fortement portée par la DG.

 

  • Du point de vue interne, développement de la spécialisation. On a commencé avec le contrôle à la recherche d’emploi, puis l’entreprise avec un succès rapide et un fort taux de satisfaction, distinction indemnisation  / conseil et puis le CEP. Cette spécialisation est assez importante mais il faut s’attacher à ce que l’on n’aboutit pas à reconstituer au sein des agences des barrières.

 

  • Le management, deux piliers indissociables, la déconcentration en donnant aux responsables locaux le maximum de moyens dont la contrepartie et le pilotage par les résultats avec 14 indicateurs qui sont connus par le réseau. En transverse, il y a eu une volonté de politique sociale avec des moyens sur la formation, l’université du management.

 

Un travail inabouti sur le cadre social, avec une classification qui va devoir être remise sur le tapis mais on va attendre l’arrêté de représentativité de branche.

La nouvelle équipe gouvernementale devrait être en cohérence sur les sujets de l’emploi, la formation, le bilan de compétence. Un débat est à venir sur le contrôle de la recherche d’emploi et la réforme de la recherche d’emploi, cela posera la question du budget de Pôle Emploi qui devrait dépendre plus du budget de l’état.

 

  1. Installation du CCE et information sur son fonctionnement.

 

Information donnée par Dominique Blondel sur les règles de fonctionnement du CCE

 

  1. Election du secrétaire.

 

2 candidats :

  • Gilles BLANCHARD (ARA/ CFDT) : 10 Voix POUR (CFDT, CFE-CGC, CFTC, SNAP) : Elu Secrétaire du CCE
  • Yann RENAUD (Pays de la Loire / FO) : 9 Voix POUR (FO, CGT, SNU) : NON élu

 

  1. Election du secrétaire adjoint.

 

2 candidats :

  • Philippe L’ESPRIT (DG / CFE-CGC) : 10 Voix POUR (CFDT, CFE-CGC, CFTC, SNAP) : Elu Secrétaire adjoint du CCE
  • Delphine CARA (Pays de la Loire / FO) : 9 Voix POUR (FO, CGT, SNU) : NON élue

 

  1. Information sur la Base de Données Unique.

 

Information donnée par Dominique Blondel

 

  1. Information sur la désignation du nouveau CIL.

 

Document remis dans le dossier CCE

 

  1. Information sur les chantiers en cours entamés avec le précédent CCE.

 

Document remis dans le dossier CCE

 

Fin de la séance à 15H

 

  1. Information complémentaire sur l’expérimentation  ODS suivi/ guidé/ renforcé

 

Reporté au 30 mai

 

  1. Information complémentaire sur l’expérimentation TPE, PPE et ciblage entreprise

 

Reporté au 30 mai

 

  1. Information en vue d'une consultation sur le projet « Adapter notre délivrance de services aux demandeurs d’emploi en recherche d’un emploi « cadre ».

 

Reporté au 30 mai

 

  1. Questions diverses.
Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 12:03

Comité Central d’Entreprise / Pôle emploi
Séance d’installation

10 mai 2017

Déclaration de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi

 

 

 

Monsieur le Président du Comité Central d’Entreprise,
Mesdames, Messieurs,
Chers Collègues,

 

Nous sommes réunis ce jour pour l’installation du nouveau CCE de Pôle emploi.


Dans la construction permanente du dialogue social interne à notre Institution, cet évènement est loin d’être anodin et la CFE-CGC Métiers de l’Emploi tient à affirmer - par la présente déclaration - toute l’importance qu’elle accorde à cette instance.


L’engagement de notre Organisation Syndicale y sera plein et entier, avec le souci permanent du respect des intérêts des Salariés et de l’Institution.
 

Sur tous les sujets qui seront débattus et travaillés dans le cadre du CCE, les élus et représentants de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi interviendront dans un esprit de recherche permanente de consensus équilibrés et de progrès.
 

Ils utiliseront à plein les possibilités offertes par un dialogue qui se voudra toujours constructif, franc, respectueux et exempt de tout dogmatisme.
Comme vous le savez, il s’agit là de valeurs essentielles auxquelles notre Organisation est plus que jamais attachée.

 

La CFE-CGC Métiers de l’Emploi tient à souligner qu’elle est attachée à un dialogue social constructif et apaisé qui ne pourra se réaliser que si chacun y prend sa part, la responsabilité de cette réussite ne peut pas reposer que sur les OS, l’employeur à bien évidemment aussi une grande part de responsabilité.

 

Le nouveau CCE répond à une configuration quelque peu différente et renouvelée par rapport au précédent.
De même, suite aux élections qui ont été organisées par les CE locaux pour désigner leurs représentants, les grands équilibres au sein de la nouvelle instance se trouvent modifiés.

 

L’installation de ce nouveau CCE constitue également un moment privilégié pour jeter un regard sur le fonctionnement de l’instance précédente.
 

Comme elle l’a déjà évoqué, la CFE-CGC Métiers de l’Emploi souhaite qu’un travail soit engagé pour tirer, avec le recul nécessaire, les enseignements relatifs aux nouvelles modalités de consultation et d’information définies dans le cadre des évolutions législatives récentes (lois Macron et Rebsamen).

 

 

Enfin, notre Organisation Syndicale ne saurait conclure cette déclaration sans évoquer - avec gravité et sérénité - les défis auxquels sera, peut-être, confronté Pôle emploi.
 

Ainsi, les idées débattues dans le cadre de la campagne présidentielle qui vient de s’achever, laissent augurer des évolutions concernant l’Assurance Chômage et la Formation qui risquent d’affecter le rôle de notre Institution.
 

A travers ces évolutions, la question des positionnements respectifs de Pôle emploi et des exécutifs régionaux sera sans doute relancée.

 

Sur ces sujets, l’engagement de la CFE-CGC Métiers de l’Emploi sera total pour que l’intégrité de l’Institution nationale Pôle emploi soit préservée, dans le respect des efforts déployés par les personnels.

 

 

 

Paris, le 10 mai 2017

 

 La Déclaration

Publié par la CFE-CGC Métiers de l'Emploi - dans CCE